3 - Bâtir sa vie spirituelle

 

3-1) Repentez-vous !

3-2) La foi

3-3) Intimité avec Dieu

3-4 Fondement de l’édifice spirituel

3-5) Chaque jour plus près de Dieu
 
3-6) Acquérir l’approbation de Dieu
 
3-7) Sceau et portrait du chrétien
 

3-8) Chaque croyant doit être une flamme dans la maison de Dieu

 

3-9) La Bible et le bonheur

 

3-10) La clé de la découverte spirituelle

 

3-11) La transfiguration ou la Majesté visible de Christ

 

3-12) La bonne odeur d’un vie livrée

3-13) « Maintenant »

 

3-1) Repentez-vous !

« Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (1 Thessaloniciens 4 : 16-17).

Je suis convaincu que dans le ciel tout est prêt pour que la trompette retentisse. Les événements qui secouent la planète nous révèlent que le jour est proche. Sommes- nous réellement prêts pour ce jour glorieux de l’enlèvement de l’Eglise afin d’être du voyage pour aller à la rencontre du Seigneur ?

Le message de Jésus-Christ aux sept églises d’Asie Mineur fait une évaluation de l’église par des éloges ou des réprimandes (ou les deux). L’Eglise d’Éphèse, de Pergame, de Thyatire, de Sardes et de Laodicée reçoivent éloges et réprimandes. L’Eglise de Smyrne et de Philadelphie reçoivent que les éloges du Seigneur. Le but est d’avertir les croyants de s’écarter des choses mauvaises que l’ennemi met dans leur cœur, et de revenir dans la vérité de la Parole. Ces messages sont une déclaration très claire de Christ sur la conséquence désastreuse de la désobéissance et de la négligence spirituelle à la fidélité de Jésus.

C’est ce que nous allons voir en détail :

A l’Eglise d’Éphèse

« Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi d’où tu es tombé, repens-toi et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.» (Apocalypse 2 : 4-5)

Quel est donc ce premier amour ? Jésus fait très certainement allusion à l’ardeur débordante des croyants au début de leur conversion. Il faut reconnaître qu’au début les chrétiens sont remplis d’amour pour Jésus, le premier amour c’est :

La ferveur dans la consécration : Les nouveaux convertis passe beaucoup de temps dans la présence du Seigneur, par une vie de prière et d’adoration, fidèles à la Parole et dévoués pour l’oeuvre du Seigneur.

Le zèle : Les nouveaux croyants parlent de leur foi et voudraient que tout le monde se donne à Christ.

L’assiduité : Ils font tout pour participer aux diverses réunions de l’Assemblée.

Le sacrifice : Ils acceptent de se sacrifier pour l’Evangile, d’aller toujours plus en avant.

Volontaires, ils sont prêts pour rendre service avec joie, à pratiquer l’hospitalité sans compter. Ils ont l’ardeur du renoncement à eux-mêmes en acceptant toutes sortes d’hostilités.

Avec le temps Satan s’aperçoit des qualités du chrétien plein de zèle. Il vient à lui pour creuser des sillons dans les cœurs. Sillons de lassitude, de profond découragement, tout doucement les compromis avec les œuvres néfastes du monde gagnent la vie des croyants. Certains deviennent rétrogrades, méfiants... Ainsi, l’ardeur du premier amour s’estompe lentement mais sûrement, si l’amour n’est plus dans le cœur du chrétien, il a perdu toute pureté et conscience du cœur (1 Timothée 1 : 5-6).

Devant un tel comportement le Seigneur est profondément attristé. Ce qu’il attend

des chrétiens c’est un amour sans partage, sincère qui suscite une consécration complète dans une vie pure avec un attachement profond à la vérité.

Bien-aimés, il ne suffit pas de connaître une bonne doctrine ou « une bonne Église», d’obéir à certains commandements et de dire j’adore le Seigneur dans l’Eglise. Avant tous les chrétiens doivent éprouver un amour sans faille pour le Seigneur.

Repens-toi ! C’est le crie de Christ à ses enfants qui ont abandonné le premier amour, sinon il ôtera notre chandelier. Ce chandelier, c’est la lumière dans notre cœur de croyant. La perte du chandelier signifie que les ténèbres nous ont envahi et Christ rejettera et retranchera de son royaume toute assemblée ou tout église ainsi que tout chrétien qui ne se repentiront pas. Je suis sûr que tous vous voulez entrer dans la gloire près du Seigneur. Alors repentons-nous ! Dans son amour le Seigneur « nous donnera à manger de l’arbre de la vie qui est dans le paradis de Dieu. » (Apocalypse 2 : 7)

A l’Eglise de Pergame

« Mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrassent à l’impudicité. De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes. Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche. » (Apocalypse 2 : 14-16).

La doctrine de Balaam

Balaam signifie « celui qui dévore » ou « celui sui détruit le peuple ». L’esprit de Balaam est un esprit de mensonge, de fourberie et de prostitution. L’enseignement de cette fausse doctrine est contraire à celle Christ qui est Parole de Vérité. Les croyants influencés par un tel enseignement destructeur vont plonger dans l’idolâtrie, ils seront dévorés.

Il faut ajouter à cet enseignement de Balaam celui des Nicolaïtes. Les racines de ce mot grecques sont nikos qui signifie « conquérant ou destructeur », laos qui signifie «peuple». C’est une doctrine qui n’ a qu’un seul objectif, détruire le peuple de Dieu.

Nous ne savons pas grandes choses concernant les actions des Nicolaïtes.

A priori, ce sont les œuvres de ceux qui écoutent les opinions des hommes, et mettent en première place les traditions, plutôt que la Parole de Dieu. Ils affirmaient probablement que l’immoralité sexuelle n’entravaient pas le salut en Christ ; aujourd’hui un grand nombre de chrétiens vive dans la dépravation sexuelle (rapport sexuel avant mariage – fane de la pornographie – vivre dans l’adultère...)

Les Nicolaïtes enseignaient que tous chrétiens pouvaient être sauvés tout en menant une vie de débauche et pratiquant le compromis avec les œuvres du monde.

Le Seigneur déteste, haït et condamne toute forme d’hérésie.

Le Seigneur dit : « Repens-toi ! » Car Jésus ne supporte pas le laxisme au sein de son Eglise ; il promet de faire la guerre aux pseudo-croyants qui vivent dans la dissolution et ne se repentent pas (Apocalypse 2 : 16). Nous devons rester à l’écart de tout compromis avec les œuvres de Balaam et des Nicolaïtes.

A l’Eglise de Thyatire

« Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livre à l’impudicité et qui mangent des viandes sacrifiées aux idoles...Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres. » (Apocalypse 2 : 20-22).

Jézabel signifie : « Fumier, sans cohabitation » Femme du roi Achab, cette reine était fanatique de Baal, elle a conduit Israël dans l’idolâtrie. Elle persécutait les prophètes de l’Éternel afin qu’Israël acceptent les prophètes des religions païennes.

L’esprit de Jézabel c’est la voix de Satan et de ses dominations. Ils n’ont qu’un seul but, détourner le peuple du Seigneur

Aujourd’hui, il y a beaucoup de «Jézabel» qui gravite dans l’Eglise et dans la vie des croyants sous différentes formes pour détourner le peuple de Dieu de la vérité de l’Evangile, pour les écarter de la source d’eau vive.

L’idolâtrie n’est pas uniquement l’adoration de statues ou d’images religieuses. Ce peut être : faire passer un être cher en première place dans notre cœur avoir pour fan une équipe sportive ou des célébrités du spectacle au point de mettre en veille notre vie spirituelle et de se détourner du Seigneur de consacrer une grande partie de son temps à bichonner son véhicule...
Certains acceptent des serviteurs animés de l’esprit de Jézabel, parce qu’ils annoncent être les porte-parole de Dieu, qu’ils ont beaucoup de prestige, de succès et d’influence. L’apôtre Paul exhorte Timothée à cet égard : « Dans les derniers temps, quelques-uns abandonnerons la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. » (1 Timothée 4 : 1). Ce sont tous ceux qui commettent des actes immoraux et prennent plaisirs aux œuvres mauvaises du monde. C’est le péché de la tolérance, Christ condamne ce comportement.

Bien-aimés, si nous sommes tentés par de tels actes, repentons-nous ! Dans le nom puissant de Jésus nous devons rejeter tout orateur qui place ses propres ambitions au-dessus de la vérité biblique. Toute prophétie doit être testée à la mesure de la vérité biblique (1 Corinthiens 4 : 29).

Une église ou des chrétiens qui tolèrent un tel enseignement, Dieu les détruira ainsi que ces faux prophètes.

« Soyons sages quand au bien et sans compromis avec le mal » (Romains 16 : 19- 20 Darby). Pour vivre un christianisme authentique, dans la vie ou dans l’église, il ne faut pas tomber en séduisant les cœurs des simples. Nous ne devons pas écouter et discuter avec ceux qui sous des prétextes trompeurs (l’esprit de Jézabel), qui cherchent à nous détourner de la Sainte Doctrine.

Restons fidèles ! Bientôt, le Seigneur brisera Satan sous nos pieds.

A l’Eglise de Sardes

« Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort. Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. » (Apocalypse 3 : 1-3)

L’Eglise de Sardes avait l’apparence d’une église pleine de vie et active, et elle avait la réputation d’être florissante, probablement dans la piété, mais dans son ensemble Dieu la juge spirituellement morte.

De nos jours, des églises peuvent être très occupées et engagées dans des projets humains qui ne sont pas le véritable pouvoir et la justice de l’Esprit Saint ; elles ne portent pas de fruit, elles ne répondent pas aux critères établis par Dieu.

Seuls quelques croyants de Sardes restaient fidèles à la Vérité de l’Evangile.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Certains chrétiens sont dans la même situation. Ils ont une apparence trompeuse et hypocrite, ils sont morts spirituellement. Jésus le rappelle «Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au-dehors, et qui, au-dedans, sont pleins d’ossements de morts et de tout espèce d’impuretés. Vous de même, au-dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais, au-dedans, vous êtes pleins d’hypocrisies et d’iniquité. » (Matthieu 23 : 27-28).

Le Seigneur ne peut pas accepter les cœurs remplis d’orgueil et de méchanceté. C’est pourquoi Jésus nous dit repens-toi ! La merveilleuse promesse de Jésus-Christ à ceux qui se repentent « je n’effacerai point ton nom. », ce qui signifie l’assurance du salut éternel.

L’Eglise de Laodicée

« Je sais que tu es ni froid ni bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu es ni froid ni bouillant, je te vomirais de ma bouche...Moi je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle et repens-toi ! » (Apocalypse 4 : 15-16 ; 19).

C’est ainsi qu’est décrite la condition spirituelle de l’église de Laodicée.Aujourd’hui, il y a un grand nombre d’églises tièdes, c’est-à-dire des églises qui se mêlent aux activités du monde et ressemblent à la société qui l’entoure. Je suis allé dans des églises où règne l’ambiance « Night-club », où le mensonge ne dérange personne, où la tenue vestimentaire est déplorable, on voit de plus en plus de chrétiens se faire tatouer le corps, tout cela pour suivre la mode du monde... on n’arrive plus à distinguer les chrétiens des gens du monde. Plus nous approchons de l’avènement du Seigneur, plus l’Eglise se laisse sournoisement séduire par l’appel du monde pour marcher dans cette mentalité, se donnant ainsi à des compromissions de toutes sortes. Pourtant ces églises professent le christianisme, les orateurs proclament le changement de vie en Christ, en réalité ils sont « malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nu » (Apocalypse 4 : 17-18), parce qu’ils annoncent un évangile sans la croix, ce qui prive l’Evangile de toute sa puissance. Jésus- Christ affirme solennellement aux croyants qu’il condamnera les tièdes et les nonchalants (v. 15-17), s’ils ne se repentent le Seigneur les vomira de sa bouche, ce qui veut dire qu’ils ne seront pas du voyage au jour glorieux de l’enlèvement.

Où est passé le zèle du début de notre conversion ? Repentons-nous, le Seigneur nous tend ses bras d’amour et de compassion. Paul demande à Timothée « de garder le bon dépôt par l’Esprit Saint qui habite en nous. » (2 Timothée 1 : 14). Chaque croyant devrait garder se poser la question suivante : Le bon dépôt ne risque-t-il pas d’être altéré par nos pensées personnelles ou par les influences du monde que nous aurions laissées entrer dans nos vies ? Un cœur partagé peut-il prétendre être un bon gardien de la Parole de Dieu ? Nous devons nous souvenir que la Parole de Dieu est déposée et vit dans le cœur des enfants de Dieu. Elle doit y être conservée telle qu’elle a été transmise, sans rien y ajouter et sans rien en retrancher. Bien-aimés, repentons-nous pour être dans la joie du Seigneur.

L’amour de Dieu pour ses enfants

« Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si tu quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3 : 19-20).

Ces deux versets servent très souvent de base pour l’évangélisation. Ce qui est tout à fait juste, puisque Dieu veut que tous soient sauvés. Chaque incroyant doit savoir que Dieu l’aime et que Jésus se tient à la porte de son cœur et il invite chacun à ouvrir la porte afin de recevoir le pardon de ses péchés et l’assurance de la vie éternelle.

Ici, le Seigneur s’adresse à son Eglise. De nos jours, beaucoup de « chrétiens » pensent qu’ils peuvent continuer à vivre comme avant leur conversion en tolérant le péché dans leur marche avec le Seigneur ; ils n’ont pas en eux le fruit de la repentance. Pour les croyants qui se sont affaiblis spirituellement, Jésus ne les rejette pas, il leurs demande d’ouvrir la porte de leur cœur en se repentant de tout égarement. C’est l’appel divin ! Jésus veut les rétablir en remplissant leur vie de la source de la vie pour qu’ils sortent de la décadence spirituelle et retrouvent la communion avec le Seigneur ainsi que la joie du salut. Toute déviation spirituelle peut être arrêtée net du moment qu’il y a une repentance sincère.

La clé pour rester fidèle dans les pas du Seigneur, c’est d’avoir pour guide la Parole de Dieu et de se laisser éclairer par le Saint-Esprit, ainsi nous serons pour toujours dans le ciel avec lui. - René Barrois

 

3-2) La foi

« Or la foi est l’assurance des choses qu’on espère, et la conviction des choses qu’on ne voit pas... » (Hébreux 11 : 1-40).

« Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. » (Romains 10 : 17).

Aujourd’hui la foi se raréfie, elle est rejetée, attaquée. Cependant, elle demeure ce que Dieu apprécie avant tout. Seule l’authentique foi peut maintenir les croyants en communion avec le Seigneur.

Qu’est-ce que la foi ?

Ce mot signifie littéralement : se fier à quelqu’un avec la pensée de s’abandonner à lui ; c’est prendre quelqu’un au mot. L’objet de la foi chrétien c’est Dieu. Depuis la création il s’est révélé à l’humanité : par sa Parole, puis pleinement par Jésus notre Seigneur et Sauveur.

Les trois composantes de la foi sont :

Beaucoup plus qu’une croyance car il y a une profonde différence entre croire et avoir la foi. C’est une parfaite adhésion, être solidement attaché à Dieu.

Un engagement de tout l’être, âme, esprit et corps.

Une vie qui manifeste l’entière réalité de nos convictions et de nos sentiments (Jacques 2 : 14-26).

Nous devons écarter de nos pensées que seuls nos efforts suffisent à entretenir la foi vivante. Avoir la foi c’est adhérer à toutes les réalités spirituelles, c’est l’élément primordial de la vie chrétienne. Smith Wigglesworth a écrit : « Je crois qu’il existe qu’une voie qui mène à tous les trésors de Dieu et cette voie est celle de la foi. » (7). La foi authentique conduit dans la justice. Le sacrifice d’Abel a été accepté par Dieu car sa foi était véritable, il était juste et obéissant (Genèse 4 : 3-5).

Avoir la foi c’est rechercher Dieu assidûment et désirer de tout notre cœur sa

présence et la puissance de sa grâce. c’est demander, chercher et frapper, c’est la promesse faite par Jésus-Christ « de donner à ceux qui demandent. » (Matthieu 7 : 7-8).

La foi doit être constante, c’est une condition primordiale pour obtenir l’exaucement de nos requêtes, Jésus dit : « Si vous aviez la foi et que vous ne doutiez point... » (Matthieu 21 : 21).

La foi assure le succès « Confiez-vous en l’Eternel votre Dieu... et vous réussirez. » (2 Chroniques 20 : 20). Elle permet de triompher sur les œuvres néfaste du monde car Christ est le fondement et la source de la foi (1 Jean 4).

La foi est un devoir fondamental « Ce que Dieu veut, c’est que vous croyez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6 : 28-29).

La foi est l’assurance de voir la gloire et la puissance de Dieu se manifester « Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ; crois-tu cela ? » (Jean 11 : 25-26). Pour celui qui à la foi rien n’est impossible «Vous dire à cette montagne transporte-toi d’ici là et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible » (Matthieu 17 : 20).

La foi est une arme défensive « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre les traits enflammés du malin. » (Éphésiens 6 : 16) Parce que la vie chrétienne est un combat spirituel, le bouclier de la foi est l’arme vitale et idéale du chrétien. En énumérant la liste des différentes armes chrétienne, Paul, montre l’importance de la foi. Avec le bouclier de la foi nous sommes plus que vainqueur. Rien ne peut nous faire du mal.

La foi est un pilier dans la prière, elle inébranlable « Qu’il demande avec foi, sans douter. » (Jacques 1 : 6), « Si la foi n’a pas les œuvres (les actions), elle est morte. » (Jacques 2 : 14, 16-17, 20). Une foi sans actions n’apportera rien, elle est inutile. La foi qui sauve, guérit et agit, est une foi vivante et ne peut s’exprimer qu’au travers de l’amour, la confiance, la gratitude. Il est impératif de vivre en aimant Jésus-Christ et en obéissant à sa Parole. La foi n’est pas un simple acte intellectuel, elle implique une dévotion personnelle de tout notre cœur dans un attachement inconditionnel au Seigneur. C’est le chemin vers le juste but.

La foi est un fruit de l’Esprit (Galates 5 : 22). C’est la certitude d’être en communion complète avec Dieu.

Ce n’est pas que par la foi en Christ-Jésus, que l’on peut être au-dessus des circonstances, victorieux sur les forces du mal qui veulent nous détruire ; mais parce que «Ayant les regards sur Jésus, le chef et consommateur de la foi. » (Hébreux 12 : 2).

« La foi n’existe réellement que lorsqu’elle est mise à l’épreuve. Ne confondons jamais l’épreuve de la foi avec les ennuis habituels de l’existence. Bien des contrariétés, que nous considérons comme des épreuves de la foi, sont simplement des difficultés inévitables que nous vivons sur la terre. La foi biblique, c’est une foi en Dieu qui tient ferme contre tout ce qui peut démentir son existence. » (8).

Nous devons rester fidèle à Dieu quoi qu’il fasse. La foi est importante parce qu’elle honore Dieu et Dieu honore la foi « Afin que la mise à l’épreuve de votre foi, bien plus précieuse que celle de l’or qui périt et qui pourtant est éprouvé par le feu, se trouve être un sujet de louange, de gloire et d’honneur, dans la révélation de Jésus-Christ. » (1 Pierre 1 : 7).

Notre persévérance dans les diverses épreuves et notre foi en Christ sont précieuse aux yeux de Dieu, et ce pour l’éternité (6). Si le feu de l’affineur éprouve l’or qui pourtant, comme toutes choses disparaîtra un jour ; le fruit de l’épreuve est pour l’éternité. - René Barrois

 

3-3) Intimité avec Dieu

A) Dieu le premier

« Afin qu’en toutes choses il tienne, lui, la première place... » (Colossiens 1 : 18).

Pour vivre une vie chrétienne heureuse et victorieuse, nous devons pendant toute la vie mettre Dieu en premier pour respecter l’engagement pris lors de sa conversion. Dieu doit siéger sur le trône de notre cœur.

A-1) Dieu le premier dans son cœur

Cela pour glorifier dans un esprit positif de service, de foi et d’obéissance quel que soient les circonstances de la vie. Nous devons rechercher à ce que la puissance de Dieu soit recherchée dans notre vie et dans l’Eglise en possédant la justice de Christ et de rester à l’écart du monde « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu. » (Matthieu 6 : 33).

A-2) Dieu le premier au début de la semaine

Le dimanche est consacré à Dieu, dans la Bible c’est le premier de la semaine. Quand c’est possible nous devons nous rendre à l’église pour rendre un culte de louange et d’adoration au Seigneur ; pour partager dans la communion fraternelle la sainte Cène «Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. » (Actes 20 : 7), pour recevoir l’enseignement de la Parole. Il est bon pour le peuple de Dieu de se réunir régulièrement afin de s’encourager mutuellement pour être soudé au Seigneur et à la foi «N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que nous voyons s’approche le jour (l’enlèvement de l’Eglise). » (Hébreux 10 : 25).

A-3) Dieu le premier au début de la journée

Il est important que nous ayons un culte personnel quotidien dans la méditation de la Bible et un moment de prière avec persévérance ; bien résolus à rechercher la face de Dieu de tout notre coeur pour comprendre sa volonté, ce qui développera notre vie dans l’amour du Seigneur « Eternel ! Le matin tu entends ma voix ; le matin je me tourne vers toi et je regarde. » (Psaume 5 : 4). Si notre vie est orientée vers Dieu, nos prières matinales feront naturellement partie intégrante de notre vie ; ainsi, tout au long de la journée, le Seigneur aura son regard sur notre vie.

A- 4) Dieu le premier dans son budget

Donner à Dieu est conforme aux Saintes Ecritures, c’est obéir aux commandements du Seigneur « Honore l’Eternel avec tes biens. et avec les prémices de ton revenu » (Proverbe 3 : 9).

Nous devons être fidèles dans notre offrande, participer aux dons pour le soutien de l’évangélisation à travers le monde, dans les villages et les contrées isolées de notre pays. La moisson est si grande, il y a tant d’âmes qui meurent chaque jour sans connaître l’amour de Jésus.

Nous devons soutenir l’église locale. C’est un devoir de donner à Dieu les prémices de notre revenu, ainsi Dieu nous accordera ses multiples bénédictions « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes...Et vous, verrez, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. » (Malachie 3 : 10).

A-5) Dieu le premier dans ses relations

Nous avons l’obligation de partager le message de la Bonne Nouvelle par le témoignage avec nos familles, nos voisins, nos camarades de travail... C’est obéir au grand commandement de Jésus « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. » (Marc : 16 : 15 ; Matthieu 28 : 19-20).

Nous sommes tenus d’être continuellement prêt à porter le témoignage de Christ et d’expliquer l’Evangile « Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1 Pierre 3 : 15).

Bien-aimés, que le Seigneur notre Dieu soit toujours le premier dans notre cœur, en toutes circonstances et en tous temps pour la gloire de son Nom. Ainsi, chaque jour nous serons accompagnés par grâce de Dieu et nous vivrons dans la joie du Saint-Esprit.  - René Barrois

 

3-4 Fondement de l’édifice spirituel

Lorsque les fondations d’un édifice bouge, c’est toute la structure qui tremble et fini par s’écrouler (lire le passage de l’homme prudent et l’homme insensé de Matthieu 7 : 24- 27). Si Jésus emploie cette comparaison, c’est pour l’appliquer à notre vie :

Sur quoi bâtissons-nous notre vie spirituelle ? Sommes-nous sûrs que les « fondations » sont solides, que notre édifice spirituel ne risque pas de se fissurer voire de s’écrouler lorsque la « tempête » ou même un « vent » un peu plus fort que les autres nous atteindra ? Est-ce que nous sommes vigilants ? Prenons-nous garde dans certains événements de la vie ? N’y a-t-il pas des chrétiens dont la vie a complètement basculée après certains événements, Paul dit ? : « Cette conscience, quelqu’uns l’ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. De ce nombre sont Hyménée et Alexandre, que j’ai livrés à Satan, afin qu’ils apprennent à ne pas blasphémer. » (1 Timothée 1 : 19-20). Sommes-nous certains que cela ne nous arrivera pas ?

Nous devons bâtir notre vie spirituelle sur des pierres précieuses si nous voulons éviter le désagrément de l’écroulement et ainsi résister aux attaques de Satan. Nous trouvons ces pierres précieuses en Jésus-Christ :

La soumission : c’est l’obéissance à Dieu à l’exemple du Maître qui est descendu du ciel pour faire la volonté de son Père « Car je suis descend du pour faire non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jean 6 : 38) Nous sommes appelés à être des ambassadeurs pour l’Evangile « Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ » (2 Corinthiens 5 : 20).

La consécration : Ce doit-être une règle de la vie quotidienne qui conduit à la connaissance spirituelle, c’est faire la volonté du Seigneur. Les disciples doivent obéir uniquement à Dieu et à sa Parole.

L’humilité : c’est la pierre précieuse, difficile à acquérir, car l’orgueil est attaché à l’homme, Dieu dit : « L’Eternel renverse la maison des orgueilleux...Et l’humilité précède la gloire » (Proverbe 15 : 25, 33). Les chrétiens authentiques doivent donner le meilleur d’eux-mêmes au Seigneur.

Le service : une vie fondée sur Christ c’est être le serviteur des autres « Mais quiconque veut être grand parmi vous qu’il soit votre serviteur. » (Matthieu 20 : 26). Nous devons être au service de tous, mais les esclaves de personne. Cela ne peut être possible que si l’on est animé de la précieuse pierre suivante.

L’amour : c’est la source de tout ce que le Seigneur a fait. C’est aussi le premier commandement « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée? C’est le premier des commandements. » (Matthieu 22 : 37-38), qui englobe les autres « Si je n’ai pas l’amour, je suis une cymbale qui retentit. » (1 Corinthiens 13).

La foi : cette foi ne peut venir que d’une relation intime et profonde avec Dieu «Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. » (Romains 10 : 13). La foi n’est pas un simple acte intellectuel, elle implique une dévotion personnelle de tout notre cœur et attachement au Seigneur. C’est le chemin vers le juste but.

La sanctification : nous devons comprendre que la sanctification est une pierre très précieuse qui doit orner notre vie. C’est la séparation du péché et la consécration totale à Dieu « Recherchez la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 13 : 14). C’est être tout près du Seigneur, être semblable à lui. Sans la sainteté l’édifice spirituel n’existe pas.

Si nous voulons résister à la pluie et aux tempêtes de la vie, notre « fondement » sur lequel nous devons bâtir nos vies, notre « fondement » sur lequel nous devons bâtir nos vies et les « matériaux » que nous devons utiliser doivent être les mêmes que ceux utilisés par Jésus pour la construction de l’Eglise.  - René Barrois

 

3-5) Chaque jour plus près de Dieu

« Le Tout-puissant sera ton or, ton argent, ta richesse. Alors tu feras du Tout- puissant tes délices... » (Job 22 : 21-29).

Ce court chapitre du livre de Job contient une source de richesses spirituelles pour les croyants qui marchent toujours plus près du Seigneur.

Verset 21 : « Tu auras la paix ; tu jouiras ainsi du bonheur. » La démonstration est faite depuis longtemps, la véritable paix et le véritable bonheur ne se trouve qu’en Dieu «Je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » (Jean 14 : 27), à condition d’être attaché à lui de tout notre cœur et non de l’implorer lorsque l’on se trouve dans le besoin.

Verset 22 : « Mets dans ton cœur ses paroles » Nous devons suivre le Seigneur pour notre bien en ayant ardemment le désir de s’instruire dans sa Parole que nous recevrons dans notre cœur pour s’y conformer car « Toute Ecriture est inspirée de Dieu. » (2 Timothée 3 : 16-17). La Bible est le témoin véritable et doit être reçue, crue et observée en tant qu’autorité.

Verset 23 : « Si tu éloignes l’iniquité de ta tente » Par la Parole et par la lumière du Saint-Esprit, nous connaîtrons également la volonté du Père à notre égard afin de se tenir à l’écart des œuvres du monde, « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés » (Romains 12 : 2). Nous devons mépriser ce qui est mauvais, aimer ce qui est juste et pur.

Verset 24 – 25 : « Jette l’or dans la poussière... et le Tout-puissant sera ton argent, ta richesse » Dans son immense amour le Maître sera pour nous notre richesse et ce qui, autrefois, faisait nos convoitises n’aura plus aucune attirance pour nous, « Car l’amour de l’argent est racine de tous les maux » (1 Timothée 6 : 10).

Verset 26 : « Tu feras du Tout-puissant tes délices » Plus nous nos approcherons de Jésus-Christ et plus notre être entier se délectera en lui pour le louer et l’adorer. La bile nous encourage à louer le Seigneur de tout notre cœur, « Je ferai de toi le sujet de ma joie et de mon allégresse, je chanterai ton nom, Dieu très-haut » (Psaume 9 : 2-3).

Verset 27-28 : « Tu le prieras... à tes résolutions répondra le succès » La prière aura une place de choix dans notre vie et nous en expérimenterons les glorieux effets qui nous pousseront à une reconnaissance active, « Persévérez dans la prière...avec des actions de grâces » (Colossiens 4 : 2). Ainsi notre chemin sera lumineux.

Verset 29 : « Dieu secourt celui dont le regard est abattu » Dans l’épreuve nous serons assuré du secours divin. Ne vaut-il pas la peine de venir ou de revenir à ce Dieu si bon, si merveilleux ? « L’Eternel est mon berger ; je ne manquerai de rien » (Psaume 23 : 1).

En construisant notre vie de chaque jour sur le grand Dieu des cieux, c’est le bonheur et la grâce qui nous accompagnent. (Psaume 23 : 6). - René Barrois

 

3-6) Acquérir l’approbation de Dieu

« Je t’établirai sur beaucoup ; entre dans la joie de ton maître » (Matthieu 25 : 23).

Lorsque nous serons près du Seigneur, chacun recevra la place qui lui revient selon son approbation et non selon la nôtre, Jésus dit : « il y a plusieurs places dans la demeure de mon Père. » (Jean 14 : 23).

Durant notre pèlerinage terrestre nous devons continuellement travailler pour l’édifice de Dieu.

En accomplissant le bien : La vie de Jésus n’a été que de donner pour le bien d’autrui (guérison des cœurs brisés, délivrance des captifs.et le don suprême de sa vie au Calvaire pour le pardon des péchés). Le Seigneur nous a donné l’exemple du ministère de compassion. Ne nous lassons pas à faire le bien. Faisons-le gratuitement de la part du Seigneur. Dieu nous récompensera « car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » (Gal. 6 : 9).

En ayant confiance : Dieu peur mettre sur notre chemin des choses qui nous semblent invraisemblables à l’exemple de Gédéon (Juges 7 : 2-7). Cet homme n’a rien compris à la stratégie de Dieu, mais il eu confiance, et il a vaincu. Si nous ne comprenons pas toujours le plan de Dieu, ayons confiance, gardons la foi ; car ce qui nous paraît impossibles est possibles à dieu et nous somme vainqueurs au nom de Jésus « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. » (Luc 18 : 27). Notre force pour affronter tous les défis de la vie se trouve dans le Nom puissant et glorieux de Jésus-Christ.

En recherchant les choses d’en-haut : Si notre concentration dans la prière et la communion est quotidienne, nous réaliserons toute la grandeur et l’amour de Dieu à notre égard, ainsi nous irons de l’avant pour l’oeuvre du Seigneur. Tous ceux qui invoquent le Seigneur avec force et sincérité sont assurés que « l’Eternel est près de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent avec sincérité. » (Psaume 145 : 18).

En restant fidèle à la Parole de Dieu : La Parole ne s’écoute pas et ne se lit pas seulement, elle se met en pratique, en écartant tous faux raisonnements « Mettez en pratique la Parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par des faux raisonnements. » (Jacques 1 : 22).

Elle éclaire notre chemin car contient les principes spirituels qui nous aident à éviter les difficultés, les pièges qui sont engendrés par les mauvais choix et les décisions malheureuses « Ta parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier. » (Psaume 119 : 105).

En étant pas distrait par le monde : Nous sommes très fragiles, vulnérables. Satan notre adversaire rôde autour de nous cherchant qui dévorer (1 Pierre 5 : 8). Nous vivions dans un monde où le plaisir est roi, l’immoralité et la corruption ne cessent de croître. Le diable parcours la terre qu’il domine. Soyons vigilants afin de ne pas être accaparés par les plaisirs du monde.

Nous n’avons pas à plaire à ceux qui nous entourent, mais à rechercher vivement l’or éternel de l’approbation de Dieu. Dans les moments de découragements nous avons Jésus qui nous soutient.

Bien-aimés, persévérons ! Notre joie sera grande d’entendre le Seigneur nous dire : « Entre dans la joie de ton Maître. » - René Barrois

 

3-7) Sceau et portrait du chrétien

« A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples. » (Jean 13 : 35).

Le chrétien a des signes distinctifs qui permettent de reconnaître qu’il marche avec le Seigneur et qu’il est un citoyen du ciel.

Il suit son modèle « Celui qui dit qu’il demeure en lui (Jésus) doit marcher aussi comme il a marché lui-même. » (1 Jean 2 : 6).

La vie de Jésus constitue le modèle, nous devons refléter sans réserve et devons vivre pour à plaire à Dieu. Ceux qui sont en Christ doivent marcher comme lui. Nous devons progresser dans la sainteté parce que Jésus est saint en prenant garde à ne pas prendre plaisir aux scènes immorales présentées dans le monde « Je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » (Matthieu 5 : 28).

Il porte du fruit « Pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréable, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu. » (Colossiens 1 : 10). Ce qui réjouit Dieu, c’est un croyant qui porte du fruit en progressant chaque jour dans la connaissance de son Seigneur et dans l’accomplissement d’oeuvres bonnes. Pour porter du fruit nous devons demeurer attachés à Jésus, comme au cep (Jean 15 : 1-8). Nous devons être des modèles de foi, c’est l’élément essentiel de la vie chrétienne.

Il a un comportement lumineux débordant de saveur « Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! » (Éphésiens 5 : 8).

Nous sommes appelés à refléter la lumière divine, pour attirer les âmes perdues dans la vérité. Jésus dit aux apôtres « Vous êtes le sel de la terre...la lumière du monde » (Matthieu 5 : 13-14). S’il s’agit du sel qui donne du goût et préserve les aliments. Nous devons être un saint exemple dans le monde en résistant à la décadence et à la corruption du monde.

Sa citoyenneté « Mais notre cité à nous est dans les cieux. » (Philippiens 3 : 20).

Par la foi, la patrie du croyant est dans les cieux. Non pas comme ceux « qui pensent qu’aux choses de la terre » (Philippiens 3 : 19), mais sa vraie identité : citoyen du ciel.

Ses paroles « Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. » (Colossiens 4 : 6).

Nous devons tenir un langage approprié, encourageant et plein de grâce. Nous devons avoir une parole qui professe la vérité dans l’amour pour rendre un témoignage correct de Christ et de conduire ceux que nous côtoyons à lui dans l’encouragement et l’édification « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêt à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1 Pierre 4 : 15).

Son caractère « Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité (l’amour), qui est le leu de la perfection. » (Colossiens 3 : 14).

Le caractère du croyant doit manifester l’amour le plus profond. Un amour authentique pour le prochain qui engendre miséricorde, bonté, humilité, douceur, patience, support, pardon. Cet amour est une grande valeur qui glorifie Dieu (Colossiens 3 : 12-13). L’amour c’est la voie par excellence du portrait du chrétien. Aux yeux de Dieu, c’est une preuve de spiritualité.

Bien-aimés, « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples » (Jean 13 : 35), « Que personnes ne méprises ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté... » (1 Timothée 4 : 12-13).

Le monde doit reconnaître par le comportement des croyants qu’ils sont citoyens du ciel. - René Barrois

 

3-8) Chaque croyant doit être une flamme dans la maison de Dieu

 

« Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification. » (1 Corinthiens 14 : 26).

 

La Bible dit : « Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre à laquelle je les ai appelés. » (Actes 13 : 2). Les chrétiens qui sont remplis de l’Esprit sont particulièrement sensibles à ce que l’Esprit-Saint communique.

À Antioche c’était un rassemblement de croyants, captivés par la louange et l’adoration , une réunion en tous points identique à celle d’aujourd’hui dans nos églises. Dans une telle réunion Dieu prend plaisir, se réjouit à parler à ses enfants par les dons spirituels. Le Saint-Esprit a parlé à cette assemblée d’Antioche à travers un ou plusieurs croyants, au moyen des dons : prophétie, parole de connaissance, sagesse...

Dans l’Église Primitive de tels faits n’étaient pas rares. Quand n’est-il aujourd’hui dans nos assemblées ? On ressent de plus en plus l’assoupissement des chrétiens. Certes, tout chrétien peut être amené à sombrer dans un sommeil spirituel. D’une façon ou d’une autre, on pourrait se conformer à nouveau à quelqu’un qui n’a jamais eu la foi. Nombreuses sont les circonstances qui peuvent induire cette décadence. Mais les conséquences sont pareilles pour tous, la privation de la présence de Dieu, la flamme du Saint-Esprit n’est plus, ainsi on expose notre vie spirituelle à divers dangers tragiques.

Le sommeil spirituel obstrue le canal de l’Esprit et entrave l’écoulement du rayonnement de la vie divine ; cela ôte la communication du doux parfum de Christ qui nous ramène vers Dieu. Lorsqu’on entre dans l’Église une flamme devrait jaillir de notre cœur qui devrait être une fontaine de louange et d’adoration. Malheureusement le peuple de Dieu prend place, assis passivement dans le silence, participe aux chants de louange en espérant une excitation temporaire, mais il n’y a pas d’action réciproque. Chacun accorde au pasteur l’honneur et les responsabilités tout en restant inactif car la flamme vivante de l’Esprit n’est plus. Pourtant, l’Esprit-saint désire ardemment se manifester au travers des dons spirituels et les divers ministères par les autres croyants de l’assemblée ; Paul dit : « Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donné pour l’utilité commune. » (1Corinthiens 12 : 7).

Les croyants du 21ème siècle se sont laisser abreuver par les ténèbres, accabler par Satan et ses démons, enlacer par les compromis avec les œuvres du monde... Le résultat la puissance flamme de l’Esprit s’éteint progressivement. Ésaïe dit : « Ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu, et ce sont vos péchés qui vous cachent sa face, et l’empêche de vous écouter» (Ésaïe 59 : 2).

Les chrétiens des temps apostoliques contribuaient à la vie de l’Église car il étaient la flamme vivante de l’Esprit. Frères et sœurs, il est primordial de se réveiller d’entre les morts, et Christ nous éclairera. (Éphésiens 4 : 14).

La Bible nous interpelle plusieurs fois de veiller. Rappelons-nous que Satan domine le monde entier, qu’il rôde autour de nous comme un lion rugissant cherchant par tous les moyens à éteindre la flamme de l’Saint-Esprit (1 Pierre 5 : 8). Pour ceux qui croient être debout, prenez garde de ne pas tomber.

Il est impératif que chaque église soit une Assemblée de l’Esprit, soit une réelle famille de Dieu, plein de grâce et de vérité. Dieu veut une authentique flamme dans sa maison, afin d’enrichir la communauté chrétienne par toutes sortes de bénédictions. Car la volonté de notre Seigneur est que chaque croyants soit remplir de l’Esprit pour travailler à l’accroissement de son Eglise.

Soyons une flamme dans la maison de Dieu. - René Barrois

 

3-9) La Bible et le bonheur

 

Jean 10 - 1Timothée 6 - Romains 15


Introduction : Le bonheur est un sujet complexe. Il y a tellement d’éléments dans la vie d’un chrétien qui semblent être à l’opposé du bonheur. Nous parlons d’abnégation et de sacrifice de soi. Nous parlons de porter "notre croix". Cependant, en regardant les chrétiens autour de moi (moi inclus), nous ne voyons pas du tout toute cette générosité. Je vois certaines personnes qui ont de meilleures "choses" que les miennes et je me dis que j’aimerais bien avoir les mêmes. Est-ce que les "biens matériels" sont la clé du bonheur ? Est-ce que renoncer à ces "choses" apporte la joie ? Les chrétiens manquent-ils de bonheur tant ils ont de biens matériels ? Ouvrons la Bible et découvrons quels sont les buts de Dieu pour nous !

 

I. Le but de Dieu et l’argent

1. Quel est le but de Dieu pour nous ? Est-il d’être pauvre ? Nous regardons à Jésus comme notre exemple et il était « sans domicile fixe » (cf. Matthieu 8 : 20).

a. Aucun chrétien que je connaisse n’a choisi d’être sans domicile fixe. Ignorons-nous simplement son exemple ?

2. Lisez Jean 10 : 9-10. Quand Jésus dit qu’il veut que ses disciples « aient la vie [...] en abondance », parle-t-il d’une vie éternelle abstraite ou de la vie ici et maintenant ? (Quel que soit le sujet de discussion de Jésus, d’après Strong le mot grec traduit par « abondance » (perissos) signifie « de façon surabondante », « excessivement » Notez que dans ces textes Jésus commence en parlant de la vie éternelle.)

3. Lisez Proverbes 15 : 6. Ce texte parle-t-il d’argent et de « biens matériels » dans notre vie ici et maintenant ? (Oui.)

a. Y a-t-il un autre concept sous-entendu dans ce verset ? (Oui. Le juste et le méchant ont tous deux de l’argent dans ce verset, mais dans le cas du méchant l’argent est une source de problèmes.)

b. Lisez Proverbes 10 : 22. Que nous dit ce verset au sujet de la richesse et des problèmes ? (Il suggère que l’argent en lui-même apporte des problèmes. Quand Dieu nous bénit avec de l’argent, il laisse les problèmes de côté.)

4. Lisez Proverbes 11 : 28. Que nous dit ce verset au sujet de l’argent et de la droiture ? (Un des problèmes avec l’argent est que l’on s’y fie pour notre avenir. La personne juste, qui se fie à Dieu et non à l’argent, a un avenir "en rose" !)

5. Lisez 1 Samuel 2 : 7. Est-il parlé de l’argent de façon positive ou négative ? (La pauvreté semble nous rendre humbles et la richesse nous élève.)

a. Qui est derrière cette humilité et cette élévation ? (Dieu.)

b. Qu’est-ce qui vous rend plus heureux - le fait d’être plus humble ou élevé ?

6. Lisez Ésaïe 5 : 8. Que suggère ce verset quant au fait d’être riche ? (Que vous êtes seul !)

7. Lisez Marc 4 : 18-19. Que disent ces versets quant à la richesse et à la Parole de Dieu ? (Que la « tromperie » de la richesse « étouffe » la Parole.)

8. Arrêtons-nous quelques instants et réfléchissons à ce que nous avons lu. Nous avons lu des versets tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. Normalement, nous devrions tendre à avoir une vie « surabondante" » et « excessive » avec de l’argent. Mais quel enseignement global sur l’argent et sur le fait d’avoir une vie bonne et juste nous donnent ces textes ? (L’argent est quelque chose de délicat. Il peut amener des problèmes - et c’est souvent le cas. Seule une combinaison de droiture et de richesse rend la vie meilleure.)

a. Selon vous, quel est le but de Dieu pour nous relativement à l’argent ? Dieu nous donnera-t-il de l’argent pour que nous soyons heureux ?

b. Si nous disons que Dieu nous bénira avec de l’argent, devrions-nous être justes pour être riches ? (Lisez 1 Timothée 6 :5. Nous étudierons plus tard le contexte de ce verset, mais il dit clairement que seul un esprit "perverti" qui est "privé de la vérité" pense à "la piété comme étant une source de profit".)

9. Nous avons parcouru ce que dit la Bible sur une vie abondante et sur l’argent. Est-ce que les biens matériels amènent le bonheur ? Étudions cela dans la suite de notre étude.

II. Une vie heureuse

1. Lisez 1 Timothée 6 : 3-5. Quels mots voyez-vous dans ce verset qui ne correspondent pas à ce qui vous vient à l’esprit en pensant au bonheur ?

a. Qu’est-ce qui semble causer cette vie sans bonheur ? (Les personnes orgueilleuses qui n’ont pas la vérité divine.)

2. Lisez 1 Timothée 6 : 6-10. Comment pouvons-nous éviter le chagrin ? (Par la piété et le contentement.)

a. Si nous lions l’idée du bonheur avec la richesse, quel est le problème avec le fait de vouloir être riche ? (La Bible est claire sur le fait que le désir d’argent est un chemin dangereux qui peut facilement nous plonger dans la ruine et la destruction.)

3. L’argent ne semble pas être le chemin qui mène au bonheur. Lisons quelques textes qui suggèrent un chemin positif vers le bonheur. Lisez Psaumes 133 : 1. Quelle est l’une des source de bonheur parmi ceux qui suivent Dieu ? (L’unité.)

4. Lisez Romains 15 : 13-14. Quel rôle joue l’Esprit saint dans notre bonheur ? (L’Esprit Saint nous remplit d’espérance - et l’espérance nous donne joie et paix.)

a. Quel est le sujet de notre espérance ? (Le chapitre entier parle de l’espérance. Mais ce texte spécifique dit que nous nous fions à Dieu. La conclusion logique est que si les choses ne sont pas si bien, nous espérons que les choses s’amélioreront dans notre vie. Si les choses vont bien, nous nous fions à Dieu pour notre avenir. L’Esprit saint nous donne la puissance d’avoir ce genre d’espérance. Et l’espérance nous remplit de joie et de paix.)

5. Lisez Galates 5 : 22-25. Combien de mots de ce texte pouvez-vous associer au bonheur ?

a. Quelle est la source de ce bonheur ? (Avoir l’Esprit saint dans notre vie.)

6. Lisez Philippiens 4 : 4-7. Si quelqu’un vous dit de vous "réjouir", ou d’être "heureux", cela vous réjouit-il ou vous rend-il heureux ? Qu’est-ce qui se trouve à la base de la déclaration « réjouissez-vous toujours dans le Seigneur » ? (Se fier à Dieu. Nous lui présentons nos prières et nos requêtes et si nous nous fions à lui, la paix entrera dans nos cœurs.)

a. Cette paix est-elle logique ? (Non ! Le texte dit que cela « surpasse toute pensé » Dieu peut faire l’impossible. Nous avons juste besoin de nous fier à lui.)

7. Lisez 1 Thessaloniciens 5 : 16-18. À nouveau, il s’agit là d’un texte qui nous dit de nous « réjouir ». Selon ce texte, quelle est le chemin qui mène à la joie ? (Soyez reconnaissant envers Dieu. Soyez en contact avec Dieu par la prière. Si vous êtes constamment reconnaissant envers Dieu pour ses bienfaits à votre égard, cela élève votre esprit.)

8. Lisez Luc 12 : 15. Pensez à tous les textes que nous avons lus et étudiés au cours de cette étude. Avec quelles hypothèses sur le bonheur avons-nous commencé ? (Que le bonheur était en relation avec la richesse et les bien matériels.)

a. Qu’avons-nous appris sur ce qui est la véritable source de bonheur et de joie ? (Une relation avec Dieu. La vie ne consiste pas en ce que nous possédons. Une vie remplie d’Esprit est le chemin qui mène à la joie !)

9. Cher ami, désirez-vous du bonheur et de la joie dans votre vie ? Le chemin qui mène au bonheur ne passe pas par la richesse, mais plutôt par une relation avec Dieu. Voulez-vous inviter maintenant l’Esprit saint dans votre vie pour commencer à marcher sur le sentier qui mène à la paix, à la confiance et à la joie ? - Bruce N. Cameron

Alors, que faut-il faire pour connaître le vrai bonheur ?

Au verset 7 du Psaume 4 nous lisons : « Qui nous fera voir le bonheur ? Fais lever sur nous la lumière de ta face, Ô Eternel ! Tu mets dans mon cœur plus de joie qu'ils n'en ont, quand abondent leur froment et leur moût. Je me couche et je m'endors en paix, car toi seul, Ô Éternel, tu me donnes la sécurité dans ma demeure »

Laisser entrer Jésus dans votre vie, car il veut vraiment faire sa demeure dans votre cœur, il dit : « Voici je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte j'entrerai chez lui et je souperai avec lui et lui avec moi » (Apocalypse 3 : 20). Jésus-Christ, le Fils de Dieu peut par la puissance du Saint-Esprit, entrer et prendre possession de votre cœur. Jésus ne vient jamais les mains vides. Il vient avec les provisions de paix, d’amour, de l’assurance de la vie éternelle, de riches bénédictions sans nombre. Donc, le vrai bonheur, c’est de recevoir Jésus-Christ dans sa vie.

Prière : « Seigneur, je te laisse entrer dans ma vie ; viens mettre ton ciel de gloire et de paix dans mon cœur dès maintenant… Merci Seigneur de me remplir de ton amour, Amen ! » - René Barrois

 

3-10) La clé de la découverte spirituelle

 

« Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? » (Actes 19 : 12)

 

Le Saint-Esprit révèle à beaucoup d’hommes et de femmes que Jésus vit aujourd’hui, comme le déclare la Bible, et qu’il est impliqué par la vie de tous les jours.

 

Depuis toujours l’homme s’active dans les découvertes, à ouvrir les portes aux terribles secrets du nucléaire, à sonder l’espace par-delà la frontière qui nous sépare du reste de la galaxie, le projet de poser l’homme sur Mars ou autre...

Charles Steinmetz 1865-1923 mathématicien et ingénieur en électricité osait prédire : « La plus grande découverte à venir, sera d’ordre spirituel. Là est une force, l’histoire le montre, qui a été la plus puissance dans le développement de l’homme et de l’histoire. Cependant, nous avons simplement joué avec elle, nous ne l’avons pas étudiée sérieusement. »

Sans égard aux étiquettes des dénominations religieuses, le Saint-Esprit agit et remplit les chrétiens qui ont faim et soif de découvertes spirituelles. Dans cette recherche de la puissance spirituelle qui anime un grand nombre de croyants, ont redécouvert les vérités cachées de la Bible par des rapports fausses de croyance. Le fait que le Saint-Esprit qui a été donné à l’Église le jour de la Pentecôte, et qui réside encore aujourd’hui dans l’Église communique la puissance.

La clé de la découverte spirituelle c’est non seulement l’acte de croire, mais l’essentiel c’est l’acte de recevoir le baptême du Saint-Esprit. Ne déduisons pas que recevoir l’Esprit est plus important que croire en Jésus. Rien n’est plus important que la conversion. Le salut est un don de Dieu qui est extraordinairement précieux. La Bible dit : « Si quelqu’un est en Christ il est une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées ; voici toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5 : 17).

Il est possible de croire sans avoir reçu le Saint-Esprit (Actes 19). Mais sans la plénitude de l’Esprit beaucoup de chrétiens ont une marche chaotique avec le Seigneur. Leur vie ressemble à un interminable yoyo, un jour ils parviennent à se sanctifier et le lendemain ils chutent dans le péché.

Le Saint-Esprit a été donné à l’Église parce que chaque chrétien a besoin de la plénitude de l’Esprit. Pour recevoir l’éclaircissement spirituel Jésus dit : « Le Consolateur, qui est le Saint-Esprit, que le Père enverra en mon nom ; lui vous vous vous enseignera toutes choses » (Jean 14 : 26).

Ces découvertes spirituelles aident :

- à découvrir et connaître qui est vraiment Jésus-Christ (Jean 16 : 12-14)

- en donnant force et soutien dans le combat contre le péché et révèle le fruit de l’Esprit (Galates 5 : 16-25)

- à recevoir les dons spirituels (1 Corinthiens 12)

- à produire dans les cœurs un culte de louanges et d’adoration pour le présenter à Dieu ( Philippiens 3 : 3)

 

Quelques témoignages de croyants remplis du Saint-Esprit

 

Un serviteur Épiscopal : « Béni soit Dieu qui m’a conduit à chercher et à recevoir l’expérience de la Pentecôte, et qui m’a baptisé de son Saint-Esprit. »

David H. Mc Dowell, pasteur des Assemblée de Dieu dit : « La manifestation pour mon propre cœur fut une révélation de la personne et de la gloire du Seigneur Jésus-Christ »

Un pasteur Méthodiste témoigne : « Depuis qu’il a reçu le baptême il touve la Parole de Dieu vivante et réelle. Il prêche avec plus de puissance, et il a un repos de l’âme que jamais il n’aurait cru possible »

De nombreux chrétiens remplis de l’Esprit, témoignent que Christ et la Parole sont devenus plus réels pour eux, par le baptême du Saint-Esprit »

 

Qu’en est-il de vous ? Depuis que vous avez cru, avez-vous reçu le Saint-Esprit ?

 

La présence du Saint-Esprit est la réponse de Dieu aux cris des cœurs :

assoiffés de découvertes spirituelles - pour un authentique réveil dans les nations...

Ne laissez pas passer l’opportunité pour recevoir les découvertes spirituelles, ou bien, être un essentiel acteur dans le réveil...

 

« Viens,ô salutaire pluie,

Esprit de grâce et de paix !

Répands en nous une vie

Qui ne tarisse jamais.

 

Fraîches rosées,

Descendez sur nous tous !

Ô divines ondées,

Venez arrosez-nous ! » (E. Budry)

 

Demandez au Seigneur la pluie bienfaisante de l’Esprit (Zacharie 10 : 1). - René Barrois

 

 

3-11) La transfiguration ou la Majesté visible de Christ

 

Lecture : Luc 9 : 27-36

 

Lors de la transfiguration, Jésus a été transformé en présence de Pierre, Jean et Jacques pour révéler sa nature divine, sa majesté et sa gloire, c’est-à-dire Dieu dans une chair humaine. Environ une trentaine d’années après, Pierre témoin oculaire de cet événement confirme dans son épître (2 Pierre 1 : 16-18) une preuve définitive de la majesté et de la gloire de Jésus.

 

Que signifie la transfiguration pour Jésus ?

En général, on a une grande difficulté pour comprendre chaque expérience dont Jésus s’est réjoui ou qu’il a endurée, puisse signifier quelque chose pour lui aussi bien que pour nous.

Jésus-Christ était homme, et comme les autres hommes, devait être instruit des choses de la vie.

Les événements de la vie pour Jésus devaient lui servir pour lui-même, et non seulement pour nous servir de leçons pour des circonstances semblables. Il avait à apprendre. Hébreux 5 : 8 nous dit : « Il a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes... » Christ a appris par expérience la souffrance et le prix à payer qui résultent souvent d’une obéissance fidèle à Dieu au milieu d’un monde corrompu.

Par la transfiguration :

Jésus a reçu l’assurance de la gloire qu’il avait auprès du Père, avant que le monde fût (Jean 17 : 8).

C’est aussi pour lui l’espérance de la gloire à venir.

L’assurance de sa propre résurrection (Luc 9 : 22). Moïse et Élie avaient quitté la terre depuis longtemps, cependant ils étaient là devant lui, toujours vivant, preuve de la résurrection. La mort de Jésus-Christ n’était pas un déroulement humain dramatique mais « un accomplissement »

Pour le Seigneur Jésus, c’était l’assurance de sa filiation divine (Luc 9 : 35). Combien cela devait réjouir le Seigneur d’entendre avec des oreilles humaines le Père, le déclarer « Son Fils bien-aimé »

C’est aussi l’assurance pour lui de ce qui concerne « le bon plaisir du Père » « celui-ci est mon Fils bien-aimé, ce qui j’ai mis toute mon affection » (Matthieu 17 : 5).

 

Que représente la transfiguration pour nous ?

Nous avons besoin de voir la gloire de Jésus. En Luc 9 : 26 Jésus nous parle de trois gloires : sa propre gloire, la gloire du Père et la gloire des anges. C’est une triple splendeur que nous comprenons peu, l’admirable personnalité de Jésus.

Jésus était : le Dieu-même du Dieu-même « Le Père et moi, nous sommes un. » (Jean 10 : 30) et l’homme-même de l’homme-même « Mais, lorsque le moment est vraiment venu, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, pour racheter ceux qui étaient sous la loi afin que nous recevions le statut d’enfants adoptifs. » (Galates 4 : 4-5).

C’est également pour nous l’assurance de notre propre résurrection. Mais quelle bénédiction de voir quelqu’un qui est hors du tombeau.

Moïse était mort 1500 ans auparavant, mais il est toujours vivant.

Élie, avait été enlevé 900 ans auparavant, mais toujours vivant et actif.

Jésus-Christ est notre précurseur, puisqu’il vit, nous aussi nous vivront. Alléluia !

La transfiguration, nous donne aussi l’assurance de notre glorification présente et future. Jean 17 : 22 dit : « Je leur ai donné la gloire que tu ma donnée, afin qu’il soient comme nous sommes un. » Les croyants brillent maintenant en la présence de Jésus d’une lumière invisible, cette gloire signifie beaucoup de choses célestes. Lumière invisible pour la terre, mais éclatante pour les êtres célestes. Paul nous révèle que nous seront changés quand le Seigneur viendra. La gloire cachée que nous avons maintenant, sera visible sur la terre comme dans le ciel. « Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. » (Matthieu 13 : 43). Ésaïe dit : « Tu seras une couronne éclatante dans la main de l’Éternel... » ( 62 : 3).

La transfiguration incite les croyants dans le besoin d’adorer le Seigneur Jésus et de le servir.

 

Ne soyons pas comme ces disciples qui se sont endormis au seuil d’une merveilleuse révélation. L’ennemi, délibérément, nous assoupi, lorsqu’il voit que nous sommes avides de révélation, ou à l’approche de quelque lumière, qui favoriserait à sa défaite. Tant que l’on est éveillé nous voyons la gloire de Jésus-Christ. Que le doute et la peur ne viennent pas nous donner une vision limitée. Soyons encouragés et réjouissons-nous de ce que notre personnalité humaine, transfigurée entrera dans la gloire éternelle.

Certainement, nous nous reconnaîtrons les uns les autres sans réintroduction. Nous nous reconnaîtrons nous-mêmes, les autres nous reconnaîtront aussi. Alléluia !

 

« Seigneur, donne-moi des ailes

Pour m’élever par la foi

Jusqu’aux rives éternelles,

Où je vivrai près de toi. » (Les Ailes de la foi).

 

Quel bonheur, quelle joie d’appartenir à l’éternelle famille, à l’éternel Royaume du Père céleste, qui est toute connaissance, tout amour. - René Barrois

 

 

3-12) La bonne odeur d’un vie livrée

 

« … Et la maison fut remplie de l’odeur du parfum... » (Jean 12 : 1-8).

 

Qu’est-ce qu’une vie livrée ? C’est être entièrement abandonnée, pleinement consacrée, totalement soumise à la volonté parfaite de Dieu ce qui est : « à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu. » (Romains 12 : 1). Le croyant doit plaire à Dieu par son amour, son attachement, sa louange, et offrir son corps pour le service à l’Éternel. Paul dit : « Vous ne vous appartenez point à vous-mêmes, car nous avons été rachetés à un grand prix. » (1 Corinthiens 6 : 19-20).

Le but d’une vie livrée n'est pas de devenir prédicateur pour Dieu, ni de travailler pour Lui. Le but de la consécration est de Le servir. Le résultat d’une vie livrée est le service.

La bonne odeur d’une vie livrée est « de regarder toutes choses comme une perte à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ. » (Philippiens 3 : 7-8). Pour que de la bonne odeur d’une vie livrée s’élève vers Dieu, il faut vivre le brisement accompagné par la sainte présence du Saint-Esprit. Pour cela le croyant doit-être attentif au murmure de la vie livrée qui dit sans cesse :

« Donne-moi un amour pour le mourant,

Donne-moi une passion pour le perdu,

Donne-moi un zèle qui consume,

Qui compte tout gain comme une perte. »

 

Ce parfum est le résultat d’un sacrifice extrême

Jean 12 : 3-5, ce parfum valait 300 deniers, en ce temps là le prix correspondait approximativement au salaire de 10 mois ! Un énorme sacrifice.

Le parfum d’une vie livrée n’est pas répandu facilement. Ce fut le cas pour Abraham, Dieu lui demande d’offrir son fils Isaac en sacrifice (Genèse 22).

Jacob pour l’enfouissement de quelques idoles sous les chênes de Béthel (Genèse 35 : 4).

Moïse, lorsque Dieu lui dit : « Je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Égypte mon peuple les enfants d’Israël. » (Exode 3 : 10) ? puis 40 ans pour la traversée du désert...

Le grand apôtre Paul par le Saint-Esprit révèle les angoisses et les souffrances de quelqu’un totalement livré, consacré au Seigneur (2 Corinthiens 11 : 16-33).

« Beaucoup de tribulations » subies pour le service de Dieu (Actes 14 : 22).

Une grande tristesse face au péché qui submergeait la société (Actes 17 : 16).

Il sert le seigneur avec « beaucoup de larmes » (2 Corinthiens 2 : 4).

Les nombreuses épreuves et tribulations qui l’ont accablé dans son travail pour Christ (1 Corinthiens 4 : 11-13 ; 2 Corinthiens 4 : 8-12 ; 11:23-29).

Combien sont vraies les paroles de Paul quand il dit à Timothée « Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ, seront persécutés. » (2 Timothée 3 : 12).

 

Une vie livrée est un sacerdoce concerne pour tous les croyants concerne donc :

1. Dieu, par la louange « Par lui (Jésus), offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom ». (Hébreux 13 : 15).

2. L’annonce de l’Évangile « afin que les païens soient (pour Dieu) comme une offrande agréable, étant sanctifiée par l’Esprit Saint » . (Romains 15 : 16).

3. L’édification mutuelle « exhortez-vous les uns les autres » (Colossiens 3 : 16 ; 1Thessaloniciens 5 : 11 ; Hébreux 3 : 13 ; 10 : 25). « instruisez-vous » (Colossiens 3.16). « édifiez-vous » (Romains 14 : 19). « portez les fardeaux les uns des autres » (Galates 6 : 2). « entretenez-vous par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels » (Éphésiens 5 : 19). « ayez soin les uns des autres » 1 Corinthiens 12 : 24-25). 

4. L’ intercession pour les croyants et pour le monde. A présent, tous les rachetés ont le privilège et le devoir d’intercéder pour tous les hommes (1Timothée 2 : 1) spécialement pour les autres croyants et les serviteurs de Dieu (Éphésiens 6 : 18-19) ; (2 Thessaloniciens 3 : 1) - soit dans leur prière personnelle, soit dans les réunions de prière de l’ assemblée (cf. Actes. 12 : 12).

5. La bienfaisance et la libéralité, c’est "un parfum de bonne odeur, un sacrifice que Dieu accepte et qui lui est agréable". Philippiens 4 : 18 (cf. 2 Corinthiens 9 : 11-14).

 6. L’exercice des différents dons, dans Romains 14 : 19 12.6-8, Paul exhorte chaque membre à servir les autres avec le don reçu.

 

Soyons vigilants, l’ennemi de nos âmes sait ce qu’est une vie consacrée qui accomplit un travail pour l’oeuvre de Dieu, et il fera son possible pour détourner les plans de Dieu.

Sommes-nous totalement abandonnés, complètement livrés à la volonté de Dieu ?

Seigneur amène-nous à être entièrement à toi, afin que de notre vie s’élève le parfum d’une vie livrée pour la gloire de ton nom. - René Barrois

 

 

3-13) « Maintenant »

 

Voici quelques vérités très précieuses du Nouveau Testament sont en relation avec le mot « maintenant », le dictionnaire donne comme définition « le moment présent »

 

1 - le « maintenant » du salut. « Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le temps du salut » (2 Corinthiens 2 : 6).

Cette parole de l’apôtre Paul nous montre que nous sommes dans la grâce et que la porte du salut est très largement ouverte. C’est « maintenant » le moment pour chaque âme de s’engager sur le chemin qui mène dans la vie éternelle. L’entrée est libre depuis que Jésus-Christ a payé la rançon en donnant sa vie au Calvaire. Beaucoup d’âmes laissent passer ce « maintenant » et sont perdus pour l’éternité.

2 - le « maintenant » de la non-condamnation. « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ » (Romains 8 : 1).

Paul nous dit « maintenant » fait glorieux, expérience bénie, la vie spirituelle, la délivrance de la condamnation, la victoire sur le péché et la communion avec Dieu viennent par l’union avec Christ.

3 - le « maintenant » de la filiation. « Bien-aimés, nous sommes maintenant appelés fils de Dieu. » (1 Jean 3 : 2).

Ce « maintenant » est l’une des plus grandes révélations du Nouveau Testament. Être un enfant de Dieu est le plus grand honneur de notre salut. Ainsi, nous pouvons nous réjouir de ce que nous sommes « maintenant » enfants de Dieu.

4 - le « maintenant » de la Vie Sainte. « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclave de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté... » (Romains 6 : 22).

C’est le plan de Dieu que tout être justifié vive une vie sainte. Si nous avons réalisé la puissance de ce verset 22, posons-nous la question : « Suis-je profondément honteux des actions mauvaises, égoïste, et de tous les péchés de la chair ? »

Le verset 19 nous rappelle que « maintenant » nous devons livrer nos membres comme esclaves à la justice pour parvenir à la sainteté. »

Dans son immense amour Dieu nous accorde sa gloire afin que non-seulement on se réjouisse de la non-condamnation, mais que l’on réjouisse le cœur de notre Père céleste dans le « maintenant » de la vie sainte.

5 - le « maintenant » de la citoyenneté. « Ainsi donc (maintenant), vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. » (Éphésiens 2 : 19).

Peu importe notre citoyenneté terrestre, la foi en Jésus-Christ nous conduit dans la grande famille de Dieu. Par le fait d’être sauvés, nous sommes devenus citoyens du ciel. Ce « maintenant » nous permet d’espérer obtenir notre part dans la sainte cité de Dieu qui va descendre du ciel. Louons Dieu pour cette merveilleuse grâce.

6 - le « maintenant » de demeurer. « Et « maintenant », petits enfants, demeurez en lui afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui. » (1 Jean 2 : 28).

Jésus-Christ dit : « (…) Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 : 8). En vue de l’approche du retour du Seigneur Jésus, il est important de demeurer « maintenant » dans sa sainte présence. Afin de ne pas être « confus loin de lui » à son avè­ne­ment, que nous ne soyons pas re­je­tés avec honte loin de lui en entendant cette dure parole : « (…) Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi vous qui commettez l’iniquité. » (Matthieu 7 : 22). Mais d’entendre cette merveilleuse parole : « C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. » (Matthieu 25 : 23).

Nous devons demeurer en lui, être prêts à l’accueillir. Nul ne sait ni l’heure, ni le jour de son retour, son apparition sera soudaine (Relire et méditer la parabole des dix vierges Matthieu 25 : 1-13).

7 - le « maintenant » de la délivrance et du réconfort. « ( … ) « Maintenant », il est ici consolé... » (Luc 16 : 25).

La­zare a eu les maux, qu’il a sup­por­tés comme un pieux Is­raé­lite ; ils ont été son épreuve, et le riche n’a pas songé a les lui adou­cir. Or « maintenant », ici (vrai texte) il est consolé. Ce texte nous montre que ceux qui ont quitté la terre dans la foi du Sauveur sont à présent dans le ciel dans un état de bonheur et sont consolés.

Ainsi, nous savons qu’il y a un « maintenant » de bénédiction pour ceux qui étaient en Christ, mais qui sont maintenant avec le Seigneur.

8 - le « maintenant » de la résurrection en Christ. « Mais « maintenant », Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts » (1 Corinthiens 15 : 20).

L’apôtre Paul montre que le sort des chrétiens est lié à celui de Christ d’une manière si intime que, si Christ est « maintenant » ressuscité d’entre les morts, nous devons tous aussi ressusciter de la même manière. Cette vérité est inséparable de toute la doctrine de l’Église, corps de Christ. Ceux qui nient la réalité objective de la résurrection de Christ nient aussi la foi chrétienne. Il sont de faux témoins qui parlent contre Dieu et sa Parole. Leur foi est stérile ; par conséquent, ils ne sont pas d’authentiques enfants de Dieu. - René Barrois