5 - Chaque jour obéir à la Parole de Dieu (2)

 
 

5-13) Les balances de Dieu

5-14) Ne perdons pas courage

5-15) Comment glorifions-nous Dieu ?

5-16) La Bible et le bonheur

 

 
 
 

5-13) Les balances de Dieu

 

Lecture : Daniel ch. 5

 

Lors d’une grande fête qui est donnée au palais, à Babylone. Le roi Belschatsar reçoit les plus grands de son royaume. Le signal est donné, les convives s’assirent le long des tables, chargées de mets succulents, de fruits et de vins en abondance.

C’est une nuit de réjouissance. Le festin temps s’écoule dans la gaîté.

C’est une nuit d’ivresse. Les vins coulent à flot

C’est une nuit d’idolâtrie. Les convives louent les dieux d’or, d’argent, d’airain, de fer, de bois, de pierre.

C’est une nuit de blasphème envers Dieu. Le roi profane les vases sacrées du temple de Dieu pour boire du vin. Le roi blasphème l’Éternel, le Dieu du ciel.

La fête bat son plein. Alors soudain, la fête devient une nuit de terreur. « En ce moment apparurent les doigts d’une main d’homme et écrivirent ...sur la chaux de la muraille. » (v. 5). Ce sont les mêmes doigts qui écrivirent les dix commandements sur les tables de pierre. (Deutéronome 9 : 10). L’écriture qui a été tracée (MENÉ, MENÉ, TEKEL, PARSIN). (Daniel 5 : 25). Daniel donne l’explication de ces mots (Compté, compté, pesé, et divisé) et dit au roi : « Tu as été pesé dans la balance et tu as été trouvé léger. » (Daniel 5 : 27).

A ce moment, la nuit devient une nuit de jugement et de massacre. Les conquérents Perses sont aux portes de la cité et se précipitent dans la salle du festin, massacrant les nobles du royaume, les dames et cette nuit, Belschatsar, roi des Chadéens, fut tué.

 

Tous, nous seront pesés dans les balances célestes.

 

La balance de nos convictions personnelles, c’est-à-dire notre jugement sur nous-mêmes, notre bonté, notre justice « Ne t’abandonne pas à l’orgueil, mais crains. » (Romains 11 : 20). La morale humaine ne fera jamais pencher la balance en notre faveur. Peut-être dites-vous « je ne suis pas aussi mauvais que certain que je connais. » C’est peut-être vrai, mais cela ne vous fera pas entrer dans le ciel. Nos bonnes actions n’amènerons pas la balance à l’équilibre.

La balance de l’opinion publique, c’est-à-dire le jugement des autres sur nous. Ce que les autres disent de nous n’a pas d’importance, ce qui est primordial c’est ce que Dieu pense de nous.

La balance de notre comportement chaque jour, c’est-à-dire, avons-nous un cœur continuellement tourné vers le Seigneur ? Nous devons rester à l’écart de toutes appartenances avec les œuvres du monde. Des désirs dévorants de la nature pécheresse «  N’aimez point le monde ni les choses qui sont dans le monde... » (1 Jean 2 : 15-16). Ne pas plonger dans le mensonge « Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu'on y ajoute vient du malin. » (Matthieu 5 : 37).

Dans ces balances, nous sommes dépouillés de tout ce qui fait poids pour notre éternité. « Et l'Eternel dit à Samuel: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l'ai rejeté. L'Eternel ne considère pas ce que l'homme considère; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Eternel regarde au coeur. » (1 Samuel 16 : 7), mais Dieu nous pèse suivant son propre standard divin de justice.

 

Tous les hommes sont trouvés légers dans les balances de divines

 

Ce fut là le verdict concernant Belschatsar, c’est également vrai pour nous. Dieu pèse tous les hommes dans ses balances, les rois, les reines, riches et pauvres, noirs et blancs. Voyez verset du Psaume 62 : 10 « Oui, les êtres humains sont un souffle qui passe ; les hommes, tous ensemble, ne sont que déception ; placés sur la balance, ils pèseraient à eux tous moins que rien. » (Version du Semeur).

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3 : 23). Le verdict de Dieu est impartial.

« Car devant Dieu il n'y a point d'acception de personnes. » (Romains 2 : 11). Les verdicts des hommes sont souvent erronés, leurs jugements penchent d’un côté, mais le jugement du Seigneur est toujours suivant la vérité.

« Nous savons, en effet, que le jugement de Dieu contre ceux qui commettent de telles choses est selon la vérité. » (Romains 2 : 2). Lorsque Dieu nous fait passer en jugement, il a une connaissance parfaite de tous nos faits et gestes.

 

Le verdict contre nous est réversible

 

Bonne nouvelle ! Si il y a repentance, il ya miséricorde. Daniel dit au roi : « Belschatsar, tu n’as pas humilié ton coeur » (Daniel 5 : 22). Si nous nous repentons sincèrement Dieu accepte notre repentance. Bien que trouvés légers et condamnés lorsque nous sommes pesés dans les balances de Dieu. Dieu veut transformer notre qwdéficit, en mettant dans notre plateau l’oeuvre expiatoire de Christ.

Ainsi, le standard de perfection de Dieu sera satisfait et nous serons acceptés.

 

(MENÉ, MENÉ, TEKEL, PARSIN) les balances du ciel ont trouvé Belschatsar sérieusement défectueux, trop « léger » ou «  de faible qualité », révélant sa culpabilité et sa condamnation. De la même manière, la loi sainte de Dieu contre nous en tant que pécheurs « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, au moyen de la rédemption en Jésus-Christ. » (Romains 3 : 23). Mais loué soit Dieu, notre condamnation est effacée par Dieu pour tous ceux qui croient que Jésus est leur Seigneur et Sauveur.

« Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix » (Colossiens 2 : 14).

Dans le cas de Belschatsar, le verdict de Dieu était suivi du jugement. Le roi a perdu son royaume, sa vie, son âme. Si vous rejetez la miséricorde de Dieu, vous serez trouvé léger au Grand Jour, et le jugement de Dieu sera votre part.

 

Bien-aimés, je vous en conjure par les compassions de Christ, prenez les bonnes décisions. Décidez de suivre le Seigneur, car vous avez tout à gagner. Ne gaspillez pas votre vie en vain, car elle est précieuse. Faites le bon choix. Sans attendre, repentez-vous et revenez dans les voies de Christ ! - René Barrois

 

5-14) Ne perdons pas courage

 

 

« Ne perdons pas courage... » (2 Corinthiens 4 : 15-18)

 

Est-ce que les difficultés de la vie ont alourdi votre vie, au point où vous en êtes écrasés ?

Est-ce que les doutes vous ont saisi au point que vous ne savez plus de quel côté vous diriger ?

N’importe quel chrétien, quel que soit son rang dans la société, à un moment ou l’autre, a été confronté à des problèmes trop grands pour lui.

Il y a deux réactions possibles devant les difficultés.  Soit, nous décidons si elles nous apporteront profit ou perte. La manière dont nous allons réagir à ces expériences déterminera les résultats ultimes sur notre vie.

Soit, par faiblesse nous nous abandonnons, ainsi nous pouvons devenir serviteur de nos circonstances, ou bien par la grâce et la puissance du Seigneur, nous pouvons maîtriser ces difficultés et accéder à de grandes victoires chrétiennes.

Dieu n’a que fins !

a) Dieu désire ardemment que notre vie rende continuellement gloire à son nom. Il veut qu’au travers de notre obéissance et notre confiance dans sa grâce, nous soyons un authentique témoignage vivant de sa puissance de sauver et de garder.

b) Il veut que tout ce qu’il fasse dans notre vie, soit pour notre bien. Rien de nuisible ne doit nous atteindre. Dieu désire seulement que nous soyons purifiés de tous péchés, et que les situations de notre vie contribuent à notre croissance spirituelle.

L’apôtre Paul nous rappelle que malgré les difficultés « ne nous lassons pas de faire le bien : car nous moissonnerons au temps convenable si nous ne nous relâchons pas » (Galates 6 : 9). Nous ne devons pas nous décourager dans notre vie chrétienne, car l’exhortation de Paul est un message pratique pour notre époque « Ne nous dé courageons pas » - « Ne perdons pas courage ! »

Nous devons être soigneusement sur nos gardes. Car le diable rôde continuellement autour de nous, afin d’utiliser toute approche pour nous entraver dans notre marche, si de tout cœur nous voulons suivre Jésus. Les épreuves endurées dans la vie de ceux qui demeurent en Christ ne sont rien par comparaison à la gloire que nous avons en Jésus (2 Corinthiens 4 : 15-18).

L’apôtre Paul nous rappelle que Dieu veut donner un renouvellement journalier de force spirituelle.

- Pour chaque épreuve de la journée, le Seigneur nous donne la puissance.

- Il n’y a pas un jour, une heure où il ne soit avec nous pour nous fortifier.

- Il est sans cesse la source de notre secours.

Tant que nous nous appuyons et que nous nous confions dans sa grâce, il y a une solution à toute difficulté.

Un autre danger nous guette, celui d’abandonner notre vie de prière. Jésus a rappelé à ses disciples que : « Les hommes doivent toujours prier et ne point se relâcher » (Luc 18 : 1). Paul invite les thessaloniciens à « Priez sans cesse. » (1 Thessaloniciens 5 : 17). Nous devons avoir l’assurance que nos prières seront exaucées.

Dieu ne refuse rien à ses enfants qui demeurent fermes dans une vie de prière et dans la foi. L’abandon de la prière a des conséquences tragiques et occasionne de grandes pertes. La prière persévérante obtient sa réponse.

Pour obtenir la promesse de Dieu, il y a trois pas à franchir :

L’attente ou persévérance : « Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. » Hébreux 10 : 36).

L’épreuve : « Afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu) ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra » (1 Pierre 1 : 7).

La confiance : « Recommande ton sort à l’Éternel, mets en lui ta confiance et il agira » (Psaume 37:5).

 

Bien-aimés, ne nous fatiguons pas, ne perdons pas courage. La victoire nous appartient si nous menons le bon combat de la foi. Tous ceux qui se confient et marchent avec le Seigneur ne seront pas découragés. - René Barrois

 

5-15) Comment glorifions-nous Dieu ?

 

« Quand ce peuple s’approche de moi, il m’honore de la bouche et des lèvres ; mais son cœur est éloigné de moi, et la crainte qu’il a de moi n’est qu’un précepte de tradition humaine. » (Ésaïe 29 : 13).

 

Disons-nous « gloire à Dieu ! » avec notre vie, ou seulement avec nos lèvres ?

 

Trop nombreux sont les croyants qui adorent, louent et chantent, mais avec un cœur qui n’est pas consacré au Seigneur. Ils ont un cœur rempli de tradition et de rite religieux, d’égoïsme... Nous mettons la charrue avant les bœufs, nous voulons que Dieu réalise nos priorités, nos caprices, nos fantaisies... Nous pensons que nous devrions être sans cesse l’objet principal de son attention et de son affection. Un tel comportement n’est absolument pas la perspective de Dieu, sa vue est toute différente. Aurions-nous oublié que l’Éternel nous a créés pour sa gloire ? « tous ceux qui s’appellent de mon nom, et que j’ai créés pour ma gloire » (Ésaïe 43 : 7).

Quand Dieu dit de l’homme : « je l’ai créé pour ma gloire » Cela signifie que les enfants de Dieu, ont l’obligation de donner gloire au Seigneur. Peu importe ce que nous vivons, nous sommes tenus de glorifier Dieu de toute notre vie. « Si quelqu'un parle, que ce soit comme annonçant les oracles de Dieu ; si quelqu'un remplit un ministère, qu'il le remplisse selon la force que Dieu communique, afin qu'en toutes choses Dieu soit glorifié par Jésus-Christ, à qui appartiennent la gloire et la puissance, aux siècles des siècles. Amen ! » (1 Pierre 4 : 11). « Rendez grâce en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. » (1 Thessaloniciens5 : 18).

Mais lorsqu’on rend gloire à Dieu il y a bien autre chose que la louange. Jésus dit : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 5 : 16). Soyons enchantés de l’avantage que nous avons de glorifier Dieu, quoique nous fassions, faisons-le pour la gloire de Dieu (1 Corinthiens 10 : 31).

Ce que nous disons, ce que nous pensons, l’attitude de notre cœur, de notre esprit doivent sans cesse rendre gloire à Dieu.

Nous efforçons-nous de glorifier Dieu en tout ce que nous sommes, avec tout ce qui nous appartient ?

Ce sont des questions sérieuses, car, c’est pour ce but que Dieu nous a créé.

Comment aujourd’hui le peuple qui se réclame de Dieu glorifie-t-il son nom ?

Les gens du monde peuvent-ils conclure que les chrétiens forment un peuple particulier, transformé qui a un comportement qui glorifie Dieu ? 

Bien-aimés si nous arrivons au bout du chemin, sans que nos vies aient été pour rendre gloire à Dieu, alors nous avons manqué l’objectif que l’Éternel attend de ses enfants. - René Barrois

5-16) La Bible et le bonheur

 

Jean 10 - 1Timothée 6 - Romains 15


Introduction : Le bonheur est un sujet complexe. Il y a tellement d’éléments dans la vie d’un chrétien qui semblent être à l’opposé du bonheur. Nous parlons d’abnégation et de sacrifice de soi. Nous parlons de porter "notre croix". Cependant, en regardant les chrétiens autour de moi (moi inclus), nous ne voyons pas du tout toute cette générosité. Je vois certaines personnes qui ont de meilleures "choses" que les miennes et je me dis que j’aimerais bien avoir les mêmes. Est-ce que les "biens matériels" sont la clé du bonheur ? Est-ce que renoncer à ces "choses" apporte la joie ? Les chrétiens manquent-ils de bonheur tant ils ont de biens matériels ? Ouvrons la Bible et découvrons quels sont les buts de Dieu pour nous !

 

I. Le but de Dieu et l’argent

1. Quel est le but de Dieu pour nous ? Est-il d’être pauvre ? Nous regardons à Jésus comme notre exemple et il était « sans domicile fixe » (cf. Matthieu 8 : 20).

a. Aucun chrétien que je connaisse n’a choisi d’être sans domicile fixe. Ignorons-nous simplement son exemple ?

2. Lisez Jean 10 : 9-10. Quand Jésus dit qu’il veut que ses disciples « aient la vie [...] en abondance », parle-t-il d’une vie éternelle abstraite ou de la vie ici et maintenant ? (Quel que soit le sujet de discussion de Jésus, d’après Strong le mot grec traduit par « abondance » (perissos) signifie « de façon surabondante », « excessivement » Notez que dans ces textes Jésus commence en parlant de la vie éternelle.)

3. Lisez Proverbes 15 : 6. Ce texte parle-t-il d’argent et de « biens matériels » dans notre vie ici et maintenant ? (Oui.)

a. Y a-t-il un autre concept sous-entendu dans ce verset ? (Oui. Le juste et le méchant ont tous deux de l’argent dans ce verset, mais dans le cas du méchant l’argent est une source de problèmes.)

b. Lisez Proverbes 10 : 22. Que nous dit ce verset au sujet de la richesse et des problèmes ? (Il suggère que l’argent en lui-même apporte des problèmes. Quand Dieu nous bénit avec de l’argent, il laisse les problèmes de côté.)

4. Lisez Proverbes 11 : 28. Que nous dit ce verset au sujet de l’argent et de la droiture ? (Un des problèmes avec l’argent est que l’on s’y fie pour notre avenir. La personne juste, qui se fie à Dieu et non à l’argent, a un avenir "en rose" !)

5. Lisez 1 Samuel 2 : 7. Est-il parlé de l’argent de façon positive ou négative ? (La pauvreté semble nous rendre humbles et la richesse nous élève.)

a. Qui est derrière cette humilité et cette élévation ? (Dieu.)

b. Qu’est-ce qui vous rend plus heureux - le fait d’être plus humble ou élevé ?

6. Lisez Ésaïe 5 : 8. Que suggère ce verset quant au fait d’être riche ? (Que vous êtes seul !)

7. Lisez Marc 4 : 18-19. Que disent ces versets quant à la richesse et à la Parole de Dieu ? (Que la « tromperie » de la richesse « étouffe » la Parole.)

8. Arrêtons-nous quelques instants et réfléchissons à ce que nous avons lu. Nous avons lu des versets tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. Normalement, nous devrions tendre à avoir une vie « surabondante" » et « excessive » avec de l’argent. Mais quel enseignement global sur l’argent et sur le fait d’avoir une vie bonne et juste nous donnent ces textes ? (L’argent est quelque chose de délicat. Il peut amener des problèmes - et c’est souvent le cas. Seule une combinaison de droiture et de richesse rend la vie meilleure.)

a. Selon vous, quel est le but de Dieu pour nous relativement à l’argent ? Dieu nous donnera-t-il de l’argent pour que nous soyons heureux ?

b. Si nous disons que Dieu nous bénira avec de l’argent, devrions-nous être justes pour être riches ? (Lisez 1 Timothée 6 :5. Nous étudierons plus tard le contexte de ce verset, mais il dit clairement que seul un esprit "perverti" qui est "privé de la vérité" pense à "la piété comme étant une source de profit".)

9. Nous avons parcouru ce que dit la Bible sur une vie abondante et sur l’argent. Est-ce que les biens matériels amènent le bonheur ? Étudions cela dans la suite de notre étude.

II. Une vie heureuse

1. Lisez 1 Timothée 6 : 3-5. Quels mots voyez-vous dans ce verset qui ne correspondent pas à ce qui vous vient à l’esprit en pensant au bonheur ?

a. Qu’est-ce qui semble causer cette vie sans bonheur ? (Les personnes orgueilleuses qui n’ont pas la vérité divine.)

2. Lisez 1 Timothée 6 : 6-10. Comment pouvons-nous éviter le chagrin ? (Par la piété et le contentement.)

a. Si nous lions l’idée du bonheur avec la richesse, quel est le problème avec le fait de vouloir être riche ? (La Bible est claire sur le fait que le désir d’argent est un chemin dangereux qui peut facilement nous plonger dans la ruine et la destruction.)

3. L’argent ne semble pas être le chemin qui mène au bonheur. Lisons quelques textes qui suggèrent un chemin positif vers le bonheur. Lisez Psaumes 133 : 1. Quelle est l’une des source de bonheur parmi ceux qui suivent Dieu ? (L’unité.)

4. Lisez Romains 15 : 13-14. Quel rôle joue l’Esprit saint dans notre bonheur ? (L’Esprit Saint nous remplit d’espérance - et l’espérance nous donne joie et paix.)

a. Quel est le sujet de notre espérance ? (Le chapitre entier parle de l’espérance. Mais ce texte spécifique dit que nous nous fions à Dieu. La conclusion logique est que si les choses ne sont pas si bien, nous espérons que les choses s’amélioreront dans notre vie. Si les choses vont bien, nous nous fions à Dieu pour notre avenir. L’Esprit saint nous donne la puissance d’avoir ce genre d’espérance. Et l’espérance nous remplit de joie et de paix.)

5. Lisez Galates 5 : 22-25. Combien de mots de ce texte pouvez-vous associer au bonheur ?

a. Quelle est la source de ce bonheur ? (Avoir l’Esprit saint dans notre vie.)

6. Lisez Philippiens 4 : 4-7. Si quelqu’un vous dit de vous "réjouir", ou d’être "heureux", cela vous réjouit-il ou vous rend-il heureux ? Qu’est-ce qui se trouve à la base de la déclaration « réjouissez-vous toujours dans le Seigneur » ? (Se fier à Dieu. Nous lui présentons nos prières et nos requêtes et si nous nous fions à lui, la paix entrera dans nos cœurs.)

a. Cette paix est-elle logique ? (Non ! Le texte dit que cela « surpasse toute pensé » Dieu peut faire l’impossible. Nous avons juste besoin de nous fier à lui.)

7. Lisez 1 Thessaloniciens 5 : 16-18. À nouveau, il s’agit là d’un texte qui nous dit de nous « réjouir ». Selon ce texte, quelle est le chemin qui mène à la joie ? (Soyez reconnaissant envers Dieu. Soyez en contact avec Dieu par la prière. Si vous êtes constamment reconnaissant envers Dieu pour ses bienfaits à votre égard, cela élève votre esprit.)

8. Lisez Luc 12 : 15. Pensez à tous les textes que nous avons lus et étudiés au cours de cette étude. Avec quelles hypothèses sur le bonheur avons-nous commencé ? (Que le bonheur était en relation avec la richesse et les bien matériels.)

a. Qu’avons-nous appris sur ce qui est la véritable source de bonheur et de joie ? (Une relation avec Dieu. La vie ne consiste pas en ce que nous possédons. Une vie remplie d’Esprit est le chemin qui mène à la joie !)

9. Cher ami, désirez-vous du bonheur et de la joie dans votre vie ? Le chemin qui mène au bonheur ne passe pas par la richesse, mais plutôt par une relation avec Dieu. Voulez-vous inviter maintenant l’Esprit saint dans votre vie pour commencer à marcher sur le sentier qui mène à la paix, à la confiance et à la joie ? - Bruce N. Cameron

Alors, que faut-il faire pour connaître le vrai bonheur ?

Au verset 7 du Psaume 4 nous lisons : « Qui nous fera voir le bonheur ? Fais lever sur nous la lumière de ta face, Ô Eternel ! Tu mets dans mon cœur plus de joie qu'ils n'en ont, quand abondent leur froment et leur moût. Je me couche et je m'endors en paix, car toi seul, Ô Éternel, tu me donnes la sécurité dans ma demeure »

Laisser entrer Jésus dans votre vie, car il veut vraiment faire sa demeure dans votre cœur, il dit : « Voici je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte j'entrerai chez lui et je souperai avec lui et lui avec moi » (Apocalypse 3 : 20). Jésus-Christ, le Fils de Dieu peut par la puissance du Saint-Esprit, entrer et prendre possession de votre cœur. Jésus ne vient jamais les mains vides. Il vient avec les provisions de paix, d’amour, de l’assurance de la vie éternelle, de riches bénédictions sans nombre. Donc, le vrai bonheur, c’est de recevoir Jésus-Christ dans sa vie.

Prière : « Seigneur, je te laisse entrer dans ma vie ; viens mettre ton ciel de gloire et de paix dans mon cœur dès maintenant… Merci Seigneur de me remplir de ton amour, Amen ! » - René Barrois