La sanctification

03/05/2017 16:54

La sanctification (1) 

C'est un sujet pas toujours bien compris, dont nous ne mesurons pas suffisamment l'importance. Pourtant les textes des Écritures sont très parlants. Elle est citée parmi les choses que nous devons rechercher en priorité, car elle est indispensable pour se tenir devant le Seigneur. « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 12: 14).

Qu'est-ce que la sanctification ? Les enfants de Dieu doivent être consacrés, séparés du péché et mener une vie mise à part pour Dieu, qui doit être conduite par le Saint-Esprit pour honorer et glorifier Dieu. C'est s'approcher de la sainteté, dans l'obéissance à Dieu dans tous ses commandements. C'est une marche fidèle sur le chemin étroit, avec la présence constante de Jésus-Christ et du Saint-Esprit. C'est le processus d'une progression dans la vie nouvelle obtenue à la conversion, c'est aussi la métamorphose de jour de jour à l'image du Seigneur Jésus et d'être rendu semblable à lui « Purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.» (2 Corinthiens 7: 1). Ces termes ne veulent pas dire une perfection complète, mais une justice morale sans tache « ...pour vous présentez saints et irréprochables et irrépréhensibles devant lui, si du moins vous demeurez dans la foi...» (Colossiens 1: 22-23 Darby).

Ne pas confondre sanctification avec perfection ou conversion.

La perfection : La sanctification n'est pas la perfection absolue, puisque nul n'est parfait, excepté Jésus-Christ ; mais elle exprime une soif profonde de perfection qui se réalisera pleinement uniquement lorsque nous serons auprès du Seigneur.

La conversion : La sanctification concerne les enfants de Dieu, tandis que la conversion s'adresse aux incroyants. La sanctification vise le caractère et la conduite des chrétiens, alors que la conversion traite le problème du péché chez les incroyants. La sanctification n'est pas l'abandon par étapes du péché mais la transformation des croyants à l'image de Christ leur Sauveur. Il faut préciser qu'il arrive à tous chrétiens de pécher, mais que le péché dans leur nouvelle vie doit-être désormais un « accident » et non plus une « habitude » comme auparavant . Lorsqu'un chrétien a péché, il peut être pardonné en confessant et en abandonnant son péché « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toutes iniquités.» (1 Jean 1: 9). Il est important de reconnaître nos péchés la purification qui ôte la culpabilité afin de vivre dans la sainteté et la réconciliation avec Dieu.

Marcher dans la sanctification

Les disciples de Jésus-Christ achèvent leur sanctification par :

La foi « pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'il reçoivent par la foi le pardon des péchés... » (Actes 26: 18).

Le sang de Christ « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toutes iniquités.» (1 Jean 1: 9).

L’œuvre régénératrice du saint-Esprit dans leur cœur «...si par par l'Esprit vous faites mourir les actions de la chair, vous vivrez. » (Romains 8: 13 ; Colossiens 6: 11 ; Philippiens 2: 12-13).

La sanctification du chrétien n'est pas automatique ; elle s'accomplit avec la coopération de Dieu et celle de l'homme « Car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. » (Philippiens 2: 12-13). Pour atteindre ce but il faut :

cesser de faire le mal (Romains 6: 1-2), se purifier de toute souillure de la chair et de l'esprit (2 Cor. 7: 1 ; Ga. 6: 16-25), se préserver des souillures du monde (Jacques 1: 27 ; Romains 12: 1-2 ; Éphésiens 4: 31 ; Colossiens 3: 5,10).

La sanctification devient effective en maintenant une communion étroite et intime avec Christ « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. » (Jean 15: 4) en : - se consacrant à la prière (Matthieu 6: 5- 13) - obéissant à la Parole de Dieu (Jean 17: 17) étant conscient de la fidélité de Dieu pour pourvoir à ses besoins de chaque jour (Matthieu 6: 25-34) - aimant la justice et haïssant l'iniquité (Hébreux 1: 9), - se soumettant à la discipline divine (Hébreux 12: 5-11) - continuant à obéir à la Parole de Dieu et à être rempli du Saint-Esprit (Romains 8: 14 ; Éphésiens 5: 18).

Conclusion

Pour la plupart des croyants la sanctification est un réel problème, voir un échec à répétition, nous croyons avoir gagné sur un point et voilà que nous rechutons. Alors nous sommes malheureux.

Deux erreurs à ne pas commettre :

- c'est que nous nous efforçons de nous sanctifier par nous-mêmes, avec nos propres efforts

- c'est que nous pensons que Dieu fera les choses tout seul.

Or il faut l'association des deux : Dieu et nous.

- La sanctification est progressive comme l'écrit Paul : « Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection ; mais je cours , pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus-Christ » (Philippiens 3: 12).

La sanctification n'est pas facile. C'est un chemin étroit. Ceux qui disent le contraire ne connaissent pas la réalité de cette parole de Jésus : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mène à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7: 13-14).

« Si nous avons été ensevelis avec lui (Christ) par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. » (Romains 6: 14). Alors nous sommes entrés dans le chemin de la sanctification. (René Barrois)

(1) «Suis-je un chretien consacre ?» Samuel et Dorothee Hatzakortzian

 

© 2013 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode