« Examinez toutes choses... »

31/03/2018 15:09

« Examinez toutes choses... »

 

« Examinez toutes choses, retenez ce qui est bon, abstenez-vous de ce qui est mal. »

(1 Thessaloniciens 5 : 21-22).

 

C’est là un conseil fort, et plus qu’un conseil, une exhortation, plus encore, un saint ordre. Le texte grec pourrait être traduit de façon plus littérale : « éprouvez tout, retenez ce qui est bien. De tout espèce de mal, tenez-vous à l’écart. »

Notre responsabilité est fortement soulignée par cette suite de verbes et l’emploi de l’impératif : la ligne est claire, à nous d’agir en conséquence. Le Seigneur nous le demande, cat il sait que nous pouvons y parvenir, trouvant en Jésus-Christ la lumière et la force nécessaire.

Le contexte immédiat de ce passage concerne la manifestation des dons spirituels et en premier lieu celui de prophétie. Mais ces paroles peuvent être appliquées à notre vie spirituelle dans son ensemble, et aussi à toute notre existence, dans tous ses aspects. En effet, cette manière d’agir, en tous domaines est une ligne de sagesse, de bon sens, de sain équilibre, de sainteté. Notre nature humaine ne nous y porte pas. Au contraire, la nature charnelle pousse à l’extrémisme, aux passions, et l’adversaire également pousse à l’extrême cette tendance naturelle.

De plus, notre manque de réelle connaissance, de réflexion, tout comme notre intuition et notre vision limité, influent sur nos manières de voir et d’agir. Et la tendance bornée et orgueilleuse de « moi », à laquelle s’ajoute l’héritage, de traditions, des cultures, augmente le côté charnel et peu fiable de nos raisonnements.

Il parfois stupéfiant de constater les conditionnements et les blocages psychologiques, culturels, superstitieux ou d’ignorance qui ont marqué des peuples en certaines époques et qui aujourd’hui encore influencent la vie de tant de personnes.

Lorsqu’on observe le monde actuel, on oublie souvent de considérer ces blocages qui, bien que différents, plus cachés, plus subtils et distillés par les moyens modernes de conditionnement dont la télévision, internet n’en sont pas moins réels et opprimants.

Les religions comme les philosophies et les systèmes politiques divers ont eu et ont encore une grande part dans l’instauration de ces raisonnements.

Ainsi, lorsque les religions ne sont qu’organisations humaines, terrestres et visée par la domination, elles égarent l’homme dans toute une partie de sa vie.

Cela est évident lorsque l’on considère le carcan dictatorial que l’église romaine tout particulièrement a fait régner au sein du christianisme, ainsi que parfois les églises orthodoxes, voire même le protestantisme à certaines époques et en certains lieux...

De même, il peur arriver que l’on confonde fidélité à la Parole de Dieu et respect de traditions culturello-religieuses, et que l’obscurantisme, la méconnaissance du sillon profond se l’Écriture, une vision étroite et terrestre de la piété doublée d’un non-écoute de l’Esprit Saint, viennent altérer l’exemple et les paroles du Christ : les réflexes conservateurs existent dans toutes les religions.

Le Christ a averti les religieux pharisiens : « vous annulez la Parole de Dieu par vos traditions qui ne sont que commandements d’hommes » (Matthieu 15 : 6-9 ; Marc 7 : 6-13). Et l’apôtre Paul a mis en garde les chrétiens de l’église de Colosses : « Ne vous laissez pas séduire par des philosophies... » (Colossiens 2 : 8).

Mais à l’inverse également, il existe aujourd’hui des courants dominants qui, sans discernement, ne « savent plus reconnaître ce qui est saint de ce qui est profane, et ne font plus connaître la différence entre ce qui est pur et ce qui vient du monde » (Ézéchiel 22 : 26), et voici quelques années encore, Bible en main. Mais beaucoup sont séduits par le « progrès », le « moderne », l’attrait du matérialisme, des techniques (qui peuvent être bonnes si elles demeurent des moyens et deviennent pas des buts), et dominés par l’éloquence des incrédules et des débauchés qui parlent haut avec arrogance.

Ébranlés, nombreux sont ceux qui abandonnent les bases immuables de la révélation de Dieu, le fondement inébranlable de la Parole, la lumière du Christ, pour voguer sur un désordre pseudo-religieux, dériver vers des horizons trompeurs, ou s’adonner à des modes déviantes, parfois anti-bibliques.

Cela à toujours été et dès les premiers siècles des frères se sont réunis pour rétablir la vérité face aux dérives et mode aberrantes venues du monde. Ainsi est né le symbole de Nicée-Constantinople, qui face aux dérives de tous temps, rappelle les bases de la foi chrétienne. Aujourd’hui des dérives semblables se développent.

Face à cette situation, quelles doivent être les bases de notre vie ?

Il nous faut d’abord lire et méditer la Bible, pour apprendre à connaître la pensée véritable de Dieu, nous souvenant de l’avertissement de l’Éternel : « Mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins » (Ésaïe 55 : 8).

Il faut examiner à sa lumière, dans la prière, avec humilité, à l’écoute du Saint-Esprit, au-delà des traditions, des cultures, de nos propres pensées... En toute circonstance, posons-nous la question : qu’est-il écrit ?

Et aimons la vérité, recherchons-la toujours, dans une écoute de prière attentive, afin de bien comprendre la volonté de Dieu, son dessein.

Souvenons-nous de notre responsabilité ; cat nous sommes libres, mais responsable. Ainsi, par exemple, dès le jardin d’Éden, l’Éternel a dit : « Soumettez la terre » (Genèse 1 : 28), mais nous sommes responsable de ce que nous faisons.

Et Dieu dira plus tard : « j’ai mis devant toi deux chemins, le chemin de la vie et le chemin de la mort, choisis la vie ! » (Deutéronome 30 : 19).

Nous sommes libres de respecter ou de nous moquer des lois instituées par Dieu, dans les domaines physique, morale, spirituel. Mais « ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi. » (Galates 6 7).

Notre liberté est entière, mais nous avons tant à apprendre en tous domaines. Souvenons-nous en particulier, de tout ce que l’Éternel a révélé à Moïse dans le Pentateuque.

Les deux grands commandements doivent toujours nous guider « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Matthieu 22 : 37-38), tout comme le Sermon sur la Montagne qui en donne toute la profondeur.

Il nous faut tout examiner, tout éprouver à la lumière de la Parole de Dieu : le monde, son évolution, la société dans laquelle nous vivons, les cultures et modes de pensées et de comportement, afin de ne pas nous laisser entraîner par des slogans, les « croisades » politiques ou autres qui embrigadent, séduisent...

Mais il faut examiner le monde religieux, avec le regard de Dieu, nous souvenant des paroles du psalmiste : « C’est par ta lumière que nous voyons la lumière » (Psaume 36 : 10). Tirons leçon de ce que dit la Bible, des exemples qu’elle donne , ainsi que des leçons de l’histoire. Enfin nous devons également examiner ce qui nous concerne personnellement, tous les aspects de notre vie, spirituelle, vie de couple, éducation des enfants, travail, fréquentations, loisirs, choix...

Recevons les conseils de la Bible dans tous les domaines, y compris dans ceux de la santé, du vieillissement, de la place du corps idolâtre aujourd’hui. Gardons-nous des modes absurdes et des publicités séduisantes dont le but caché n’est souvent que profit.

Là encore, « examinons toutes choses » afin de ne pas être manipulés, mais sachons effectuer des tir et retenir ce qui est bon, non à nos propres yeux en fonctions de nos envies, mais aux yeux de Dieu qui a établi les lois qui permettent à quiconque les observe, d’être heureux.

Ne subissons pas, mais soyons lucides, informés, afin d’être à même d’examiner pour agir de façon responsable, éloignée de tout laxisme, de toute subjectivité, émotivité ou parti paris, comme de toute réaction épidermique, superficielle ou charnelle.

« Examinons toutes choses »afin de rester maître de notre vie, de nos pensées, de nos sentiments, de nos raisonnements, de nos manières de voir.

En toutes choses choisissons avec détermination le bien...et écartons-nous du mal sous toutes ses formes, avec résolution, nous souvenant des mises en garde du Christ : « si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le » (Matthieu 5 : 29), appel à rejeter toute faiblesse face aux tentations. L’apôtre Paul disait : « Je tiens mon corps dans l’obéissance » (1 Corinthiens 9 : 27).

Nous pouvons compter sur l’aide et le secours du Seigneur en tous temps, forts de ses promesses.

Rejetons avec force les suggestions et incitations mauvaises, qu’elles viennent du monde païen ou de l’adversaire, Satan. Veillons sur les sources auxquelles nous nous abreuvons : livres, revues, émissions, fréquentations... Brandissons le bouclier de la foi ainsi que nous y rappelle Paul, afin de rejeter, de détruire au nom de Jésus les flèches de feu de l’adversaire.

Recherchons constamment la lumière de Dieu, sa force, son conseil ainsi que nous invite le Psaume : « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, des sans Dieu... mais qui médite la loi de l’Éternel jour et nuit... » (Psaume 1).

Soyons remplis du Saint-Esprit, à son écoute, prions et méditons.

Aiguisons, fortifions notre conscience afin qu’elle ne s’émousse pas, mais que nos pensées, notre comportement, toute notre marche soient établis sur des bases claires, celle du Christ, de la Parole de Dieu.

Vivons cette exhortation adressée aux Éphésiens : « Que personne ne vous séduise par de vains discours. C’est pour cela que la colère vient sur les fils de la rébellion. N’ayez aucune part avec eux. Autrefois en effet vous étiez ténèbres, mais à présent vous êtes lumière dans le seigneur, marchez comme des enfants de lumière. Le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur, et n’ayez rien de commun avec les œuvres stériles des ténèbres.» (Éphésiens 5 : 6-11). - Yvon Charles transmis par René Barrois

© 2013 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode