Février 2021

29/01/2021 08:52

 

 

Plan de lecture quotidienne :

  Nombres 5 -6     Actes 10 : 24-48

Foi et guérison

 

Transmis par René Barrois le 28/02

 

« Jésus se retourna et dit en la voyant : Prends courage ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même. » (Matthieu 9 : 22).

 

Je crois que nous devrions voir des personnes être délivrées de leurs infirmités sans être touchées. Je crois de plus en plus que le jour vient où le Seigneur va nous visiter de manière telle que sa présence seule suffira pour guérir. Nous devrions voir des personnes être guéries au cours des réunions où l’évangile est prêché, tandis qu’elles sont sous l’onction de l’Esprit. La foi est prêchée pour que vous puissiez déclarer Avec assurance votre guérison. Je suis persuadé que si vous écoutez la Parole et que vous êtes incité à croire, et que si vous vous levez tandis que l’on prie, vous allez vous rendre compte que la puissance de guérison agit en vous.

 

Dieu veut que vous ayez une foi vivante maintenant, pour recevoir un attouchement vital de sa part qui va ôter toute faiblesse.

 

Quand vous avez expérimenté le salut, cela s’est fait au moment où vous avez cru. Vous serrez guéri au moment où vous croirez.

 

Prière du jour : Seigneur, je désire être touché par toi pour que toute ma faiblesse soit ôtée. Que j’aie la foi pour recevoir la guérison que tu as pour moi dans le nom puissant de Jésus. Amen. - Smith Wigglesworth

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Nombres 3 – 4     Actes 10 : 1-23

Il n’est jamais trop tard

 

Transmis par René Barrois le 27/02

 

« Seigneur, auprès de qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. » (Jean 6 : 68)

 

Priscilla s'est récemment inscrite à l'école de Ndalat, au Kenya, pour apprendre à lire et à écrire. Elle connaît déjà certains de ses camarades : six sont, en effet, ses arrière-petits-enfants. Elle est devenue l'élève la plus âgée du monde, elle a… 90 ans ! Sa motivation ? “Je voudrais pouvoir lire la Bible”, dit-elle.

Priscilla répond ainsi à cette invitation de Dieu lui-même: « Sondez les Écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi » (Jean 5 : 39).

La Bible est en effet ce livre unique qui contient le message d'amour que Dieu adresse aux hommes. Un verset résume ce message : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3 : 16).

Vous n'avez peut-être jamais ouvert une Bible, et vous n'êtes pas tenté de le faire parce qu'autour de vous beaucoup s'en moquent – souvent sans l'avoir lue ! N'êtes-vous pas interpellé par l'exemple de cette dame très âgée qui entre à l'école pour pouvoir lire la Parole de Dieu ? Il n'est jamais trop tard pour écouter ce que Dieu veut nous dire. « C'est maintenant le temps favorable ; voici, c'est maintenant le jour du salut » (2 Corinthiens 6 : 2).

Quant à nous qui avons cru, rappelons-nous ce qu'a demandé Jésus à son Père à notre sujet : « Sanctifie-les par la vérité: ta Parole est la vérité » (Jean 17 : 17). Chaque feuillet de cette nouvelle année va nous engager à lire la Bible. Notre réponse sera-t­-elle celle des disciples de Jésus : « Tu as les paroles de la vie éternelle » ? - La Bonne Semence

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Nombres 1-2     Actes 9 : 32-43

Le Naziréat

 

Transmis par René Barrois le 26/02

 

« Pendant tout le temps de son Naziréat, il ne mangeait rien de ce qui provient de la vigne, depuis les pépins jusqu’à la peau du raisin. » (Nombres 6 : 4)

 

Le Naziréens faisaient, parmi leurs vœux, celui de ne jamais boire de vin. Afin de ne pas risquer d’enfreindre cette règle volontaire par inadvertance, ils s’interdisaient aussi de consommer du vinaigre de vin, comme toute liqueur ; et pour que leur attitude soit encore plus claire, ils ne devaient même pas toucher le jus de raisin, ni manger de ce fruit, qu’il fût frais ou sec.

Plus encore, pour être assurés de respecter scrupuleusement leurs vœux, ils devaient se refuser à s’occuper en quoi que ce soit de la vigne.

En fait, il leur fallait fuir jusqu’à l’apparence même du mal. Et il y a là une grande leçon pour ceux que le Seigneur a sanctifiés, mis à part : eux, même, doivent s’éloigner du péché sous toutes ses formes ; non seulement l’éviter dans ses aspects le plus grossiers, mais aussi dans tout ce qui lui ressemble, et jusque dans son esprit même.

La marche dans la sainteté est très décriée aujourd’hui, mais sois certains, cher lecteur, qu’elle est à la fois la plus sûre et la plus heureuse !

Celui qui cède au monde sur un ou deux points se met en grave danger ; car celui qui mange des raisins de Sodome boira bientôt le vin de Gomorrhe. Une simple petite fissure dans les digues en Hollande suffit à laisser pénétrer l’eau. Le trou grandit rapidement, et c’est bientôt une région toute entière qui se trouve inondée...

L’imitation du monde, à quelque degré que ce soit, est un piège pour l’âme. Elle court alors de plus en plus le risque de tomber dans le péché. De plus, comme le naziréen qui aurait bu du jus de raisin ne pouvait être certain que celui-ci n’ait pas subi la moindre fermentation, et donc n’aurait pas eu l’assurance en son cœur d’avoir respecté son vœu, le chrétien qui entre dans le compromis avec le monde ne peut avoir la conscience libre de toute offense.

Il sentira cette alarme intérieure émettre des doutes sur sa conduite. Or, nous ne devons avoir aucun doute quant à ce qui est douteux : c’est mauvais pour nous !

Ne jouons jamais avec les séductions, fuyons-les sans tarder. Il vaut mieux que l’on nous traite avec ironie de « puritain » plutôt que l’on nous dise « hypocrite » avec mépris.

Vivre dans la sainteté exige peut-être beaucoup de renoncement à soi-même, mais cela procure des joies incomparables, et qui sont bien plus qu’une récompense compensatoire ! - C.H. Spurgeon

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 Lévitique 26 – 27   Actes 9 : 1-31

L’amitié de l’Éternel est pour ceux qui le craignent

 

Transmis par René Barrois le 25/02

 

« L'amitié de l'Éternel est pour ceux qui le craignent. » (Psaumes 25 : 14).

 

A quoi reconnaît-on un véritable ami? A ce qu’il nous raconte ses chagrins secrets ? Non, mais à ce qu’il nous fait part de ses joies secrètes. Vous trouverez bien des gens pour vous confier leurs chagrins; l’intimité seule permet d’échanger ses joies intimes. Avons-nous jamais permis à Dieu de nous faire part de ce qui le réjouit? Sommes-nous si pressés de lui raconter tous nos secrets que nous ne lui laissons pas un instant pour nous parler lui-même ? Au début de notre vie chrétienne, nous sommes débordants de requêtes. Plus tard, nous comprenons que Dieu veut nous mettre en rapport direct avec lui, afin que nous prenions part à ses desseins. Sommes-nous assez pénétrés de la conception que Jésus-Christ a de la prière: « Que ta volonté soit faite… » pour pouvoir saisir les plus secrètes intentions de Dieu ? Dieu touche nos coeurs, non pas tant par ses grandes bénédictions que par les petits détails: il est au courant de tout ce qui nous concerne, il sympathise avec nos moindres préoccupations.

 l’homme qui craint l’Éternel, Dieu montrera la voie qu’il doit choisir. Au début, nous avons besoin de nous rendre compte que Dieu nous dirige. Plus tard, notre pensée est si pénétrée par l’Esprit de Dieu qu’il n’est pas besoin que nous cherchions sa volonté; l’idée même de choisir autre chose ne nous viendra plus. Chaque fois que nous ne sommes pas sûrs d’être sur la bonne voie, il faut s’arrêter net, et non pas se mettre à raisonner, en se disant : « Pourquoi pas, après tout ? » Dieu, à ce moment-là, nous instruit par nos choix spontanés, il dirige notre bon sens; nous ne faisons plus obstacle à son Esprit en lui demandant sans cesse : « Seigneur, quelle est donc ta volonté ? » - Oswald Chamber

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Lévitique 25   Actes 8 : 9-40

« Maintenant »

 

Par René Barrois le 23/02

 

Voici quelques vérités très précieuses du Nouveau Testament sont en relation avec le mot « maintenant », le dictionnaire donne comme définition « le moment présent »

 

1 - le « maintenant » du salut. « Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le temps du salut » (2 Corinthiens 2 : 6).

Cette parole de l’apôtre Paul nous montre que nous sommes dans la grâce et que la porte du salut est très largement ouverte. C’est « maintenant » le moment pour chaque âme de s’engager sur le chemin qui mène dans la vie éternelle. L’entrée est libre depuis que Jésus-Christ a payé la rançon en donnant sa vie au Calvaire. Beaucoup d’âmes laissent passer ce « maintenant » et sont perdus pour l’éternité.

2 - le « maintenant » de la non-condamnation. « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ » (Romains 8 : 1).

Paul nous dit « maintenant » fait glorieux, expérience bénie, la vie spirituelle, la délivrance de la condamnation, la victoire sur le péché et la communion avec Dieu viennent par l’union avec Christ.

3 - le « maintenant » de la filiation. « Bien-aimés, nous sommes maintenant appelés fils de Dieu. » (1 Jean 3 : 2).

Ce « maintenant » est l’une des plus grandes révélations du Nouveau Testament. Être un enfant de Dieu est le plus grand honneur de notre salut. Ainsi, nous pouvons nous réjouir de ce que nous sommes « maintenant » enfants de Dieu.

4 - le « maintenant » de la Vie Sainte. « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclave de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté... » (Romains 6 : 22).

C’est le plan de Dieu que tout être justifié vive une vie sainte. Si nous avons réalisé la puissance de ce verset 22, posons-nous la question : « Suis-je profondément honteux des actions mauvaises, égoïste, et de tous les péchés de la chair ? »

Le verset 19 nous rappelle que « maintenant » nous devons livrer nos membres comme esclaves à la justice pour parvenir à la sainteté. »

Dans son immense amour Dieu nous accorde sa gloire afin que non-seulement on se réjouisse de la non-condamnation, mais que l’on réjouisse le cœur de notre Père céleste dans le « maintenant » de la vie sainte.

5 - le « maintenant » de la citoyenneté. « Ainsi donc (maintenant), vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. » (Éphésiens 2 : 19).

Peu importe notre citoyenneté terrestre, la foi en Jésus-Christ nous conduit dans la grande famille de Dieu. Par le fait d’être sauvés, nous sommes devenus citoyens du ciel. Ce « maintenant » nous permet d’espérer obtenir notre part dans la sainte cité de Dieu qui va descendre du ciel. Louons Dieu pour cette merveilleuse grâce.

6 - le « maintenant » de demeurer. « Et « maintenant », petits enfants, demeurez en lui afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui. » (1 Jean 2 : 28).

Jésus-Christ dit : « (…) Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 : 8). En vue de l’approche du retour du Seigneur Jésus, il est important de demeurer « maintenant » dans sa sainte présence. Afin de ne pas être « confus loin de lui » à son avè­ne­ment, que nous ne soyons pas re­je­tés avec honte loin de lui en entendant cette dure parole : « (…) Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi vous qui commettez l’iniquité. » (Matthieu 7 : 22). Mais d’entendre cette merveilleuse parole : « C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. » (Matthieu 25 : 23).

Nous devons demeurer en lui, être prêts à l’accueillir. Nul ne sait ni l’heure, ni le jour de son retour, son apparition sera soudaine (Relire et méditer la parabole des dix vierges Matthieu 25 : 1-13).

7 - le « maintenant » de la délivrance et du réconfort. « ( … ) « Maintenant », il est ici consolé... » (Luc 16 : 25).

La­zare a eu les maux, qu’il a sup­por­tés comme un pieux Is­raé­lite ; ils ont été son épreuve, et le riche n’a pas songé a les lui adou­cir. Or « maintenant », ici (vrai texte) il est consolé. Ce texte nous montre que ceux qui ont quitté la terre dans la foi du Sauveur sont à présent dans le ciel dans un état de bonheur et sont consolés.

Ainsi, nous savons qu’il y a un « maintenant » de bénédiction pour ceux qui étaient en Christ, mais qui sont maintenant avec le Seigneur.

8 - le « maintenant » de la résurrection en Christ. « Mais « maintenant », Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts » (1 Corinthiens 15 : 20).

L’apôtre Paul montre que le sort des chrétiens est lié à celui de Christ d’une manière si intime que, si Christ est « maintenant » ressuscité d’entre les morts, nous devons tous aussi ressusciter de la même manière. Cette vérité est inséparable de toute la doctrine de l’Église, corps de Christ. Ceux qui nient la réalité objective de la résurrection de Christ nient aussi la foi chrétienne. Il sont de faux témoins qui parlent contre Dieu et sa Parole. Leur foi est stérile ; par conséquent, ils ne sont pas d’authentiques enfants de Dieu. - René Barrois

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Lévitique 24   Actes 7 : 54 à 8 : 1-8

 

Quelques conséquences de l’attente du Seigneur Jésus (2)

 

Transmis par René Barrois le 23/02

 

«  Je viens bientôt. » Apocalypse 22 7, 12, 20 Darby)

 

Voici d’autres passages qui montrent l’importance de la foi en un retour du Seigneur Jésus, retour attendu comme s’il était imminent.

Cette assurance nous est présenté comme motif à :

 

. nous garder des jugement téméraires :

« Ne portez aucun jugement avant le temps, jusqu’à ce que le Seigneur vienne »(1 Corinthiens 4 : 5 Darby).

. La patience :

« Vous avez besoin de patience, afin que, ayant fait la volonté de Dieu, vous receviez ca qui est promis. Car encore très peu de temps, et celui qui vient viendra, et il ne tardera pas » (Hébreux 10 : 36-37 Darby).

« Prenez donc patience, frères, jusqu’à la venue du Seigneur. Voici, le cultivateur attend le fruit précieux de la terre : il prend patience à son égard (…) Vous aussi, prenez patience ; affermissez vos cœurs, car la venue du Seigneur est proche » (Jacques 5 : 7-8 Darby)

 

. la douceur :

«  Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche ; ne vous inquiétez de rien » (Philippiens 4 : 5-6 Darby)

 

. une confiance sans inquiétude :

« Ayant raffermi vos pensées, étant sobres, espérez parfaitement dans la grâce qui vous sera apportée à la révélation de Jésus-Christ » (1 Pierre 1 : 13 Darby).

 

. La fidélité dans le service et dans l’exercice des dons que l’on a reçu du Seigneur pour l’avantage commun :

« Je t’ordonne devant Dieu qui appelle tout à l’existence, et le Christ Jésus qui a témoigné par une belle confession devant Ponce Pilate, de garder ce commandement, sans tache, irrépréhensible, jusqu’à l’apparition de notre Seigneur Jésus-Christ » (1 Timothée 6 : 13-15 Darby) Voir aussi 2 Timothée 4 : 1-2.

« J’exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi qui suis ancien avec eux et témoin des souffrances de Christ, qui aussi ai part à la gloire qui va être révélée : faites paître le troupeau de Dieu qui est avec vous, en veillant sur lui non par contrainte, mais de plein gré, ni pour un gain honteux mais de tout cœur, ni comme dominant sur des héritages mais en étant les modèles du troupeau ; et quand le souverain Pasteur sera manifesté, vous recevrez la couronne inflétrissable de gloire » (1 Pierre 5 : 1-4 Darby).

. l’attente de l’approbation du Seigneur Jésus-Christ, marqué par :

- son appréciation (Matthieu 25 : 21)

- sa récompense (Apocalypse 22 : 12)

la couronne de justice (2 Timothée 4:8) – Plaire au Seigneur

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 Lévitique 22 – 23   Actes 7 : 1-53

Quelques conséquences de l’attente du Seigneur Jésus (1)

 

Transmis par René Barrois le 22/02

 

« Tous ceux qui aiment son apparition... » (2 Timothée 4 : 8 Segond 21)

 

De nombreux passages de la Parole montrent l’importance de la foi au retour du Seigneur Jésus pour enlever de la terre les enfants de Dieu. Ce retour peut survenir à tout moment puisque sa date n’est pas révélée.

Cette attente est une motivation à :

. l’amour pour le Seigneur Jésus. Comment ne pas aimer celui qui :

- nous délivre de la colère qui vient (1 Thessaloniciens 1 : 10) ;

- transformera notre corps (1 Corinthiens 15 : 52-53 ; Philippiens 3 : 20-21) ;

- viendra nous chercher lui-même pour nous introduire avec lui, pour toujours, dans la maison du Père (Jean 14 : 3 ; 1 Thessaloniciens 4 : 17).

 

. l’obéissance, la sainteté :

« Demeurez en lui, afin que, quand il sera manifesté, nous ayons de l’assurance et que nous ne soyons pas pas couvert de honte par lui, à sa venue » 1 Jean 2 : 28 Darby).

« Nous savons que, quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pure » (1 Jean 3 : 2-3 Darby).

« Bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés sans tache et irréprochables devant lui, en paix » (2 Pierre 3 : 14 Darby).

 

. La vigilance :

«  Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées ; et soyez vous-mêmes semblables à des hommes qui attendent leur maître (…) Bien-heureux sont ces esclaves, que le maître, quand il viendra, trouvera en train de veiller » (Luc 12 : 35-37 Darby).

« Prenez garde, veillez et priez, car vous ne savez pas quand ce temps sera. C’est comme un homme qui par en voyage, laissant sa maison, et donnant autorité à ses esclaves, à chacun son ouvrage ; et il a commandé au portier de veillez. Veillez donc ; car vous ne savez pas quand le maître de la maison viendra (…) ; de peur qu’arrivant tout à coup il ne vous trouve endormis. Or ca que je vous dis, à vous, je le dis à tous : veillez » (Marc 13:33-37 Darby).

« Veillons les uns sur les autres pour nous stimuler à l’amour et aux bonnes œuvres, n’abandonnant pas le rassemblement de nous-mêmes comme quelques-uns ont l’habitude de le faire, mais nous exhortant l’un l’autre, et cela d’autant plus que vous voyez le jour approcher » (Hébreux 10 : 24-25 Darby). - Plaire au Seigneur

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Lévitique 19 – 21   Actes 6

Chargé d'une profonde souffrance

 

Transmis par René Barrois le 21/02

 

Rien ne touche le cœur de notre Dieu davantage qu’une âme qui est submergée par la souffrance. Le terme utilisé ici pour « souffrance » signifie « profonde tristesse » ou « tristesse causée par une détresse extrême. » Ésaïe nous dit que le Seigneur Lui-même est familier de cette émotion déchirante : « Méprisé et délaissé par les hommes, homme de douleur, habitué à la souffrance » (Ésaïe 53 : 3).

Même lorsqu’Il exerce Son jugement, Dieu pleure sur Ses enfants. Le psalmiste fait une déclaration incroyable au sujet d’Israël : « Il s’est souvenu en leur faveur de son alliance, il a eu pitié d’eux, conformément à sa grande bonté, et il a éveillé pour eux la compassion de tous ceux qui les retenaient prisonniers » (Psaumes 106 : 45-46). Quand Dieu voit que Ses enfants souffrent, non seulement Il souffre avec aux, mais Il fait en sorte que leurs ennemis aient pitié d’eux !

Peut-être es-tu chargé d’une profonde souffrance. Cela peut être à cause d’une personne qui t’est chère et qui souffre ou qui a des problèmes. Cela peut être à cause d’un fils ou d’une fille qui est rétrograde, qui s’enfonce peu à peu dans les ténèbres du péché. Ou cela peut être à cause d’un bien aimé qui affronte une crise financière sévère. Je vous le dis à tous : Jésus Christ est ému par ta souffrance.

Il est merveilleux d’avoir Jésus qui marche avec nous dans notre peine, mais même quand un miracle est en chemin, il peut se passer un certain temps avant qu’il n’arrive. Considère cette femme qui a souffert d’une perte de sang chronique et qui a touché le bord du vêtement de Jésus pour être guérie. Pendant douze ans, elle avait saigné sans arrêt et elle mourait littéralement à petit feu. Luc, un médecin, a écrit qu’elle « avait dépensé tout son bien chez les médecins, mais aucun n'avait pu la guérir » (Luc 8 : 43).

« Elle s'approcha... et toucha le bord du vêtement de Jésus. Son hémorragie s'arrêta immédiatement. Jésus dit : … Quelqu'un m'a touché, car j'ai senti qu'une force était sortie de moi » (Luc 8 : 44-46). Jésus a ressenti la souffrance de cette femme et Il a répondu à son besoin quand elle s’est tendue vers Lui !

Malheureusement, une foule de gens font aujourd’hui ce que cette femme faisait : aller de lieu en lieu pour chercher des réponses. Ils expliquent leur problème encore et encore, espérant que, cette fois, ils vont trouver un soulagement. Tout ce qu’ils veulent, c’est trouver quelqu’un qui puisse arrêter les saignements de leur cœur.

Quand cette femme en souffrance a tendu la main vers Jésus pour Le toucher, établissant un contact avec seulement le bord de son vêtement, elle a été instantanément guérie ! La compassion de Jésus a coulé en elle et l’a entièrement rétablie. - David Wilkerson

$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Lévitique 16 – 18   Actes 5 : 12-42

Hier, aujourd'hui et demain

 

Transmis par René Barrois le 20/02

 

Jusqu'à ce jour, Dieu t'a béni,

Tu l'as trouvé toujours fidèle ;

Si le chemin n'est pas fini,

Si l'épreuve est parfois cruelle

Chrétien, courage ! Prie, adore,

Ton Dieu veut te bénir encore.

Il t'a consolé chaque fois

Que le chagrin croisait ta route.

Il t'a soutenu sous le poids

De tes problèmes et de tes doutes.

Lève les yeux et prie, implore

Ton Dieu qui te console encore.

Jusqu'à ce jour, sa bonne main

T'a donné l'appui nécessaire ;

Si l'avenir est incertain,

Il sera toujours ta lumière ;

Ta nuit fera place à l'aurore.

Chrétien, Dieu t'accompagne encore. - Graines d'ensemencement

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 Lévitique 15     Actes 4 : 32 à 5 : 1-11

Une eau assainie

 

Transmis par René Barrois le 19/02

 

« Il alla vers vers la source des eaux, et il y jeta du sel, et dit : « Ainsi parle l’Éternel : J’assainis ces eaux ; il n’en proviendra plus ni mort, ni stérilité. » (2 Rois 2: 21).

 

La DDASS est chargée de s’assurer de la qualité de l’eau distribuée. Des paramètres sont retenus et constituent des points essentiels pour une eau de qualité : la dureté, la concentration en fluor et en nitrates.

La dureté de l’eau provient de la présence de calcaire et de magnésium. Sur le plan humain, certains caractères sont parfois trop durs ! Ils se traduisent par de l’intransigeance et un manque de souplesse, ce qui entraîne des relations orageuses. Le Seigneur a prévu son adoucisseur : le Saint-Esprit ! Laissons lui la possibilité d’intervenir et il agira en transformant notre caractère pour manifester sa douceur (Galates 5: 22) !

Le fluor présent dans l’eau est bénéfique à des doses modérées et joue un rôle positif dans la prévention des caries dentaires. Il est recommandé de se nettoyer régulièrement les dents et de prendre le temps de bien mâcher les aliments : avec votre agenda surchargé, en prenez-vous le temps ?

Qu’en est-il dans votre relation avec Dieu ? Êtes-vous tenté de prier et lire votre Bible « vite fait » … les pensées orientées vers toutes les activités de la journée ? Dévorez les Écritures ! Méditez-les afin d’en être imprégné ! (Matthieu 4: 4 ; Colossiens 3: 16).

Les nitrates Sont des produits fertilisants. Les pesticides éliminent les animaux et les plantes indésirables. Ils sont polluants. Notre monde s’enlise de plus en plus dans la souillure !

La violence et l’impureté sexuelle sont des « nitrates » mais aussi des « pesticides» cherchant à éliminer les enseignements divins ! Ce sont des polluants en puissance qui souillent l’être intérieur ! Protégeons-nous au maximum de ces polluants...et nous préserverons notre santé spirituelle et celle de notre entourage ! - Philippe Landrevie

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

  Lévitique 11 – 12   Actes 3

Critiqueurs anonymes

 

Transmis par René Barrois le 18/02

 

« Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus. » (Philippiens : 9)

 

A l’instar de bon nombre de gens, lorsque je lis un journal ou une revue, j’y remarque les fautes de grammaire et d’orthographe. Ce n’est pas que je cherche à y trouver des fautes, mais elles me sautent aux yeux ! Or, j’ai pour réaction initiale de critiquer la publication et les gens qui l’ont produite. « Mais pourquoi donc n’utilisent-ils pas de logiciel de correction orthographique ou ne retiennent-ils pas les services d’un relecteur ? »

Il se peut que vous viviez la même chose dans votre domaine. On dirait que plus nous en savons sur un sujet, plus nous devenons critiques des erreurs qui s’y font. Ce qui risque aussi d’altérer nos relations avec les gens.

Paul nous présente pourtant une autre façon de faire : « Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence » (Philippiens 1 : 9). Ce que Dieu a prévu, c’est que nous en sachions et en comprenions plus pour aimer plus. Au lieu d’entretenir un esprit critique et de prétendre ne rien remarquer ou ne pas nous en soucier, nous devrions grandir en empathie grâce à notre compréhension accrue. La compassion devrait remplacer la critique.

Au lieu de critiquer les autres, nous devrions être « remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu » (Philippiens 1 : 11), comme le Seigneur nous le demande. Nous pourrions ainsi fermer les yeux sur les erreurs, taire nos critiques et aimer les gens, peu importe tout ce que nous savons à leur sujet ! — David Mccasland

L’erreur est humaine, le pardon divin. Alexander Pope

$$$$$$$$$$

 

 

Plan de lecture quotidienne :

 Lévitique 11 – 12   Actes 3

DIEU NOUS INVITE À PASSER DU TEMPS AVEC LUI… 

 

Transmis par René Barrois le17/02

 

Qui d’entre nous n’aimerait pas avoir un petit verger avec quelques arbres fruitiers qui donnent de bons fruits ? Est-ce qu’il nous suffit de planter un arbre sur un bout de terrain pour avoir de beaux fruits ? Non. Beaucoup d’éléments interviennent dans la culture des arbres fruitiers, le travail de la terre, l’entretien des branches, l’arrosage, l’ensoleillement, les graines utilisées, l’âge des arbres, …

La qualité des fruits, leur goût, leur texture, leur saveur ou leur couleur sont le reflet du travail de l’arboriculteur. De même, la qualité d’un vin reflète le travail du viticulteur.

Dans notre vie, l’adoration est aussi le reflet de quelque chose. Elle reflète notre relation avec Dieu. Plus j’aime Dieu, plus j’aime passer du temps dans sa présence, plus je vais avoir un cœur d’adorateur. L’adoration est le reflet de notre intimité avec Jésus.

Parfois, on aimerait vivre des temps plus forts dans l’adoration et expérimenter la présence de Dieu. Mais notre adoration se nourrit d’une relation d’amour avec Dieu. La qualité de notre adoration est liée à la qualité de notre relation avec Dieu, à notre amour pour Lui.

Et Dieu désire éveiller notre cœur à l’amour, à l’adoration.

Jésus se révèle à nous comme notre bien-aimé dans le Cantique des cantiques. Il nous invite à passer du temps avec Lui, à lui parler.

« Mon bien-aimé m'a parlé, et m'a dit: Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!Car voici, l'hiver est passé, la pluie a cessé, elle s'en est allée;les fleurs paraissent sur la terre, la saison des chants est arrivée, et la voix de la tourterelle s'entend dans notre pays;le figuier embaume ses figues d'hiver, et les vignes en fleur exhalent leur parfum. 

Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher, dans les cachettes des lieux escarpés, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix; car ta voix est douce, et ton visage est agréable. » Cantique des Cantiques 2 : 10-14 

La fiancée parle de cette relation d’intimité « Mon bien-aimé est à moi, et moi je suis à lui » (Cantique des C. 2 : 16). Elle est malade d’amour pour lui et s’émerveille devant lui.

Pour répondre à cette invitation de notre bien-aimé, nous avons besoin de mettre du temps à part pour développer une intimité avec Lui.

Nous avons besoin d’apprendre à Le connaître, à découvrir qui Il est, à nous émerveiller devant sa beauté pour laisser jaillir notre amour du fond du cœur.

Prière : Seigneur, aide-moi à mettre du temps à part qui te soit entièrement dédié. Je veux répondre à ton invitation, venir dans ta présence et chercher ton cœur. Révèle-toi à moi et remplis mon cœur d’amour afin qu’il déborde pour Toi. Amen. - Delphine Fereyre

$$$$$$$$$$

Plan de lecture quotidienne :

Lévitique 8   Actes 2 : 1-21

Que les désirs de ton cœur soient mes désirs

 

Transmis par René Barrois le 15/02

 

« Tu lui as donné ce que désirait son cœur et tu n’as pas refusé ce que demandaient ses lèvres » (Psaume 21 : 3)

 

Oui c’est vrai je te donne ce que ton cœur désire. C’est encore mieux que de te donner ce que tes lèvres réclament.

Lorsque tu pries, tu ne demande pas toujours ce que tu voudrais.

Mais tu pries comme tu penses que « tu devrais » prier. Aussi beaucoup de ces requêtes restent sans réponses, car n’étant  réellement sincères elles n’ont pas assez de forces pour s’élever jusqu’au trône céleste.

Mais si tu désires quelque chose de tout ton cœur et que tu te battes sincèrement pour l’obtenir en présentant force argument, cette prière sera certainement entendue, si elle est pour ton bien.

Rappelle toi ma bien-aimée, je t’aime vraiment et je sais mieux que toi ce qu’il te faut.

Alors je ne t’accorderai pas ce qui , en fin de compte, ne peut pas te faire du bien.

Lorsque tu aspires à quelque chose de ton cœur, je le sais car je vis dans ton cœur.

Bon nombre de tes désirs sont inspirés par moi. Et parce que Je désire aussi ces biens et que Je désire aussi ces biens et que Je demeure en toi par la puissance et la présence du Saint Esprit, tu es portée à éprouver les mêmes désirs.

Peut-être penses tu que ton aspiration est originale et qu’elle vient de toi, mais il n’en est pas ainsi. Je t’aime et J’habite ans ton cœur. J’y place un souhait particulier et je t’influence afin que tu recherches aussi l’exaucement. (Philippiens 2 : 13). Lorsque mon Esprit et le tien s’accorde, le vœu s’accomplit car « si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose, elle leur sera accordée par mon Père  qui est dans les cieux » (Matthieu 18 : 19). 

Alors si toi et Moi nous nous accordons sur quoi que ce soit, nous le recevons.

Quel sont les désirs de ton cœur ? M’aimes-tu assez pour désirer ce que Je désire pour toi ? Pourquoi n’écrirais tu pas, après réflexion ce que à mon avis, Je désire pour toi ? tu seras surprise de constater que tu aspires aux même souhaits que Je forme pour toi. Je dirige toutes choses selon l’ordre divin et tout sera parfait si tu te laisses diriger par mon Esprit.

Ne te demande pas ce que tu veux, demande moi ce que je veux. Aie les même désirs et tu me ressembleras. Et cela aussi, est mon vœu le plus cher pour toi. - Par Prescillia

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 Lévitique 6 – 7   Actes 1

 

Tu es au service du Seigneur et des tensions se sont malheureusement installées au sein de ton couple...

 

 

Transmis par René Barrois le 14/02

 

Tu es peut-être un chrétien ou une chrétienne engagée, voir même un serviteur de Dieu ou encore l’épouse d’un pasteur, d’un évangéliste, d’un missionnaire. Tu constates que des tensions se sont installées entre ton conjoint et toi et tu ne sais comment faire pour rétablir ta relation avec lui. Que faire, comment réagir ?

Tu as tout à coup une foule de choses à lui reprocher et l’ennemi, par-dessus le marché, t’a donné un bon coup de main pour cela. Ou alors ce sont des choses absolument banales, insignifiantes, sans réelle importance qui vous ont conduits à vous quereller, et cela a peut-être dégénéré en de violentes disputes !

 

Malheureusement, nombreux sont les couples chrétiens, voir même les couples de serviteurs de Dieu aujourd’hui, qui ont cessé de mettre leur force en commun pour résister à leur adversaire. Ils sont désunis et se suspectent, s’envient, voir même se combattent l’un l’autre. Un véritable mur s’est dressé entre eux. Comment, dans une telle situation, espérer remporter la victoire sur l’ennemi de votre famille.

 

Combien il est alors important de se rappeler que Satan mettra tout en œuvre pour diviser votre foyer : car ce qu’il craint le plus, c’est un couple qui marche et agit en harmonie devant le Seigneur. Il cherchera, à tout prix, à engendrer en chacun des conjoints des conflits, de mauvais sentiments l’un à l’égard de l’autre et il utilisera tout son arsenal de ruses pour tenter de vous diviser.

Il sait aussi qu’il aura plus de chance à y parvenir en vous attaquant séparément, et en cherchant, d’une façon ou de l’autre, à vous dresser l’un contre l’autre, en vous poussant à vous quereller, au point même de vous inciter à la violence (du moins en paroles) l’un à l’égard de l’autre. Plus vos querelles seront agressives, violentes mêmes, plus l’ennemi sera content. Il suscitera toujours des opportunités de vous faire mutuellement des reproches, de vous disputer, même de vous quereller.

Hélas ! Que de couples chrétiens, même parfois de serviteurs de Dieu, se font ainsi piéger par les intrigues apparemment inoffensives du diable. Certains, même à la fin de leur vie, ne parviennent pas à réaliser qu’en cédant ainsi à ses tentations, ils sont en fait tombés dans les pièges du malin.

 

Le passage suivant des Ecritures convient si bien à une telle situation, lorsque l’apôtre Paul nous exhorte en disant : « Je vous exhorte … à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. »

Combien il est important que les disciples du Seigneur, en particulier le couple de serviteurs de Dieu, soient unis et le restent ; qu’ils s’entraident et qu’ils fassent front ensemble à leur ennemi commun, réalisant qu’ils sont en première ligne sur ce champ de bataille.

 

Un autre verset dans l’épître à Timothée, chapitre 2, versets 24-26 vous aidera à remettre les choses en place dans votre esprit, et à rectifier votre attitude à l’égard de votre conjoint, avec lequel vous vous êtes disputés. Dans ce passage, l’apôtre Paul exhorte un jeune serviteur de Dieu en lui rappelant ceci : « Il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles (encore moins avec son épouse) ; il doit, au contraire, être affable pour tous (en particulier à l’égard de son épouse), … doué de patience ; il doit redresser avec douceur les adversaires (dans ce cas particulier, son épouse), dans l’espérance que Dieu leur (lui) donnera la repentance (s’il y a eu erreur de sa part) pour arriver à la connaissance de la vérité, et que revenus à son bon sens, il (ou elle) se dégagera des pièges du diable, qui s’est emparé de lui (ou d’elle) pour les soumettre à sa volonté ».

Une autre réalité à considérer dans une telle situation de tension, de querelles au sein du couple est de se rappeler que : « même la VERITE, dite sans AMOUR, ne reste qu’un dogme qui ne touche pas le cœur. En vous adressant à votre conjoint, efforcez–vous de lui dire les vérités que vous voulez lui communiquer avec amour, car c’est seulement lorsqu’elles sont dites avec amour que l’Esprit de Dieu pourra les utiliser pour changer l’esprit de votre conjoint. LA VERITE dite avec AMOUR est difficile à rejeter.
Si, entre époux, nous parvenons à nous dire la vérité avec amour, comme nous l’exhorte l’apôtre Paul dans l’épître aux Ephésiens, chapitre 4 et verset 15, nous croîtrons à tous égards en Christ. En agissant ainsi, et grâce à l’assistance du Saint-Esprit, notre couple se consolidera et s’édifiera dans l’amour du Seigneur.

 

Dire la vérité ne doit jamais être séparé de l’amour que les conjoints ont l’un pour l’autre. Combien il est important de se rappeler aussi que le véritable amour consiste à sacrifier ses propres intérêts en faveur de l’épanouissement de votre conjoint. En fait, l’amour et la vérité sont deux jumeaux inséparables. La vérité peut blesser, il est vrai, mais l’amour sait en soulager la douleur.

Combien il est indispensable d’apprendre à parler avec amour, si nous voulons que notre épouse ou notre époux nous écoute. Car si nous lui disons la vérité en étant nous-mêmes remplis d’orgueil, de propre justice, l’esprit de notre conjoint n’en sera que blessé. Si nous l’accompagnons, au contraire, de notre amour, il ne pourra qu’en être éclairé, édifié et enrichi. Sans amour, la vérité ne fera que le rabaisser, le décourager, voir même le démolir. Combien nous devons tous veiller à l’esprit dans lequel nous sommes avant de nous adresser à notre conjoint.

Rappelons-nous aussi que si nous aimons véritablement la personne à laquelle nous nous adressons (et là il s’agit de la personne la plus proche que le Seigneur nous ait confiée) nous devons également savoir l’écouter. SAVOIR ECOUTER FAIT PARTIE DE L’AMOUR. L’amour écoute !

 

Toi qui te trouves dans cette situation et qui lis ces lignes, puisses-tu faire monter vers le Seigneur cette prière : « Seigneur, pardonne-moi d’avoir donné accès à l’ennemi en me querellant avec celle ou celui qui est à tes yeux, mon plus proche prochain. Je veux apprendre à penser, parler et agir, animé de ta patience, avec amour et douceur, même et surtout lorsqu’il s’agit de redresser ou d’exhorter, connaissant mon rôle de serviteur ou de servante, d’exemple, afin que ton Nom soit glorifié dans ma vie. Je veux veiller à garder en tout temps mon âme dans un esprit de douceur et de pardon continuel. La chair est faible, il est vrai, mais je veux compter sur l’assistance de ton Esprit qui me rappelle que je peux tout par celui qui me fortifie ». - Dorothée Hatzakortzian

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Lévitique 4 – 5   Matthieu 28

L’ange de l’Éternel regardait Gédéon travailler...

 

Transmis par René Barrois le 13/02

 

« Vint l’ange de l’Éternel, et il s’assis sous le térébinthe d’Ophra, qui appartenait à Joas. Du clan d’Éliézer. Gédéon, son fils, battait du froment au pressoir pour le mettre à l’abri de Madian. » (Juges 6 : 11).

 

L’ange de l’Éternel regardait de façon particulière Gédéon travailler...

La Bible nous révèle à maintes reprises que le Seigneur est attentif à la conduite des hommes et femmes et les suit du regard. L’Éternel est dans son saint temple...Ses yeux regardent, ils scrutent les être humains. L’Éternel sonde le juste comme le méchant » écrit le psalmiste ‹Psaume 11 : 4-5)...

Nombres d’hommes et de femmes veulent réaliser de grandes choses « pour la gloire de Dieu » disent-ils, et dédaigneraient de « Battre » du blé... » Mais quelles est leur réelle motivation ? La gloire de Dieu, le service des frères, du prochain ou eux-mêmes, la recherche de leur propre gloire ?

La parabole des mines ou des talents montre bien que l’importance des tâches confiées compte moins pour Dieu, ce qui importe, c’est la fidélité avec laquelle ces tâches sont accomplie. « Celui qui est fidèle dans les petites choses le sera aussi dans les grandes » dit le Christ (Luc 16 : 10).

Remarquons dans le même contexte comment le Seigneur a agi, examinant ceux qui voulaient se joindre à Gédéon afin de combattre pour l’Éternel et son peuple : il effectua un tri, demandant tout d’abord à ceux qui doutaient, qui avaient peur, de se retirer. Vingt deux mille hommes s’en retournèrent ! (Juges 7 : 3-8)...

Dieu n’a pas changé, son regard demeure le même. Et nous les hommes auront un jour à lui rendre compte.

La Bible nous révèle la façon dont le Seigneur juge.

Ainsi les fis d’Aaron, pourtant sacrificateur, accomplissaient leurs tâches sacerdotales selon leurs propres pensées. Sûrs d’eux, ils introduisirent un feu étranger sur l’autel de Dieu et moururent sous le jugement de l’Éternel car ils touchaient aux choses saintes (Lévitique 10 : 1-2).

Élie lui-même, entendit le Seigneur lui dire : « D’où vient que tu honores tes fils plus que moi ? » (1 Samuel 2 : 29) ; et la condamnation suivit, claire : « Je lui ai déclaré que je veux moi-même condamner sa maison à perpétuité, à cause de la faute qu’il connaît et par laquelle ses fils se sont rendus méprisables, sans qu’il les ait réprimés » (1 Samuel 3:13).

La plus petite tâche est noble et chacun doit poursuivre le travail commencé avec persévérance, courage, sans se laisser gagner par la lassitude, la tentation d’abandonner et de passer d’une chose à l’autre avec superficialité.

Qu’en est-il de nous ? Quelle tâche accomplissons-nous ?

Avons-nous réfléchi au sens de notre vie, de notre destinée, de notre travail ?

Comment réalisons-nous ce que nous avons faire ?

Agissons-nous pour notre propre gloire, notre intérêt, notre profit, pour être vu ou par ambition ? Sommes-nous motivés par la jalousie, l’envie ? Ou au contraire par fidélité, par le dévouement totalement désintéressé pour les frères et le prochain ?

« Quoi que vous fassiez, faites tou pour la gloire de Dieu » (1 Corinthiens 10 : 31).

Gédéon ignorait que l’ange de l’Éternel le regardait sous le térébinthe. De même, Éliab, le plus majestueux des fils d’Isaï ne savait pas que le regard du Seigneur s’était posé sur lui alors qu’il était en divers lieux et que le résultat de cet examen, révélant ses failles, était négatif : « Je l’ai rejeté » (1 Samuel 16 : 7).

L’apôtre Paul, Daniel et d’autres au contraire ont été trouvés fidèles, ayant besoin de progresser, de se sanctifier bien sûr, mais humbles, consacrés, obéissants.

Le Seigneur Jésus-Christ a dit : « Il faut que je fasse pendant qu’il fait jour, les œuvres de mon Père qui m’a envoyé » (Jean 9 : 4).

Et encore : « Je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait », alors qu’il venait, lui le Seigneur, d’accomplir à leur égard la plus humble tâche du plus humble des serviteurs (Jean 13 : 2-17).

Oeuvrons en tout pour le bien des autres.

Que toute notre vie soir encadrée par ces deux grands commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta force, de toute ton âme et de toute ta pensée », et « tu aimeras ton prochain comme toi même » (Luc 10 : 27).

Le Christ dit à l’homme qui lui citait ces deux commandements : «  Fais cela et tu vivras » (Luc 10 : 28).

Quelle joie alors d’accomplir la volonté de Dieu, de le servir ! Joie de mener à bien une tâche, même petite, même cachée aux yeux des hommes, humblement, de tout notre cœur.Joie de recevoir l’approbation du Saint-Esprit, d’accomplir fidèlement ce que nous avons à faire, de le faire pour la gloire de Dieu, pour les frères, pour le prochain, avec la grâce et la force que Dieu nous donne. - Yvon Charles

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 Lévitique 1 – 3    Matthieu 27 : 45-66

Mes prières sont-elles entendues ?

 

Transmis par René Barrois le 12/02

 

Ne nous arrive-t-il pas, parfois, de nous demander si nos prières ne sont pas trop répétitives jusqu’à devenir des redites dont notre Père céleste se lasse ? Je ne parle bien sûr pas de ce que la Bible appelle des "vaines paroles" (Matthieu 6 v.7) qui sont des prières apprises par cœur que l’on récite machinalement. Mais des demandes sincères qui nous tiennent à cœur souvent formulées ne pourraient-elles pas devenir lassantes ? Bien au contraire, et pour le prouver, le Seigneur énonça une parabole montrant qu’il faut toujours prier et ne pas se lasser (lire Luc 18 : 1 à 7). Si un juge méchant finit par rendre justice à une veuve pour que celle-ci ne lui casse plus la tête, à plus forte raison le Dieu d’amour interviendra pour délivrer ses élus qui crient à Lui jour et nuit. S’il ne répond pas toujours tout de suite, c’est pour notre bien, pour nous exercer à la patience, par exemple.

Un père ou une mère, ou les deux ensemble qui prient tous les jours pour la conversion de leurs enfants, lasseront-ils le Père céleste ? Absolument pas. Si les prières sont formulées avec foi, ne doutant nullement (Jacques 1 : 6) ne seront-elles pas exaucées au temps voulu de Dieu ?

Il peut arriver aussi que l’on dise : « Mes prières sont toujours les mêmes parce que je ne sais pas quoi demander » et on a peur de « déranger » le Seigneur pour des sujets nous paraissant trop peu importants. La Bible nous dit : « En toutes choses, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâce » (Philippiens 4 : 6). Vous avez bien lu : « En toutes choses… ». Dieu veille sur tout, même ce qui paraît sans importance : Celui qui veille à la nourriture des oiseaux, et qui revêt l’herbe des champs (Matthieu 6 : 26 et 30) ne s’occuperait-il pas de tous nos moindres besoins ?

Mais pour s’adresser à Dieu, il faut d’abord Le connaître. Combien de gens se disant chrétiens formulent des prières toutes faites s’adressant à un Dieu qu’elles ne connaissent pas comme leur Dieu Sauveur, comme leur Père en Jésus. Leurs « vaines paroles » ne sont pas entendues.  Pour s’adresser à Dieu, il faut s’approcher de Lui avec foi et par Jésus Christ qui est le seul chemin : « Je suis le chemin, a-t-il dit… Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14 : 6). Il n’y a pas d’autre intermédiaire « car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme qui s’est donné Lui-même en rançon pour tous » (1 Timothée 2 : 5). Toutes les prières adressées à Marie ou à tout autre saint sont vaines.

Quand nous prions notre Père céleste, il faut aussi l’écouter, car Dieu nous parle par sa Parole, la Bible. Quelqu’un qui laisse sa Bible fermée dans la bibliothèque sans jamais l’ouvrir peut-il s’attendre à une réponse à ses prières ? Nous trouvons souvent, dans les psaumes, les demandes suivantes : « Enseigne-moi ton chemin », « enseigne-moi tes ordonnances », « enseigne-moi dans la vérité », « enseigne-moi à faire ce qui te plait » etc. Comment être enseigné de Dieu si ce n’est en lisant sa Parole, la croyant et la mettant en pratique (Jacques 1 : 22) ? Sa Parole qui nous suggère d’ailleurs quelques sujets de prières :

 

Pour nous-mêmes :

« Priez afin que vous ne tombiez pas en tentation » (Matthieu 26 : 41 - Marc 14 : 38 – Luc 22 : 40 et 46)

(Dernière recommandation de Jésus à ses disciples avant d’affronter la croix)

 

Pour tous les croyants :

« Priez par toutes sortes de prières et de supplications… priez pour tous les saints… » (Ephésiens 6 : 18)

 

Pour les malades :

« Quelqu’un parmi vous est-il malade, qu’il appelle les anciens de l’église, et qu’ils prient pour lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade, le Seigneur le relèvera… priez l’un pour l’autre, de sorte que vous soyez guéris. La fervente supplication du juste peut beaucoup. » (Jacques 5 : 14 à 16)

 

Pour l’évangélisation et  ceux qui annoncent l’Evangile :

« Au reste, frères, priez pour nous, afin que la Parole du Seigneur se répande, et qu’elle soit glorifiée… » (2 Thessaloniciens 3 : 1)

« Persévérez dans la prière… Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la Parole, en vue d’annoncer le mystère du Christ… » (Colossiens 4 : 2-3)

« La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers ; suppliez donc le Seigneur de la moisson d'envoyer des ouvriers dans la moisson » (Matthieu 9 : 38 – Luc 10 : 12)

 

Pour les autorités, pour tous les hommes :

« J’exhorte donc, avant tout, à faire des supplications, des prières, des intercessions, des actions de grâces pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont haut placés, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. » (1 Timothée 2 : 1-2)

 

Pour nos ennemis :

« Priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent » (Matthieu 5 : 44 - Luc 6 : 28)

 

Et n’oublions pas de remercier :

« Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâce. » (Colossiens 2- 4) – La Vérité Sûre

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 40   Matthieu 27 : 27-44

L’Esprit en vous

 

Transmis par René Barrois le 11/02

 

« ...Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Consolateur qui soit éternellement avec vous... » (Jean 14 : 16).

 

Il y a une différence entre l’Esprit entre vous et l’Esprit avec vous.

Par exemple, l’électricité que nous recevons provient d’une source extérieure. C’est exactement la position de tour croyant qui n’est pas baptisé du Saint-Esprit. L’Esprit est avec toute personne qui n’est pas baptisée, et la lumière est reçue de l’extérieur. Mais supposez maintenant qu’elle se trouve de l’intérieur et rayonne vers l’extérieur. C’est exactement ainsi que cela doit être. La révélation d’une source extérieure, de diverses manières par le Saint-Esprit, mais quand il est à l’intérieur, la révélation est donnée de l’intérieur et c’est elle qui va changer ce qu’il faut à l’extérieur. Nous baptisons le gens dans l’eau, nous rappelant qu’ils passent par la mort. Tout croyant devrait être associé à l’image de la mort engloutie dans le baptême d’eau. Le baptême du Saint-Esprit doit être vécu en profondeur de sorte qu’il n’y ait plus une seule partie de vous-même qui ne soit oubliée. Il y a manifestation de la puissance de la nouvelle création par le Saint-Esprit au sein même de nos corps mortels.

 

Le Saint-Esprit rétablissant toute chose, règne désormais avec autorité, manifestant Christ en nous.

 

Prière du jour : Esprit de Dieu, vient avec moi, que je sois immergé dans ton eau vive pour que tu règnes totalement en moi. Amen. - Smith Wigglesworth

$$$$$$$$$$


Plan de lecture quotidienne :

 Exode 38 – 39   Matthieu 27 : 1-26

Le véritable amour

 

Transmis par René Barrois le 10/02

 

« Dieu est amour. » (1 Jean 4 : 8)

« Ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; et ce que je vis maintenant dans mon corps, je vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et qui s'est donné lui-même pour moi. » (Galates 2 : 20)

 

Les Beatles chantaient autrefois : « Tu n'as besoin que d'amour ». Sans amour, nous dépérissons. Mais qu'est-ce que le véritable amour, et où le trouver ? Voici comment la Bible le présente :

« L'amour est patient, il est plein de bonté ; l'amour n'est pas envieux ; l'amour ne se vante pas, il ne s'enfle pas d'orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité ; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L'amour ne meurt jamais » (1 Corinthiens 13 : 4-8).

Il est le contraire de l'avidité à profiter, à abuser des biens ou des personnes. Souvent ces marques d'égoïsme veulent en plus apparaître comme une offre d'amour. Non, ce faux amour donne le sentiment, soit d'avoir été trompé, soit de s'être trompé.

L'amour vrai qui ne trompe ni ne déçoit jamais, c'est l'amour de Dieu. Il est la réalisation parfaite du texte ci-dessus. C'est l'amour que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, a vécu dans le monde. Il n'en a pas simplement parlé ; il a agi de manière cohérente avec ses paroles, en le mettant en évidence, jusqu'à l'extrême, lorsqu'il mourait pour nous à la croix. La source du véritable amour est en Jésus. Chacun en est rempli s'il croit justement que Jésus est mort pour lui, et s'il est prêt aussi à l'imiter : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner votre vie pour vos amis » (Jean 15 : 12, 13). - La Bonne Semence

$$$$$$$$$$


Plan de lecture quotidienne :

Exode 36 – 37   Matthieu 26 : 57-75

 

Ses mains restèrent fermes

 

Transmis par René Barrois le 09/02

 

« Et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. » (Exodes 17 : 12).

 

La prière de Moïse avait tant de force que tout en dépendait. Son intercession mettait davantage les ennemis en déroute que le combat conduit par Josué.

Cependant Ils étaient tous deux nécessaires.

Ainsi en est-il dans le combat spirituel intérieur : puissance et ferveur, détermination et foi, vaillance et ardeur doivent joindre leurs forces ; alors tout ira bien.

Il faut combattre le péché, et l’essentiel de ce combat se déroulera dans la prière seul à seul avec Dieu.

Une prière comme celle de Moïse élève devant le Seigneur le témoignage de l’alliance conclue avec lui : le bâton que Moïse élevait était le signe que Dieu oeuvrait avec son serviteur, le symbole de sa divine autorité sur la gouvernance d’Israël.

Apprends, ô chrétien, à présenter au Seigneur sa promesse et son alliance quand tu pries. Dieu ne renie jamais sa parole : donc le bâton de la promesse divine et obtiens l’exaucement.

Quand Moïse commença à se fatiguer, ses amis vinrent le soutenir. De même, chaque fois que ta prière faiblit, que la foi te soutienne une main, qu’une sainte espérance maintienne l’autre, et cette prière, prenant appui sur le rocher d’Israël, le roc de notre salut, sera persévérante et victorieuse.

Prenons garde de faiblir dans la prière !

Si Moïse lui-même s’est fatigué, qui ne le ferait ?

Il est à noter que Josué ne s’est pas fatigué dans la bataille, mais que moïse a été gagné par la fatigue dans la prière : plus un combat est spirituel, plus il est difficile à mener pour l’être humain.

Il est bien plus facile de lutter contre le péché à l’extérieur, que de le combattre dans le secret de la prière personnelle.

Crions au Seigneur pour recevoir une force particulière, et que l’esprit de Dieu qui «nous secourt dans nos infirmités » nous rende capables de continuer à élever des fermes « jusqu’au coucher du soleil », de la même manière qu’il secourut Moïse.

L’intercession épisodique ne remporte pas de grande victoire ; c’est « tout le jour » qu’il nous faut lutter en élevant nos mains « jusqu’au coucher du soleil » : jusqu’au soir de notre vie ; jusqu’à ce qu’un soleil plus grand se lève sur le pays où la prière sera entièrement changée en louange. (C.H. Spurgeon).

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 34 – 35   Matthieu 26 : 31-56

Rien ne doit subsister.

 

Transmis par René Barrois le 08/02


« Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature ; les choses anciennes sont passées.» (2 Corinthiens 5: 17)


Le Seigneur n'a aucun égard pour nos préjugés, il les écrase, il veut les démolir. Nous nous imaginons que Dieu porte un intérêt particulier aux préjugés qui nous sont chers. Nous sommes certains qu'il ne nous traitera pas avec la même sévérité qu'il appliquera aux autres. «vIl faut que Dieu soit très ferme avec eux, mais il sait bien que, moi, j'ai raison.»

Il faut que nous apprenions que les choses anciennes sont passées ; il ne doit rien en subsister. Dieu n'a aucune indulgence pour nos préjugés, il veut les abolir. Cette action de la Providence de Dieu qui démolit nos préjugés, fait partie de notre éducation morale. Observons comment Dieu s'y prend. Il ne tient aucun compte de ce que nous lui apportons ; il n'attend de nous qu'une chose : l'abandon total à sa volonté.

 

Lorsque nés de nouveau, le Saint-Esprit commence en nous la création nouvelle, le moment vient où il ne subsiste plus rien de ce que nous étions auparavant. L'ancienne routine, l'ancienne raideur, l'ancienne mentalité disparaissent, et « tout vient de Dieu ».

 

Comment pouvons-nous réaliser une vie sans convoitise, sans égoïsme, sans susceptibilité ; comment pouvons-nous avoir l'amour qui n'est point envieux, qui ne soupçonne pas le mal, qui est toujours aimable ? En ne laissant rien subsister en nous de notre vie ancienne, et en mettant en Dieu, simplement, toute notre confiance une confiance telle que nous ne réclamons plus les bienfaits de Dieu, mais Dieu lui-même. En sommes-nous là ? Lorsque nous aurons vu Dieu à oeuvres, nous ne serons plus préoccupés de ce qui peut nous arriver, car nous nous confierons dans notre Père Céleste et verrons « celui qui est invisible ». - Oswald Chambers

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 32 – 33      Matthieu 26 : 1-30

 

La bonne odeur d’un vie livrée

Transmis par René Barrois le 07/02

 

« … Et la maison fut remplie de l’odeur du parfum... » (Jean 12 : 1-8).

 

Qu’est-ce qu’une vie livrée ? C’est être entièrement abandonnée, pleinement consacrée, totalement soumise à la volonté parfaite de Dieu ce qui est : « à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu. » (Romains 12 : 1). Le croyant doit plaire à Dieu par son amour, son attachement, sa louange, et offrir son corps pour le service à l’Éternel. Paul dit : « Vous ne vous appartenez point à vous-mêmes, car nous avons été rachetés à un grand prix. » (1 Corinthiens 6 : 19-20).

Le but d’une vie livrée n'est pas de devenir prédicateur pour Dieu, ni de travailler pour Lui. Le but de la consécration est de Le servir. Le résultat d’une vie livrée est le service.

La bonne odeur d’une vie livrée est « de regarder toutes choses comme une perte à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ. » (Philippiens 3 : 7-8). Pour que de la bonne odeur d’une vie livrée s’élève vers Dieu, il faut vivre le brisement accompagné par la sainte présence du Saint-Esprit. Pour cela le croyant doit-être attentif au murmure de la vie livrée qui dit sans cesse :

« Donne-moi un amour pour le mourant,

Donne-moi une passion pour le perdu,

Donne-moi un zèle qui consume,

Qui compte tout gain comme une perte. »

 

Ce parfum est le résultat d’un sacrifice extrême

Jean 12 : 3-5, ce parfum valait 300 deniers, en ce temps là le prix correspondait approximativement au salaire de 10 mois ! Un énorme sacrifice.

Le parfum d’une vie livrée n’est pas répandu facilement. Ce fut le cas pour Abraham, Dieu lui demande d’offrir son fils Isaac en sacrifice (Genèse 22).

Jacob pour l’enfouissement de quelques idoles sous les chênes de Béthel (Genèse 35 : 4).

Moïse, lorsque Dieu lui dit : « Je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Égypte mon peuple les enfants d’Israël. » (Exode 3 : 10) ? puis 40 ans pour la traversée du désert...

Le grand apôtre Paul par le Saint-Esprit révèle les angoisses et les souffrances de quelqu’un totalement livré, consacré au Seigneur (2 Corinthiens 11 : 16-33).

« Beaucoup de tribulations » subies pour le service de Dieu (Actes 14 : 22).

Une grande tristesse face au péché qui submergeait la société (Actes 17 : 16).

Il sert le seigneur avec « beaucoup de larmes » (2 Corinthiens 2 : 4).

Les nombreuses épreuves et tribulations qui l’ont accablé dans son travail pour Christ (1 Corinthiens 4 : 11-13 ; 2 Corinthiens 4 : 8-12 ; 11:23-29).

Combien sont vraies les paroles de Paul quand il dit à Timothée « Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ, seront persécutés. » (2 Timothée 3 : 12).

 

Une vie livrée est un sacerdoce concerne pour tous les croyants concerne donc :

1. Dieu, par la louange « Par lui (Jésus), offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom ». (Hébreux 13 : 15).

2. L’annonce de l’Évangile « afin que les païens soient (pour Dieu) comme une offrande agréable, étant sanctifiée par l’Esprit Saint » . (Romains 15 : 16).

3. L’édification mutuelle « exhortez-vous les uns les autres » (Colossiens 3 : 16 ; 1Thessaloniciens 5 : 11 ; Hébreux 3 : 13 ; 10 : 25). « instruisez-vous » (Colossiens 3.16). « édifiez-vous » (Romains 14 : 19). « portez les fardeaux les uns des autres » (Galates 6 : 2). « entretenez-vous par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels » (Éphésiens 5 : 19). « ayez soin les uns des autres » 1 Corinthiens 12 : 24-25). 

4. L’ intercession pour les croyants et pour le monde. A présent, tous les rachetés ont le privilège et le devoir d’intercéder pour tous les hommes (1Timothée 2 : 1) spécialement pour les autres croyants et les serviteurs de Dieu (Éphésiens 6 : 18-19) ; (2 Thessaloniciens 3 : 1) - soit dans leur prière personnelle, soit dans les réunions de prière de l’ assemblée (cf. Actes. 12 : 12).

5. La bienfaisance et la libéralité, c’est "un parfum de bonne odeur, un sacrifice que Dieu accepte et qui lui est agréable". Philippiens 4 : 18 (cf. 2 Corinthiens 9 : 11-14).

 6. L’exercice des différents dons, dans Romains 14 : 19 12.6-8, Paul exhorte chaque membre à servir les autres avec le don reçu.

 

Soyons vigilants, l’ennemi de nos âmes sait ce qu’est une vie consacrée qui accomplit un travail pour l’oeuvre de Dieu, et il fera son possible pour détourner les plans de Dieu.

Sommes-nous totalement abandonnés, complètement livrés à la volonté de Dieu ?

Seigneur amène-nous à être entièrement à toi, afin que de notre vie s’élève le parfum d’une vie livrée pour la gloire de ton nom.

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 29 – 30    Matthieu 25 : 1-30 

 

Un salut proposé à tous les hommes

 

Transmis par René Barrois le 06/02

 

« Dieu … ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent. » (Actes 17 : 30 Darby).

 

Tous les hommes sont-ils coupables devant Dieu ?

« tout le monde (est) coupable devant Dieu » (Romains 3 : 19)

« Par un seul homme (Adam) le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort...ainsi la mort a passé à tous les hommes du fait que tous ont péché » (Romains 5 12) 

 

Cette culpabilité appelle un jugement éternel et l’enjeu pour chaque être humain est de se soustraire à cet avenir terrifiant. Tous coupables, les hommes ont donc tous besoin d’en être sauvés. Dieu y a pourvu dans sa grâce et propose un salut éternel par l’oeuvre de Jésus-Christ à la croix (Jean 3 : 16).

 

Ce salut est-il offert à tous les hommes ?

« La grâce de Dieu qui apporte le salut, est apparue à tous les hommes » (Tite 2 : 11)

« Notre Dieu Sauveur veut que tous les hommes soient sauvés » (1 Timothée 2:4)

« Moi, je suis élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi-même » (Jean 12 : 32)

 

Ce salut a été offert par Jésus aux deux brigands crucifiés à ses côté. Oui ! Les deux ont entendu : « Père pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » ; cette demande révélait la grâce de Jésus. L’un l’a acceptée, l’autre l’a refusée. Ils sont ainsi devenus les symboles des deux parties de l’humanité : l’une l’accepte et l’autre refuse la grâce de Dieu qui lui le salut.

 

Pourquoi ce salut, offert, n’a-t-il pas les mêmes conséquences pour tous ?

« La justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ (est manifestée) envers tous, et sur tous ceux qui croient » (Romains 3 : 22)

« Celui qui croit au Fils a la vie éternelle : celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu reste au contraire sur lui » (Jean 3:36 Segond 21)

 

La foi en Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur est la seule condition que Dieu exige pour le salut.

La juste façon d’agir de Dieu est démontrée « envers tous », c’est-à-dire qu’elle s’applique indifféremment à tous les hommes, quelle que soit leur attitude envers Dieu. Par contre, l’effet de cette juste façon d’agir de Dieu ne porte que « sur tous ceux qui croient » pour les autres c’est le « rejet du Fils » ou la désobéissance envers lui, ce sera « une chose terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant ! » (Hébreux 10 31). - Plaire au Seigneur adapté par René Barrois

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 29 – 30    Matthieu 25 : 1-30 

 

Comment le Seigneur fait-Il de nous des adorateurs

 

Transmis par René Barrois le 05/02

 

Au milieu de leurs épreuves, Dieu a dit trois choses au peuple d’Israël : « Ne craignez rien. Restez tranquilles. Regardez le salut de l’Éternel. » Son message pour Israël était : « Je vais mener le combat pour vous. Vous devez simplement rester en paix. Restez tranquilles et remettez tout entre mes mains. En ce moment même, je suis à l’œuvre dans le royaume surnaturel. Tout est sous mon contrôle. Donc, ne paniquez pas. Croyez que je combats le diable. Cette bataille n’est pas la vôtre » (Exode 14 : 13-14).

Bientôt, le crépuscule est tombé sur le campement. C’était le début d’une nuit de tempête sombre. Mais c’était aussi le début d’une œuvre surnaturelle de la part de Dieu. Il a envoyé un ange protecteur formidable pour se tenir entre Son peuple et leur ennemi.

Cher saint, si tu es un enfant de Dieu racheté par le sang de Jésus, Il a placé un ange guerrier entre toi et le diable. Et Il t’ordonne, comme Il l’a dit à Israël : « Ne craint pas. Reste tranquille. Crois en mon salut. » Satan peut venir te murmurer des menaces. Mais à aucun moment dans ta sombre nuit de tempête l’ennemi ne sera capable de te détruire.

« Moïse étendit sa main sur la mer. Et l'Éternel refoula la mer par un vent d'orient, qui souffla avec impétuosité toute la nuit » (Exode 14 : 21).

Quelle tempête cela a dû être. Et quel moment effrayant cela a dû être pour Israël ! Je te le demande, que voulait faire Dieu ? Pourquoi permettre une tempête aussi terrible toute la nuit ? Pourquoi n’a-t-Il pas tout simplement dit à Moïse de toucher l’eau avec son manteau et séparé l’eau surnaturellement ? Quelle raison Dieu pouvait-Il avoir de permettre une nuit aussi terrible ?

Il y avait une raison : le Seigneur préparait des adorateurs. Dieu était à l’œuvre tout du long, utilisant cette terrible tempête pour préparer un chemin pour sortir son peuple de la crise. Mais les Israélites ne pouvaient pas le voir à ce moment-là. Beaucoup se cachaient dans leur tente. Mais ceux qui sont sortis ont été les témoins d’un glorieux spectacle de lumières. Ils ont aussi pu contempler la vision glorieuse des vagues montant de plus en plus haut, des murs d’eau s’élevant pour préparer un chemin sec à travers la mer. Quand le peuple a vu ça, ils ont dû crier : « Regardez, l’Éternel a utilisé le vent pour préparer un chemin pour nous. Louez soit l’Éternel ! » - David Wilkerson

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 28     Matthieu 24 : 36-51

Bilan !

 

Transmis par René Barrois le 04/02

 

« Il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement. » (Hébreux 9 : 27)

« C'est maintenant le temps favorable ; voici, c'est maintenant le jour du salut. » (2 Corinthiens 6 : 2)

 

Une année s'achève. Le but de ce site était de faire connaître l'Évangile, de parler aux hommes de l'amour de Dieu. Ils sont, malheureusement, coupables devant lui à cause de leur nature et de leurs mauvaises oeuvres, et ils encourent donc la sentence d'une condamnation éternelle. Mais Dieu veut que tous soient sauvés.

L'homme n'est pas responsable de tout ce qui lui arrive, mais il est responsable de ses choix et de ce qu'il fait de sa vie. La Bible dit qu'un jour il faudra rendre compte à son Créateur. Oui, bientôt il nous faudra dresser devant Dieu le bilan de l'année écoulée, et, quel que soit le bien que nous pouvons penser de nous-mêmes, reconnaître que devant un Dieu saint, « il n'y a point de juste, non pas même un seul » (Romains 3 : 10). C'est solennel ! Mais rassurez-vous, tout n'est pas encore perdu !

En effet, il y a presque 2000 ans le Christ mourait pour notre salut, il s'offrait pour expier nos fautes et enlever tout ce qui nous séparait de Dieu. Ressuscité, il donne la vie éternelle à ceux qui croient en lui. Il suffit donc de croire pour être rendus parfaits pour toujours (Hébreux 10 : 14) ! Croire, c'est dire "oui" à Dieu qui laisse l'homme libre de l'accepter ou de le refuser.

Ce oui, c'est peut-être la dernière occasion que vous avez de le dire. - Graines d'ensemencement

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 Exode 26 – 27     Matthieu 24 : 1-35

 

 

Entrez dans la lignée de Jésus !

 

Transmis par René Barrois le 3/02

 

Lecture : Matthieu 1: 1-17

 

Souvent, on évite de lire les généalogies bibliques. Pourtant, surtout lorsqu'il s'agit de celle de Jésus, on y découvre des vérités importantes et encourageantes.

 

Vous êtes appelé à faire partie de sa postérité de cette quatorzième génération qui manque à la troisième série de noms mentionnés. Qui que vous soyez, quels que soient votre culture, votre religion, Jésus vous aime et désire vous voir rejoindre sa famille. Il a payé de sa vie pour votre salut ; sa mort sur la Croix et sa résurrection vous ouvrent la porte de la vie éternelle.

 

Vous êtes peut-être croyant, comme Abraham, mais vous avez besoin d'une rencontre personnelle avec le Christ vivant ? Jacob était un usurpateur, un tricheur... et beaucoup lui ressemblent ! Mais Dieu veut et peut nous transformer, comme il l'a fait pour lui.

 

Comme ce fut le cas pour Rahab la prostituée, la vie ne vous a peut-être pas conduit sur un bon chemin, ou bien comme Ruth vous êtes-vous exilés ou encore comme la femme d'Urie, avez-vous été abusé... mais avec Jésus, rein n'est perdu, tout est encore possible; il vous accueille tel que vous êtes et prend les choses en main pour que tout change dans votre vie.

 

Ce message vous concerne aussi si vous êtes jeune, comme Ozias, qui devint roi à seize ans. Ouvrez votre cœur et faites confiance à Dieu comme le fit Joseph, l'époux de Marie, qui prit le chemin que le Seigneur lui indiquait. Mais le plus important dans cette liste...c'est Jésus ! Sans lui, rien n'est possible, mais avec lui, tout le devient !

 

Ami lecteur, vous avez besoin du Sauveur de manière urgent, alors ne remettez pas à demain votre décision de croire en lui, de recevoir le message du salut et de lui abandonner votre vie. - Gérald Charrondière

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

 

Exode 24 – 25   Matthieu 23

 

Meilleur ou pire ?

 

Transmis par René Barrois le 02/02

 

« Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines. »
(2 Timothée 3 : 14)

 

Au début de chaque année, des spécialistes font leurs prédictions en matière d’économie, de politique, de météorologie et de tout un éventail d’autres sujets. Y aura-t-il paix ou guerre ? Pauvreté ou prospérité ? Progression ou stagnation ? Partout, les gens espèrent que cette année sera meilleure que la dernière, mais personne ne sait ce qui se produira. Il existe toutefois une chose dont nous pouvons avoir la certitude. Invité à mon Église, un conférencier nous a incités à répondre oui dans les deux cas lorsque nous nous demandons si le monde sera meilleur ou pire.

Paul a dit à Timothée: « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. [...] Mais les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes. Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises » (2 Timothée 3 : 1,13,14).

La Parole inspirée de Dieu nous enseigne, nous corrige et nous encourage tandis que nous suivons les voies de Dieu (v 16,17). J. B. Phillips a décrit la Bible comme un «  équipement polyvalent» qui nous prépare bien en vue de toutes les ramifications de l’œuvre de Dieu.

À mesure que les ténèbres spirituelles de notre monde s’approfondissent, la lumière de Dieu brille avec plus d’éclat par l’intermédiaire de tous ceux qui le connaissent et l’aiment. Jésus est notre joie et notre espoir - aujourd’hui, demain et pour toujours ! — David Mccasland

Le pouvoir du mal qui vous entoure ne saurait se mesurer au pouvoir de Jésus en vous !

$$$$$$$$$$

 

Plan de lecture quotidienne :

Exode 22 – 23      Matthieu 22 : 15-46

 

Être un disciple de Jésus-Christ

 

Transmis par René Barrois le 01/02

 

DIEU SE SERT DE NOS FAIBLESSES POUR SE GLORIFIER… 

 

Nous sommes tous enclins à nous servir de notre faiblesse et de notre insuffisance comme excuses pour nous dérober devant une tâche difficile. Mais Dieu les considère précisément comme des qualités. Lorsque nous disons que nous sommes faibles, Dieu affirme que c’est justement la raison pour laquelle Il nous choisit. Les faibles, les méprisés, ceux qui ne sont rien, sont au premier rang de l’armée chargée de la conquête ! Surprenant non ?

Vous me demanderez : Pourquoi  cela ? Et moi je vous répondrai : afin que personne ne puisse se glorifier devant Dieu, et que Sa puissance puisse être rendue parfaite dans notre faiblesse. « Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés, il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ; et Dieu a choisi les choses viles du monde er celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire au néant celles qui sont » 1 Corinthiens 1 : 26-28.

Nous devons comprendre ce principe divin : C’est quand les ressources et la puissance humaine manquent, ou quand on a cessé de compter sur elles, que Dieu peut le mieux accomplir ses desseins. Tout au long de l’histoire, et même lorsque nous parcourons les Ecritures, nous remarquons que Dieu a toujours choisi et utilisé les gens qui étaient bien peu de chose, parce que leur dépendance toute particulière de Dieu lui a permis de manifester d’une façon admirable sa puissance et sa grâce. Et même lorsque Dieu a appelé certaines personnalités, il a fallu que ces dernières renoncent d’abord à compter sur leurs capacités et leurs ressources naturelles.

Sachons que Dieu ne nous utilisera que lorsque nous cesserons de compter sur nos qualités et nos capacités. Dieu serait-il contre tout cela ? Pas du tout ! Mais Dieu voudrait que l’on s’appuie sur lui seul !

Rien ne peut vaincre une Eglise ou une âme qui prend, non sa force, mais sa faiblesse, et l’offre à Dieu pour qu’elle devienne son arme. Tel fut le chemin de tous ceux que le Seigneur a utilisés.

Nous chrétiens du 21ème siècle avons un problème : ce n’est pas que nous soyons trop faibles, mais paradoxalement, nous sommes trop forts pour Dieu. Jacob ne devint un prince puissant avec Dieu que lorsque le tendon de sa force eut été touché. Ce sont les boiteux qui prennent part au pillage (Ésaïe 33 : 23). Dieu considère nos handicaps comme des alliés, et notre détresse extrême lui fournit l’occasion idéale de se révéler.

Moïse, comme jeune érudit était plein de suffisance. Il voulut délivrer Israël à sa façon. Mais Dieu l’envoya au désert où pendant quarante ans il appris, à l’école de la solitude, la leçon de la faiblesse humaine. Il en appris tellement dans le désert que lorsque Dieu l’appela, il avança comme raison qu’il n’avait pas la langue facile !

Souvenons-nous aussi de l’histoire de Gédéon et de ses trois cents hommes, dans laquelle nous retrouvons le même principe divin. Dieu a voulu que  la victoire remportée le soit de telle manière que tous les honneurs lui soient attribués à Lui seul ! D’ailleurs Dieu le dit lui-même à Gédéon dans Juges 7 : 2 « Le peuple pourrait en tirer gloire contre Moi, et dire : C’est ma main qui m’a délivré » C’est ici la stratégie de Dieu : que le monde connaisse que le christianisme – les triomphes de la foi dans nos vies – ne doit pas être expliqué par la vertu ou la capacité de l’homme. La seule explication doit être surnaturelle et divine.

Une prière : « Seigneur, me voici avec ma faiblesse ; je te la consacre pour ta gloire ». - Richard Bayard

Plan de lecture quotidienne :

 

Meilleur ou pire ?

 

Transmis par René Barrois le 02/02

 

« Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines. »
(2 Timothée 3 : 14)

 

Au début de chaque année, des spécialistes font leurs prédictions en matière d’économie, de politique, de météorologie et de tout un éventail d’autres sujets. Y aura-t-il paix ou guerre ? Pauvreté ou prospérité ? Progression ou stagnation ? Partout, les gens espèrent que cette année sera meilleure que la dernière, mais personne ne sait ce qui se produira. Il existe toutefois une chose dont nous pouvons avoir la certitude. Invité à mon Église, un conférencier nous a incités à répondre oui dans les deux cas lorsque nous nous demandons si le monde sera meilleur ou pire.

Paul a dit à Timothée: « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. [...] Mais les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes. Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises » (2 Timothée 3 : 1,13,14).

La Parole inspirée de Dieu nous enseigne, nous corrige et nous encourage tandis que nous suivons les voies de Dieu (v 16,17). J. B. Phillips a décrit la Bible comme un «  équipement polyvalent» qui nous prépare bien en vue de toutes les ramifications de l’œuvre de Dieu.

À mesure que les ténèbres spirituelles de notre monde s’approfondissent, la lumière de Dieu brille avec plus d’éclat par l’intermédiaire de tous ceux qui le connaissent et l’aiment. Jésus est notre joie et notre espoir - aujourd’hui, demain et pour toujours ! — David Mccasland

Le pouvoir du mal qui vous entoure ne saurait se mesurer au pouvoir de Jésus en vous !

 

Précédent