Bâtir sa vie spirituelle

26/10/2018 09:21

Bâtir sa vie spirituelle

1) Le pardon

2) Repentez-vous !

3) La sanctification

4) Pureté nécessaire

5) La foi

6) Intimité avec Dieu

7) Fondement de l'édifice spirituel

8) Chaque jour plus près de Dieu

9) Sceau et portrait du chrétien

 

1) Le pardon (1)

 

« De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. » (Colossiens 3: 13) « ...Vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. » (Éphésiens 4: 32).

 

Comme Dieu nous a pardonné nos péchés, nous sommes appelés à pardonner. Pardonner c’est naître de nouveau, être réconcilié et apaisé.

Se pardonner à soi-même : Le sentiment de culpabilité, c’est quelque chose de terrible. Satan prend un malin plaisir à nous rappeler telle ou telle chose. Nous devons croire que nos péchés n’ont pas seulement été annulés, mais ils ont été entièrement effacés et que nous sommes en communion avec Dieu par l’union avec Jésus-Christ (Romains 8: 1). Il faut impérativement prendre cette victoire et ne plus laisser aucune trace du passé, car le pardon de Dieu est infini. Jésus veut que chaque jour soit un renouveau dans notre vie.

Pardonner aux autres : Nous avons été pardonnés par la mort et la résurrection de Christ. Aujourd’hui notre mission est de pardonner aux autres tout en transmettant ce message à tous les hommes (Jean 20: 21-23) ; 2 Corinthiens 5: 18-20). La réconciliation est une puissance qui libère, qui transforme, elle est une source de vie par l’action du Saint-Esprit – dans notre foi – nos prières – nos relations avec les autres. Nous connaissons cet adage : « Je pardonne et je n’oublie pas. » Nous avons le devoir - de pardonner et d’oublier – de pardonner immédiatement – continuellement et définitivement.

Le pardon est illimité « Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : «Seigneur combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ?» Jésus lui dit : «Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. » (Matthieu 18: 21-22). Ce qui entrave pour obéir à ce commandement du Seigneur, c’est notre ego. Nous devons saisir la puissance du nom de Jésus pour crucifier le « moi » et laisser toute la place à Christ, à sa Parole ainsi nous aurons une vie spirituelle abondante et notre cœur sera rempli de joie.

Le pardon c’est la porte à l’exaucement des prières. La repentance est essentielle dans la vie du chrétien s’il veut bénéficier de la bénédiction; Seigneur, « Que ma volonté devienne la servante de la tienne ; fais ton trône dans mon cœur ; il t’appartient bon sauveur. »

(1) «Le pardon» Samuel et Dorothée Hatzakortzian

 

2) Repentez-vous !

 

« Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (1 Thessaloniciens 4: 16-17)

Je suis convaincu que dans le ciel tout est prêt pour que la trompette retentisse. Les événements qui secouent la planète nous révèlent que le jour est proche. Sommes-nous réellement prêts pour ce jour glorieux de l’enlèvement de l’Eglise afin d’être du voyage pour aller à la rencontre du Seigneur ?

Le message de Jésus-Christ aux sept églises d’Asie Mineur fait une évaluation de l’église par des éloges ou des réprimandes (ou les deux). L’Eglise d’Éphèse, de Pergame, de Thyatire, de Sardes et de Laodicée reçoivent éloges et réprimandes. L’Eglise de Smyrne et de Philadelphie reçoivent que les éloges du Seigneur. Le but est d’avertir les croyants de s’écarter des choses mauvaises que l’ennemi met dans leur cœur, et de revenir dans la vérité de la Parole. Ces messages sont une déclaration très claire de Christ sur la conséquence désastreuse de la désobéissance et de la négligence spirituelle à la fidélité de Jésus.

C’est ce que nous allons voir en détail :

 

      A l’Eglise d’Éphèse

« Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi d’où tu es tombé, repens-toi et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.» (Apocalypse 2: 4-5).

Quel est donc ce premier amour ? Jésus fait très certainement allusion à l’ardeur débordante des croyants au début de leur conversion. Il faut reconnaître qu’au début les chrétiens sont remplis d’amour pour Jésus, le premier amour c’est :

La ferveur dans la consécration : Les nouveaux convertis passe beaucoup de temps dans la présence du Seigneur, par une vie de prière et d’adoration, fidèles à la Parole et dévoués pour l’oeuvre du Seigneur.

Le zèle : Les nouveaux croyants parlent de leur foi et voudraient que tout le monde se donne à Christ.

L’assiduité : Ils font tout pour participer aux diverses réunions de l’Assemblée.

Le sacrifice : Ils acceptent de se sacrifier pour l’Evangile, d’aller toujours plus en avant. Volontaires, ils sont prêts pour rendre service avec joie, à pratiquer l’hospitalité sans compter. Ils ont l’ardeur du renoncement à eux-mêmes en acceptant toutes sortes d’hostilités.

Avec le temps Satan s’aperçoit des qualités du chrétien plein de zèle. Il vient à lui pour creuser des sillons dans les cœurs. Sillons de lassitude, de profond découragement, tout doucement les compromis avec les œuvres néfastes du monde gagnent la vie des croyants. Certains deviennent rétrogrades, méfiants... Ainsi, l’ardeur du premier amour s’estompe lentement mais sûrement, si l’amour n’est plus dans le cœur du chrétien, il a perdu toute pureté et conscience du cœur (1 Timothée 1 : 5-6).

Devant un tel comportement le Seigneur est profondément attristé. Ce qu’il attend des chrétiens c’est un amour sans partage, sincère qui suscite une consécration complète dans une vie pure avec un attachement profond à la vérité.

Bien-aimés, il ne suffit pas de connaître une bonne doctrine ou «une bonne Eglise», d’obéir à certains commandements et de dire j’adore le Seigneur dans l’Eglise. Avant tout les chrétiens doivent éprouver un amour sans faille pour le Seigneur.

Repens-toi ! C’est le crie de Christ à ses enfants qui ont abandonné le premier amour, sinon il ôtera notre chandelier. Ce chandelier, c’est la lumière dans notre cœur de croyant. La perte du chandelier signifie que les ténèbres nous ont envahi et Christ rejettera et retranchera de son royaume toute assemblée ou toute église ainsi que tout chrétien qui ne se repentiront pas. Je suis sûr que tous vous voulez entrer dans la gloire près du Seigneur. Alors repentons-nous ! Dans son amour le Seigneur « nous donnera à manger de l’arbre de la vie qui est dans le paradis de Dieu. » (Apocalypse 2: 7).

 

      A l’Eglise de Pergame

« Mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrassent à l’impudicité. De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes. Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche. » (Apocalypse 2: 14-16).

La doctrine de Balaam

Balaam signifie « celui qui dévore » ou « celui sui détruit le peuple ». L’esprit de Balaam est un esprit de mensonge, de fourberie et de prostitution. L’enseignement de cette fausse doctrine est contraire à celle Christ qui est Parole de Vérité. Les croyants influencés par un tel enseignement destructeur vont plonger dans l’idolâtrie, ils seront dévorés.

Il faut ajouter à cet enseignement de Balaam celui des Nicolaïtes. Les racines de ce mot grecques sont nikos qui signifie « conquérant ou destructeur », laos qui signifie «peuple». C’est une doctrine qui n’ a qu’un seul objectif, détruire le peuple de Dieu.

Nous ne savons pas grand chose concernant les oeuvres des Nicolaïtes.

A priori, ce sont les œuvres de ceux qui écoutent les opinions des hommes, et mettent en première place les traditions, plutôt que la Parole de Dieu. Ils affirmaient probablement que l’immoralité sexuelle n’entravaient pas le salut en Christ ; aujourd’hui un grand nombre de chrétiens vive dans la dépravation sexuelle (rapport sexuel avant mariage – fane de la pornographie – vivre dans l’adultère...)

Les Nicolaïtes enseignaient que tous chrétiens pouvaient être sauvés tout en menant une vie de débauche et pratiquant le compromis avec les œuvres du monde.

Le Seigneur déteste, haït et condamne toute forme d’hérésie.

Le Seigneur dit : « repens-toi ! » , car Jésus ne supporte pas le laxisme au sein de son Eglise ; il promet de faire la guerre aux pseudo-croyants qui vivent dans la dissolution et ne se repentent pas (Apocalypse 2: 16). Nous devons rester à l’écart de tout compromis avec les œuvres de Balaam et des Nicolaïtes.

 

      A l’Eglise de Thyatire

« Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livre à l’impudicité et qui mangent des viandes sacrifiées aux idoles...Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres. » (Apocalypse 2: 20-22).

Jézabel signifie : « Fumier, sans cohabitation » Femme du roi Achab, cette reine était fanatique de Baal, elle a conduit Israël dans l’idolâtrie. Elle persécutait les prophètes de l’Eternel afin qu’Israël acceptent les prophètes des religions païennes.

L’esprit de Jézabel c’est la voix de Satan et de ses dominations. Ils n’ont qu’un seul but, détourner le peuple du Seigneur

Aujourd’hui, il y a beaucoup de «Jézabel» qui gravite dans l’Eglise et dans la vie des croyants sous différentes formes pour détourner le peuple de Dieu de la vérité de l’Evangile, pour les écarter de la source d’eau vive .

L’idolâtrie n’est pas uniquement l’adoration de statues ou d’images religieuses. Ce peut être : faire passer un être cher en première place dans notre cœur avoir pour fan une équipe sportive ou des célébrités du spectacle au point de mettre en veille notre vie spirituelle et de se détourner du Seigneur de consacrer une grande partie de son temps à bichonner son véhicule...

Certains acceptent des serviteurs animés de l’esprit de Jézabel, parce qu’ils annoncent être les porte-parole de Dieu, qu’ils ont beaucoup de prestige, de succès et d’influence. L’apôtre Paul exhorte Timothée à cet égard : « dans les derniers temps, quelques-uns abandonnerons la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. » (1 Timothée 4: 1). Ce sont tous ceux qui commettent des actes immoraux et prennent plaisirs aux œuvres mauvaises du monde. C’est le péché de la tolérance, Christ condamne ce comportement.

Bien-aimés, si nous sommes tentés par de tels actes, repentons-nous ! Dans le nom puissant de Jésus nous devons rejeter tout orateur qui place ses propres ambitions au-dessus de la vérité biblique. Toute prophétie doit être testée à la mesure de la vérité biblique (1 Corinthiens 4: 29).

Une église ou des chrétiens qui tolèrent un tel enseignement, Dieu les détruira ainsi que ces faux prophètes.

« Soyons sages quand au bien et sans compromis avec le mal » (Romains 16 : 19-20 Darby). Pour vivre un christianisme authentique, dans la vie ou dans l’église, il ne faut pas tomber en séduisant les cœurs des simples. Nous ne devons pas écouter et discuter avec ceux qui sous des prétextes trompeurs (l’esprit de Jézabel), qui cherchent à nous détourner de la Sainte Doctrine.

Restons fidèles ! Bientôt, le Seigneur brisera Satan sous nos pieds.

 

      A l’Eglise de Sardes

« Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort. Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. » (Apocalypse 3: 1-3).

L’Eglise de Sardes avait l’apparence d’une église pleine de vie et active, et elle avait la réputation d’être florissante, probablement dans la piété, mais dans son ensemble Dieu la juge spirituellement morte.

De nos jours, des églises peuvent être très occupées et engagées dans des projets humains qui ne sont pas le véritable pouvoir et la justice de l’Esprit Saint ; elles ne portent pas de fruit, elles ne répondent pas aux critères établis par Dieu.

Seuls quelques croyants de Sardes restaient fidèles à la Vérité de l’Evangile.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Certains chrétiens sont dans la même situation. Ils ont une apparence trompeuse et hypocrite, ils sont morts spirituellement. Jésus le rappelle aux scribes et pharisiens « Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au-dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés. Vous de même, au-dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais, au-dedans, vous êtes pleins d’hypocrisies et d’iniquité. » (Matthieu 23: 27-28).

Le Seigneur ne peut pas accepter les cœurs remplis d’orgueil et de méchanceté. C’est pourquoi Jésus nous dit repens-toi ! La merveilleuse promesse de Jésus-Christ à ceux qui se repentent « je n’effacerai point ton nom. », ce qui signifie l’assurance du salut éternel.

 

      A L’Eglise de Laodicée

« Je sais que tu es ni froid ni bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu es ni froid ni bouillant, je te vomirais de ma bouche...Moi je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle et repens-toi ! » (Apocalypse 4: 15-16 ; 19).

C’est ainsi qu’est décrite la condition spirituelle de l’église de Laodicée.

Aujourd’hui, il y a un grand nombre d’églises tièdes, c’est-à-dire des églises qui se mêlent aux activités du monde et ressemblent à la société qui l’entoure. Je suis allé dans des églises où règne l’ambiance «Night club », où le mensonge ne dérange personne, où la tenue vestimentaire est déplorable, on voit de plus en plus de chrétiens se faire tatouer le corps, tout cela pour suivre la mode du monde... on n’arrive plus à distinguer les chrétiens des gens du monde. Plus nous approchons de l’avènement du Seigneur, plus l’Eglise se laisse sournoisement séduire par l’appel du monde pour marcher dans cette mentalité, se donnant ainsi à des compromissions de toutes sortes. Pourtant ces églises professent le christianisme, les orateurs proclament le changement de vie en Christ, en réalité ils sont « malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nu » (Apocalypse 4: 17-18), parce qu’ils annoncent un évangile sans la croix, ce qui prive l’Evangile de toute sa puissance. Jésus-Christ affirme solennellement aux croyants qu’il condamnera les tièdes et les nonchalants (v. 15-17), s’ils ne se repentent le Seigneur les vomira de sa bouche, ce qui veut dire qu’ils ne seront pas du voyage au jour glorieux de l’enlèvement.

Où est passé le zèle du début de notre conversion ? Repentons-nous, le Seigneur nous tend ses bras d’amour et de compassion. Paul demande à Timothée « de garder le bon dépôt par l’Esprit Saint qui habite en nous.» (2 Timothée 1 : 14). Chaque croyant devrait garder se poser la question suivante : Le bon dépôt ne risque-t-il pas d’être altéré par nos pensées personnelles ou par les influences du monde que nous aurions laissées entrer dans nos vies ? Un cœur partagé peut-il prétendre être un bon gardien de la Parole de Dieu ? Nous devons nous souvenir que la Parole de Dieu est déposée et vit dans le cœur des enfants de Dieu. Elle doit y être conservée telle qu’elle a été transmise, sans rien y ajouter et sans rien en retrancher. Bien-aimés, repentons-nous pour être dans la joie du Seigneur.

 

      L’amour de Dieu pour ses enfants

« Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si tu quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3 : 19-20).

Ces deux versets servent très souvent de base pour l’évangélisation. Ce qui est tout à fait juste, puisque Dieu veut que tous soient sauvés. Chaque incroyant doit savoir que Dieu l’aime et que Jésus se tient à la porte de son cœur et il invite chacun à ouvrir la porte afin de recevoir le pardon de ses péchés et l’assurance de la vie éternelle.

Ici, le Seigneur s’adresse à son Eglise. De nos jours, beaucoup de « chrétiens » pensent qu’ils peuvent continuer à vivre comme avant leur conversion en tolérant le péché dans leur marche avec le Seigneur ; ils n’ont pas en eux le fruit de la repentance. Pour les croyants qui se sont affaiblis spirituellement, Jésus ne les rejette pas, il leurs demande d’ouvrir la porte de leur cœur en se repentant de tout égarement. C’est l’appel divin ! Jésus veut les rétablir en remplissant leur vie de la source de la vie pour qu’ils sortent de la décadence spirituelle et retrouvent la communion avec le Seigneur ainsi que la joie du salut. Toute déviation spirituelle peut être arrêtée net du moment qu’il y a une repentance sincère.

La clé pour rester fidèle dans les pas du Seigneur, c’est d’avoir pour guide la Parole de Dieu et de se laisser éclairer par le Saint-Esprit, ainsi nous serons pour toujours dans le ciel avec Lui. - René Barrois

 

 

2) La sanctification (1)

 

C’est un sujet pas toujours bien compris, dont nous ne mesurons pas suffisamment l’importance. Pourtant les textes des Ecritures sont très parlants. Elle est citée parmi les choses que nous devons rechercher en priorité, car elle est indispensable pour se tenir devant le Seigneur. « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 12: 14).

Qu’est-ce-que la sanctification ? Le mystère de la sanctification, c’est que toutes les perfections de Jésus-Christ nous sont communiquées, dès que nous saisissons par la foi cette promesse. Les enfants de Dieu doivent être consacrés, séparés du péché et mener une vie mise à part pour Dieu, qui doit être conduite par le Saint-Esprit pour honorer et glorifier Dieu. c’est s’approcher de la sainteté, dans l’obéissance à Dieu dans tous ses commandements. C’est une marche fidèle sur le chemin étroit, avec la présence constante de Jésus-Christ et du Saint-Esprit. C’est le processus d’une progression dans la vie nouvelle obtenue à la conversion, c’est aussi la métamorphose de jour en jour à l’image du Seigneur Jésus et d’être rendu semblable à lui « Purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. » (2 Corinthiens 7 : 1). Ces termes ne veulent pas dire une perfection complète, mais une justice morale sans tache « … pour vous présentez saints, irréprochables et irrépréhensibles devant lui, si du moins vous demeure dans la foi...» (Colossiens 1: 22-23).

 

Ne pas confondre sanctification avec perfection ou conversion.

La perfection : La sanctification n’est pas la perfection, puisque nul n’est parfait, excepté Jésus-Christ ; mais elle exprime une soif profonde de perfection qui se réalisera pleinement uniquement lorsque nous serons auprès du Seigneur.

La conversion : La sanctification concerne les enfants de Dieu, tandis que la conversion s’adresse aux incroyants. La sanctification vise le caractère et la conduite des chrétiens, alors que la conversion traite le problème du péché chez les incroyants. La sanctification n’est pas l’abandon du péché, mais la transformation des croyants à l’image du Christ leur Sauveur. Il faut préciser qu’il arrive qu’il arrive à tous les chrétiens de pécher, ce qui doit être un « accident » et non une « habitude » comme auparavant. Lorsqu’un chrétien a péché, il peut être pardonné en confessant et en abandonnant son péché « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » (1 Jean 1: 9). Il est important de reconnaître nos péchés, c’est la purification qui ôte la culpabilité afin de vivre dans la sainteté et la réconciliation avec Dieu.

 

Marcher dans la sanctification

Les disciples de Jésus-Christ achèvent leur sanctification par :

La foi « Pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’il reçoivent par la foi le pardon des péché... » (Actes 26: 18).

Le sang de Christ « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » (1 Jean 1: 9).

L’oeuvre régénératrice du Saint-Esprit dans leur cœur «... si par l’Esprit vous faites mourir les actions de la chair, vous vivrez. » (Romains 8: 13 ; Colossiens 6 : 11 ; Philippiens 2: 12-13).

La sanctification du chrétien n’est pas automatique ; elle s’accomplit avec la coopération de Dieu si nous sommes prêts à nous dépouiller de tout. C’est alors que le Seigneur nous sanctifiera entièrement « Car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. » (Philippiens 2 : 12-13). La sanctification n’est autre que la sainteté de Jésus qui devient nôtre. C’est Christ en nous !

Pour atteindre le but il faut :

Cesser de faire le mal (Romains 6: 1-2).

Se purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit (2 Corinthiens 7: 1 ; Galates 6: 16-25).

Se préserver des souillures du monde (Jacques 1: 27) ; Romains 12: 1-2 ; Éphésiens 4: 31 ; Colossiens 3: 5, 10).

La sanctification devient effective en maintenant une communion étroite et intime avec Christ « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. » (Jean 15: 4) en :

Se consacrant à la prière (Matthieu 6: 5-13

Obéissant à la Parole de Dieu (Jean 17: 17)

Etant conscient de la fidélité du Seigneur pour pourvoir à ses besoins de chaque jour (Matthieu 6: 25-34)

Aimant la justice et haïssant l’iniquité (Hébreux 1: 9)

Continuant à obéir à la Parole de Dieu et être rempli du Saint-Esprit. Romains 8: 14 ; Éphésiens 5: 18).

 

Conclusion

Pour la plupart des des croyants la sanctification est un réel problème, voir un échec à répétition, nous croyons avoir gagné sur un point et voilà que nous rechutons. Alors nous sommes malheureux.

 

Deux erreurs à ne pas commettre :

C’est que nous nous efforçons de nous sanctifier par nous-mêmes, avec nos propres efforts.

C’est que nous pensons que Dieu fera les chose tout seul.

Or, il faut l’association des deux parties : Dieu et nous.

La sanctification est progressive (Philippiens 3: 12).

(1) «Suis-je un chrétien consacré ?» Samuel et Dorothée Hatzakortzian

 

4) Pureté nécessaire

 

« Ayant donc ces promesses, bien-aimés, purifions-nous nous-mêmes de toute souillure de chair et d'esprit, achevant la sainteté dans la crainte de Dieu. » (2 Corinthiens 7: 1)

 

C'est un fait bien connu que saleté et maladie vont de pair. Aussi voyons-nous l'hygiène, nécessaire à une bonne santé, comme synonyme de propreté. L'hygiène spirituelle est également essentielle à une bonne santé spirituelle. Le Seigneur Jésus dit à Pierre que si lui-même ne lui lave pas les pieds, il ne peut pas avoir communion avec lui. « Si je ne te lave pas, tu n'as pas de part avec moi » (Jean 13: 8). Or des pieds propres se réfèrent évidemment à une marche – une conduite – pure sans laquelle nous ne pouvons pas jouir de la communion avec le Seigneur.

De même que la pureté est primordiale pour avoir communion avec le Seigneur, elle l'est aussi pour un service acceptable. Nous lisons en 2 Timothée 2: 21: « Si donc quelqu’un se purifie… il sera un vase à honneur, sanctifié, utile au maître, préparé pour toute bonne œuvre ». Ceux qui, parmi les fidèles désirent être utiles au Maître doivent se mettre à part de toutes souillures. Les croyants doivent se séparer de toute forme d’impiété et résister continuellement aux désirs coupables des œuvres du monde, de rester à l’écart des fausses doctrines contraires aux Saintes Ecritures.

Nous insistons pour que nos enfants se lavent les mains avant de venir nous rejoindre à table, mais nous oublions souvent d'en faire spirituellement de même avant de nous asseoir avec le Roi des rois à sa table. Bien des chrétiens consacrent plus de temps à essayer de paraître propres physiquement devant les autres, que spirituellement devant le Seigneur à qui nous avons affaire. C’est ainsi que nous nous lamentons parfois de la faiblesse qui nous envahit, et nous nous demandons pourquoi. Si quelqu'un persiste dans le manque de propreté, il finit par devenir impropre même à la compagnie d’autres croyants. Plus la saleté est restée longtemps sur nous, plus il est difficile de nous en débarrasser. Pour obtenir les meilleurs résultats, nous avons besoin de beaucoup d'eau, d'eau courante. Christ, qui aime son épouse (l’Eglise) « Afin de la sanctifier par la Parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau » (Éphésiens 5 : 26). Puissions-nous avoir ce désir dans nos cœurs d'être purifiés de « toute souillure de chair et d’esprit », visible ou invisible, en pensées ou en actions car nous devons sentir la bonne odeur de Jésus. Cela ne peut s'accomplir que par la lecture de la Parole de Dieu faite avec prière, en recherchant continuellement la sanctification, en avançant dans la lumière du Saint-Esprit. - A. M. Behnam adapté par René Barrois

 

 

5) La foi

 

« Or la foi est l’assurance des choses qu’on espère, et la conviction des choses qu’on ne voit pas... » (Hébreux 11: 1-40).

« Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. » (Romains 10: 17).

 

Aujourd’hui la foi se raréfie, elle est rejetée, attaquée. Cependant elle demeure ce que Dieu apprécie avant tout. Seule l’authentique foi peut maintenir les croyants en communion avec le Seigneur.

 

Qu’est-ce que la foi ?

Ce mot signifie littéralement : se fier à quelqu’un avec la pensée de s’abandonner à lui ; c’est prendre quelqu’un au mot.

L’objet de la foi chrétien c’est Dieu. Depuis la création il s’est révélé à l’humanité : par sa Parole, puis pleinement par Jésus notre Seigneur et Sauveur.

 

Les trois composantes de la foi sont :

Beaucoup plus qu’une croyance car il y a une profonde différence entre croire et avoir la foi. C’est une parfaite adhésion, être solidement attaché à Dieu.

Un engagement de tout l’être, âme, esprit et corps.

Une vie qui manifeste l’entière réalité de nos convictions et de nos sentiments (Jacques 2: 14-26).

 

Nous devons écarter de nos pensées que seuls nos efforts suffisent à entretenir la foi vivante. Avoir la foi c’est adhérer à toutes les réalités spirituelles, c’est l’élément primordial de la vie chrétienne. Smith Wigglesworth a écrit : «Je crois qu’il existe qu’une voie qui mène à tous les trésors de Dieu et cette voie est celle de la foi. » (1). La foi authentique conduit dans la justice. Le sacrifice d’Abel a été accepté par Dieu car sa foi était véritable, il était juste et obéissant (Genèse 4: 3-5).

Avoir la foi c’est rechercher Dieu assidûment et désirer de tout notre cœur sa présence et la puissance de sa grâce. c’est demander, chercher et frapper, c’est la promesse faite par Jésus-Christ « de donner à ceux qui demandent. » (Matthieu 7: 7-8).

La foi doit être constante, c’est une condition primordiale pour obtenir l’exaucement de nos requêtes, Jésus dit : « Si vous aviez la foi et que vous ne doutiez point...» (Matthieu 21: 21). La foi assure le succès « Confiez-vous en l’Eternel votre Dieu... et vous réussirez.» (2 Chroniques 20: 20). Elle permet de triompher sur les œuvres néfaste du monde car Christ est le fondement et la source de la foi (1 Jean 4).

La foi est un devoir fondamental « Ce que Dieu veut, c’est que vous croyez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6: 28-29).

La foi est l’assurance de voir la gloire et la puissance de Dieu se manifester « Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ; crois-tu cela ? » (Jean 11: 25-26). Pour celui qui à la foi rien n’est impossible « Vous dire à cette montagne transporte-toi d’ici là et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible ». (Matthieu 17: 20).

La foi est une arme défensive « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre les traits enflammés du malin. » (Éphésiens 6: 16). Parce que la vie chrétienne est un combat spirituel, le bouclier de la foi est l’arme vitale et idéale du chrétien. En énumérant la liste des différentes armes chrétienne, Paul, montre l’importance de la foi. Avec le bouclier de la foi nous sommes plus que vainqueur. Rien ne peut nous faire du mal.

La foi est un pilier dans la prière, elle inébranlable « Qu’il demande avec foi, sans douter...» (Jacques 1: 6), « Si la foi n’a pas les œuvres (les actions), elle est morte. » (Jacques 2: 14, 16-17, 20). Une foi sans actions n’apportera rien, elle est inutile. La foi qui sauve, guérit et agit, est une foi vivante et ne peut s’exprimer qu’au travers de l’amour, la confiance, la gratitude. Il est impératif de vivre en aimant Jésus-Christ et en obéissant à sa Parole. La foi n’est pas un simple acte intellectuel, elle implique une dévotion personnelle de tout notre cœur dans un attachement inconditionnel au Seigneur. C’est le chemin vers le juste but.

La foi est un fruit de l’Esprit (Galates 5: 22). C’est la certitude d’être en communion complète avec Dieu.

Ce n’est pas que par la foi au Christ-Jésus, que l’on peut être au-dessus des circonstances, victorieux sur les forces du mal qui veulent nous détruire ; mais parce que « Ayant les regards sur Jésus, le chef et consommateur de la foi. » (Hébreux 12: 2).

« La foi n’existe réellement que lorsqu’elle est mise à l’épreuve. Ne confondons jamais l’épreuve de la foi avec les ennuis habituels de l’existence. Bien des contrariétés, que nous considérons comme des épreuves de la foi, sont simplement des difficultés inévitables que nous vivons sur la terre. La foi biblique, c’est une foi en Dieu qui tient ferme contre tout ce qui peut démentir son existence. » (2).

Nous devons rester fidèle à Dieu quoi qu’il fasse. La foi est importante parce qu’elle honore Dieu et Dieu honore la foi «Afin que la mise à l’épreuve de votre foi, bien plus précieuse que celle de l’or qui périt et qui pourtant est éprouvé par le feu, se trouve être un sujet de louange, de gloire et d’honneur, dans la révélation de Jésus-Christ. » (1 Pierre 1: 7).

Notre persévérance dans les diverses épreuves et notre foi en Christ sont précieuse aux yeux de Dieu, et ce pour l’éternité (6). Si le feu de l’affineur éprouve l’or qui pourtant, comme toutes choses disparaîtra un jour ; le fruit de l’épreuve est pour l’éternité.

 

La foi doit se développer dans chaque chrétien. Prions le Seigneur pour qu’il fasse croître en nous la foi vivante, inébranlable, triomphante pour la gloire de l’Eternel. Amen ! - René Barrois

(1) «Foi, prière et guérison» Smith Wigglesworth         (2) «Tout pour qu’il règne» Oswald Chambers

 

6) Intimité avec Dieu

 

      a) Dieu le premier

 

« Afin qu’en toutes choses il tienne, lui, la première place...» (Colossiens 1: 18).

Pour vivre une vie chrétienne heureuse et victorieuse, nous devons pendant toute la vie mettre Dieu en premier pour respecter l’engagement pris lors de sa conversion. Dieu doit siéger sur le trône de notre cœur.

 

1) Dieu le premier dans son cœur

 

Cela pour glorifier dans un esprit positif de service, de foi et d’obéissance quelques soient les circonstances de la vie. Nous devons rechercher à ce que la puissance de Dieu soit recherchée dans notre vie et dans l’Eglise en possédant la justice de Christ et de rester à l’écart du monde « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu. » (Matthieu 6: 33).

 

2 )Dieu le premier au début de la semaine

Le dimanche est consacré à Dieu, dans la Bible c’est le premier de la semaine. Quand c’est possible nous devons nous rendre à l’église pour rendre un culte de louange et d’adoration au Seigneur ; pour partager dans la communion fraternelle la sainte Cène « Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. » (Actes 20 : 7), pour recevoir l’enseignement de la Parole. Il est bon pour le peuple de Dieu de se réunir régulièrement afin de s’encourager mutuellement pour être soudé au Seigneur et à la foi «N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que nous voyons s’approche le jour (l’enlèvement de l’Eglise). » (Hébreux 10: 25).

 

3) Dieu le premier au début de la journée

Il est important que nous ayons un culte personnel quotidien dans la méditation de la Bible et un moment de prière avec persévérance ; fermement résolus à rechercher la face de Dieu de tout notre coeur pour comprendre sa volonté, ce qui développera notre vie dans l’amour du Seigneur « Eternel ! Le matin tu entends ma voix ; le matin je me tourne vers toi et je regarde.» (Psaume 5: 4). Si notre vie est orientée vers Dieu, nos prières matinales feront naturellement partie intégrante de notre vie ; ainsi, tout au long de la journée, le Seigneur aura son regard sur notre vie.

 

4) Dieu le premier dans son budget

Donner à Dieu est conforme aux Saintes Ecritures, c’est obéir aux commandements du Seigneur « Honore l’Eternel avec tes biens , et avec les prémices de ton revenu » (Proverbe 3: 9).

Nous devons être fidèles dans notre offrande, participer aux dons pour le soutien de l’évangélisation à travers le monde, dans les villages et les contrées isolées de notre pays. La moisson est si grande, il y a tant d’âmes qui meurent chaque jour sans connaître l’amour de Jésus.

Nous devons soutenir l’église locale. C’est un devoir de donner à Dieu les prémices de notre revenu, ainsi Dieu nous accordera ses multiples bénédictions « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes...Et vous, verrez, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. » (Malachie 3: 10).

 

5) Dieu le premier dans ses relations

Nous avons l’obligation de partager le message de la Bonne Nouvelle par le témoignage avec nos familles, nos voisins, nos camarades de travail... C’est obéir au grand commandement de Jésus « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. » (Marc: 16 : 15 ; Matthieu 28: 19-20).

Nous sommes tenus d’être continuellement prêt à porter le témoignage de Christ et d’expliquer l’Evangile « Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1 Pierre 3: 15).

Bien-aimés, que le Seigneur notre Dieu soit toujours le premier dans notre cœur, en toutes circonstances et en tous temps pour la gloire de son Nom. Ainsi, chaque jour nous serons accompagnés de la grâce de Dieu et nous vivrons dans la joie du Saint-Esprit. - René Barrois

 

 

7) Fondement de l’édifice spirituel

 

Lorsque les fondations d’un édifice bouge, c’est toute la structure qui tremble et fini par s’écrouler (lire le passage de l’homme prudent et l’homme insensé de Matthieu 7: 24-27). Si Jésus emploie cette comparaison, c’est pour l’appliquer à notre vie :

 

Sur quoi bâtissons-nous notre vie spirituelle ? Sommes-nous sûrs que les « fondations » sont solides, que notre édifice spirituel ne risque pas de se fissurer voire de s’écrouler lorsque la « tempête » ou même un « vent » un peu plus fort que les autres nous atteindra ? Est-ce que nous sommes vigilants ? Prenons-nous garde dans certains événements de la vie ? N’y a-t-il pas des chrétiens dont la vie a complètement basculée après certains événements, Paul dit ? : « Cette conscience, quelqu’uns l’ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. De ce nombre sont Hyménée et Alexandre, que j’ai livrés à Satan, afin qu’ils apprennent à ne pas blasphémer. » (1 Timothée 1: 19-20). Sommes-nous certains que cela ne nous arrivera pas ?

 

Nous devons bâtir notre vie spirituelle sur des pierres précieuses si nous voulons éviter le désagrément de l’écroulement et ainsi résister aux attaques de Satan. Nous trouvons ces pierres précieuses en Jésus-Christ :

 

La soumission : c’est l’obéissance à Dieu à l’exemple du Maître qui est descendu du ciel pour faire la volonté de son Père « Car je suis descend du pour faire non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jean 6: 38). Nous sommes appelés à être des ambassadeurs pour l’Evangile «Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ» (2 Corinthiens 5: 20).

 

La consécration : ce doit-être une règle de la vie quotidienne qui conduit à la connaissance spirituelle, c’est faire la volonté du Seigneur. Les disciples doivent obéir uniquement à Dieu et à sa Parole.

 

L’humilité : c’est la pierre précieuse, difficile à acquérir, car l’orgueil est attaché à l’homme, Dieu dit : « L’Eternel renverse la maison des orgueilleux...Et l’humilité précède la gloire » (Proverbe 15 : 25, 33). Les chrétiens authentiques doivent donner le meilleur d’eux-mêmes au Seigneur.

 

Le service : une vie fondée sur Christ c’est être le serviteur des autres « Mais quiconque veut être grand parmi vous qu’il soit votre serviteur. » (Matthieu 20: 26). Nous devons être au service de tous, mais les esclaves de personne. Cela ne peut être possible que si l’on est animé de la précieuse pierre suivante.

 

L’amour : c’est la source de tout ce que le Seigneur a fait. C’est aussi le premier commandement « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée? C’est le premier des commandements. » (Matthieu 22: 37-38), qui englobe les autres « Si je n’ai pas l’amour, je suis une cymbale qui retentit. » (1 Corinthiens 13).

 

La foi : cette foi ne peut venir que d’une relation intime et profonde avec Dieu « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. » (Romains 10: 13). La foi n’est pas un simple acte intellectuel, elle implique une dévotion personnelle de tout notre cœur et attachement au Seigneur. C’est le chemin vers le juste but.

 

La sanctification : nous devons comprendre que la sanctification est une pierre très précieuse qui doit orner notre vie. C’est la séparation du péché et la consécration totale à Dieu « Recherchez la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 13: 14). C’est être tout près du Seigneur, être semblable à lui. Sans la sainteté l’édifice spirituel n’existe pas.

Si nous voulons résister à la pluie et aux tempêtes de la vie, notre « fondement » sur lequel nous devons bâtir nos vies, notre « fondement » sur lequel nous devons bâtir nos vies et les « matériaux » que nous devons utiliser doivent être les mêmes que ceux utilisés par Jésus pour la construction de l’Eglise. - René Barrois

 

8) Chaque jour plus près de Dieu

 

« Le Tout-Puissant sera ton or, ton argent, ta richesse. Alors tu feras du Tout-Puissant tes délices...» (Job 22: 21-29).

 

Ce court chapitre du livre de Job contient une source de richesses spirituelles pour les croyants qui marchent toujours plus près du Seigneur.

 

Verset 21 : « Tu auras la paix ; tu jouiras ainsi du bonheur. » La démonstration est faite depuis longtemps, la véritable paix et le véritable bonheur ne se trouve qu’en Dieu «Je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » (Jean 14: 27), à condition d’être attaché à lui de tout notre cœur et non de l’implorer lorsque l’on se trouve dans le besoin.

Verset 22 : « Mets dans ton cœur ses paroles » Nous devons suivre le Seigneur pour notre bien en ayant ardemment le désir de s’instruire dans sa Parole que nous recevrons dans notre cœur pour s’y conformer car « Toute Ecriture est inspirée de Dieu. » (2 Timothée 3: 16-17). La Bible est le témoin véritable et doit être reçue, crue et observée en tant qu’autorité.

Verset 23 : « Si tu éloignes l’iniquité de ta tente » Par la Parole et par la lumière du Saint-Esprit, nous connaîtrons également la volonté du Père à notre égard afin de se tenir à l’écart des œuvres du monde, « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés » (Romains 12: 2). Nous devons mépriser ce qui est mauvais, aimer ce qui est juste et pur.

Verset 24 – 25 « Jette l’or dans la poussière... et le Tout-puissant sera ton argent, ta richesse » Dans son immense amour le Maître sera pour nous notre richesse et ce qui, autrefois, faisait nos convoitises n’aura plus aucune attirance pour nous, « Car l’amour de l’argent est racine de tous les maux » ( 1 Timothée 6: 10).

 

Verset 26 : « Tu feras du Tout-Puissant tes délices » Plus nous nos approcherons de Jésus-Christ et plus notre être entier se délectera en lui pour le louer et l’adorer. La bile nous encourage à louer le Seigneur de tout notre cœur, « Je ferai de toi le sujet de ma joie et de mon allégresse, je chanterai ton nom, Dieu Très-Haut » (Psaume 9: 2-3).

 

Verset 27-28: « Tu le prieras... à tes résolutions répondra le succès » La prière aura une place de choix dans notre vie et nous en expérimenterons les glorieux effets qui nous pousseront à une reconnaissance active, « Persévérez dans la prière...avec des actions de grâces » (Colossiens 4: 2). Ainsi notre chemin sera lumineux.

 

Verset 29 : « Dieu secourt celui celui dont le regard est abattu » Dans l’épreuve nous serons assurés du secours divin. Ne vaut-il pas la peine de venir ou de revenir à ce Dieu si bon, si merveilleux ? « L’Eternel est mon berger, ; je ne manquerai de rien » (Psaume 23: 1).

 

En construisant notre vie de chaque jour sur le grand Dieu des cieux, c’est le bonheur et la grâce qui nous accompagnent. (Psaume 23: 6). - René Barrois

 

 

9) Sceau et portrait du chrétien

 

« A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples. » (Jean 13: 35).

 

Le chrétien a des signes distinctifs qui permettent de reconnaître qu’il marche avec le Seigneur et qu’il est un citoyen du ciel.

 

Il suit son modèle « Celui qui dit qu’il demeure en lui (Jésus) doit marcher aussi comme il a marché lui-même. » (1 Jean 2: 6).

La vie de Jésus constitue le modèle, nous devons refléter sans réserve et devons vivre pour à plaire à Dieu. Ceux qui sont en Christ doivent marcher comme lui. Nous

devons progresser dans la sainteté parce que Jésus est saint en prenant garde à ne pas prendre plaisir aux scènes immorales présentées dans le monde « Je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » (Matthieu 5 : 28).

 

Il porte du fruit « Pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréable, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu. » (Colossiens 1: 10).

Ce qui réjouit Dieu, c’est un croyant qui porte du fruit en progressant chaque jour dans la connaissance de son Seigneur et dans l’accomplissement d’oeuvres bonnes. Pour porter du fruit nous devons demeurer attachés à Jésus, comme au cep (Jean 15 : 1-8). Nous devons être des modèles de foi, c’est l’élément essentiel de la vie chrétienne.

 

Il a un comportement lumineux débordant de saveur

« Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! » (Éphésiens 5: 8).

Nous sommes appelés à refléter la lumière divine, pour attirer les âmes perdues dans la vérité. Jésus dit aux apôtres «Vous êtes le sel de la terre...la lumière du monde » (Matthieu 5 : 13-14). S’il sagit du sel qui donne du goût et préserve les aliments. Nous devons être un saint exemple dans le monde en résistant à la décadence et à la corruption du monde.

 

Sa citoyenneté « Mais notre cité à nous est dans les cieux. » (Philippiens 3: 20).

Par la foi, la patrie du croyant est dans les cieux. Non pas comme ceux « qui pensent qu’aux choses de la terre » (Philippiens 3: 19), mais sa vraie identité : citoyen du ciel.

 

Ses paroles « Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. » (Colossiens 4 : 6).

Nous devons tenir un langage approprié, encourageant et plein de grâce. Nous devons avoir une parole qui professe la vérité dans l’amour pour rendre un témoignage correct de Christ et de conduire ceux que nous côtoyons à lui dans l’encouragement et l’édification « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêt à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1 Pierre 4: 15).

 

Son caractère « Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité (l’amour), qui est le leu de la perfection. » (Colossiens 3: 14).

Le caractère du croyant doit manifester l’amour le plus profond. Un amour authentique pour le prochain qui engendre miséricorde, bonté, humilité, douceur, patience, support, pardon. Cet amour est une grande valeur qui glorifie Dieu (Colossiens 3 : 12-13). L’amour c’est la voie par excellence du portrait du chrétien. Aux yeux de Dieu, c’est une preuve de spiritualité.

 

Bien-aimés, « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples » (Jean 13: 35). « Que personnes ne méprises ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté... » (1 Timothée 4: 12-13).

Le monde doit reconnaître par le comportement des croyants qu’ils sont citoyens du ciel. - René Barrois

 

© 2013 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode