L'ÉGLISE PRIMITIVE

 

1 - Qu-est-ce que l’Église ?

 

        Dans l'Ancien Testament il n'est pas question de l'Église.

        C'est Jésus, qui pour la première fois dans le Nouveau Testament introduit l'Église. Dans Matthieu ch. 16 : v. 16 et 18 nous lisons: « ... Simon Pierre répondit: tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant...Jésus, lui dit "Et moi je te le dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle »

        Ainsi : l'Église est bâtie par Christ elle est son Église le fondement en est sa filiation divine.

        C'est à Paul que Dieu a révélé les privilège de cette Église. « À moi cette grâce a été accordée...de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu... afin que...les dominations, les autorités dans les célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment varié de Dieu. » (Éphésiens 3 : 19).

 

Cette Église

Actes 20 : 28 « (…) l’Église du Seigneur qu’il s’est acquise par son propre sang »

Éphésiens 5 : 25 « Christ a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle »

Éphésiens 5 : 29 « Il la nourrit et en prend soin »

Éphésiens 5 : 24 « L’Église est soumise à Christ »

Éphésiens 5 : 1 « Jésus en est le chef suprême »

 

L’Église est le corps de Christ

 

La parole de Dieu déclare que l’Église est le corps de Christ

« Il l’a déployé en Christ … qui est son corps » (Éphésiens 1 : 20,23)

 

L’Église est aussi l’Épouse de Christ

 

Le mariage entre Isaac et Rébécca : Préfiguration de celui entre Christ et l’Église ?

 

Isaac est le seul patriarche monogame (Genèse 24 LSG) tout comme Christ a une épouse. De même le Serviteur d’Abraham s’en alla chercher une femme pour son jeune maître Isaac sur instruction du patriarche. De même le Saint-Esprit convainc aussi de péché, de justice et de jugement « Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement » (Jean 16 : 8 LSG) toute personne que Dieu veut attirer dans le Royaume de Son Fils d’amour, afin de l’attacher au corps du Christ et ainsi pouvoir la préparer au statut d’épouse.

 

Le mariage est une image qui symbolise l'union de Christ et du corps de croyants qu'est l'Église, composée de tous ceux qui ont accepté Jésus-Christ comme leur Sauveur personnel et reçu la vie éternelle. Christ, l'époux, a choisi d'aimer l'Église et de se sacrifier pour elle, pour en faire son épouse. « Christ a aimé l’Église et s’est livré lui-même pour elle … (Éphésiens 5.25-27). Dieu avait donnéÈve à Adam. Il donne Christ à l’Église.

 

L’Église est aussi la maison de Dieu

 

L'Église, ce peuple appelé hors du monde pour se rassembler autour de la personne de Christ est aussi appelée « Maison de Dieu » Elle est l’habitation de Dieu par son Esprit qui y demeure, et manifeste sa présence.

Cette habitation de Dieu n’est pas une construction inanimée, elle est faite de « pierres vivantes » : « Approchez-vous de lui pierre vivante, rejeté par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. » (1 Pierre 2 : -4-6 ).

 

L’Église est encore représentée comme une cité céleste

 

« Et l'un des sept anges qui avaient les sept coupes remplies des sept dernières plaies vint et me parla, disant : Viens, je te montrerai l'Epouse, la femme de l'Agneau.  Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la cité sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu » (Apocalypse 21:9-1)

L’Épouse, la femme de l’Agneau est désignée pour la nouvelle Jérusalem qui descendra du ciel, cela signifie que les enfants de Dieu habiteront et vivront dans cette ville. Les rachetés verront la face du Seigneur, l’agneau de Dieu (Apocalypse 22 : 4).Se sera l’accomplissement de la béatitude de Matthieu 8 : 8 qui dit : «  Heureux ceux ont le cœur pur, car il verront Dieu ! »

 

 

 

L'ÉGLISE PRIMITIVE

     1 Qu’est-ce-que l’Église

     2 Naissance de l’Église

     3 Vie des premiers chrétiens

     4 Organisation de l'Assemblée - Institution des diacres

     5 Les persécutions dans l'Église

     6 L'Évangile proclamé en Samarie et aux Nations

     7- L'évangélisation de l'Europe

     8- Les Épitres

 

 

1 - Qu-est-ce que l’Église ?

 

        Dans l'Ancien Testament il n'est pas question de l'Église.

       C'est Jésus, qui pour la première fois dans le Nouveau Testament introduit l'Église. Dans Matthieu ch. 16 : v. 16 et 18 nous lisons: « ... Simon Pierre répondit: tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant...Jésus, lui dit "Et moi je te le dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle »

        Ainsi : l'Église est bâtie par Christ elle est son Église le fondement en est sa filiation divine.

        C'est à Paul que Dieu a révélé les privilège de cette Église. « À moi cette grâce a été accordée...de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu... afin que...les dominations, les autorités dans les célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment varié de Dieu. » (Éphésiens 3 : 19).

 

        Cette Église

Actes 20 : 28 « (…) l’Église du Seigneur qu’il s’est acquise par son propre sang »

Éphésiens 5 : 25 « Christ a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle »

Éphésiens 5 : 29 « Il la nourrit et en prend soin »

Éphésiens 5 : 24 « L’Église est soumise à Christ »

Éphésiens 5 : 1 « Jésus en est le chef suprême »

 

        L’Église est le corps de Christ

 

La parole de Dieu déclare que l’Église est le corps de Christ

« Il l’a déployé en Christ … qui est son corps » (Éphésiens 1 : 20,23)

 

        L’Église est aussi l’Épouse de Christ

 

Le mariage entre Isaac et Rébécca : Préfiguration de celui entre Christ et l’Église ?

 

Isaac est le seul patriarche monogame (Genèse 24 LSG) tout comme Christ a une épouse. De même le Serviteur d’Abraham s’en alla chercher une femme pour son jeune maître Isaac sur instruction du patriarche. De même le Saint-Esprit convainc aussi de péché, de justice et de jugement « Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement » (Jean 16 : 8 LSG) toute personne que Dieu veut attirer dans le Royaume de Son Fils d’amour, afin de l’attacher au corps du Christ et ainsi pouvoir la préparer au statut d’épouse.

 

Le mariage est une image qui symbolise l'union de Christ et du corps de croyants qu'est l'Église, composée de tous ceux qui ont accepté Jésus-Christ comme leur Sauveur personnel et reçu la vie éternelle. Christ, l'époux, a choisi d'aimer l'Église et de se sacrifier pour elle, pour en faire son épouse. « Christ a aimé l’Église et s’est livré lui-même pour elle … (Éphésiens 5.25-27). Dieu avait donné Ève à Adam. Il donne Christ à l’Église.

 

        L’Église est aussi la maison de Dieu

 

L'Église, ce peuple appelé hors du monde pour se rassembler autour de la personne de Christ est aussi appelée « Maison de Dieu » Elle est l’habitation de Dieu par son Esprit qui y demeure, et manifeste sa présence.

Cette habitation de Dieu n’est pas une construction inanimée, elle est faite de « pierres vivantes » : « Approchez-vous de lui pierre vivante, rejeté par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. » (1 Pierre 2 : -4-6 ).

 

        L’Église est encore représentée comme une cité céleste

 

« Et l'un des sept anges qui avaient les sept coupes remplies des sept dernières plaies vint et me parla, disant : Viens, je te montrerai l'Epouse, la femme de l'Agneau.  Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la cité sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu » (Apocalypse 21:9-1)

L’Épouse, la femme de l’Agneau est désignée pour la nouvelle Jérusalem qui descendra du ciel, cela signifie que les enfants de Dieu habiteront et vivront dans cette ville. Les rachetés verront la face du Seigneur, l’agneau de Dieu (Apocalypse 22 : 4).Se sera l’accomplissement de la béatitude de Matthieu 5 : 8 qui dit : «  Heureux ceux ont le cœur pur, car il verront Dieu ! »

 

 

2 - Naissance de l’Église

 

L’Église a commencée à Jérusalem le jour où Jésus-Christ ressuscite, « Élevé par la droite la droite de Dieu, a reçu du Père le Saint-Esprit et l’a répandu » (Actes 2 : 32-33).

L’Église est née le jour de la Pentecôte.

Dans le magnifique chapitre 2 des Actes nous lions les circonstances qui ont présidé à cette naissance de l’Église :

        L’effusion du Saint-Esprit (Actes 2 : 1-4),

        Le parler en langues (Actes 2 : 4),

        L’étonnement de la foule rassemblée à Jérusalem pour la fêtes des semaines , de Pentecôte ou des moissons (Actes 2 : 5-7),

      Le discours de Pierre, revêtu de la puissance du Saint-Esprit, explique avec puissance la venue du Saint-Esprit. Il incite les auditeurs à se repentir et à se faire baptiser (Actes 2 : 38). Se repentir est la première démarche indispensable. Se repentir c'est d'abord reconnaître notre état de pécheur, puis demander pardon pour nos péchés, et enfin changer d'attitude en décidant d'abandonner nos mauvaises habitudes. 

    L’ouverture aux Juifs de la porte du royaume des cieux (Actes 2 : 37-41).

Cette ouverture s’effectue en 5 étapes :

        5) « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché ; et ils dirent à Pierre  et aux apôtres : »

        2) « Hommes, frères, que ferons-nous ? » ;

        3) « Pierre leur dit « repentez-vous » :

        4) « et que chacun soit baptisé pour le pardon de vos péchés » (baptême d’eau par immersion)

        5) « et vous recevrez le don du Saint-Esprit »

« Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. » (v 38).

« En ce jour, le nombre des disciples augmenta d’environ 3000 âmes. » (v 41).

 

Ainsi vient de naître la première Église.

 

« Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés. » (v 47).

« Après le miracle du boiteux sous le portique de Salomon, beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole et le nombre des hommes s’éleva à environ 5000. » (Actes 4 : 4).

Ainsi se multipliait l’Église.

 

 

3 - Vie des premiers chrétiens

 

« Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. La crainte s'emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres. Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur,louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l'Église ceux qui étaient sauvés. » ( Actes 2 : 42-47)

 

« La multitude de ceux qui avaient cru n'était qu'un coeur et qu'une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux. 

Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous. 

Car il n'y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu'ils avaient vendu, 

et le déposaient aux pieds des apôtres ; et l'on faisait des distributions à chacun selon qu'il en avait besoin. 

Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d'exhortation, Lévite, originaire de Chypre, 

vendit un champ qu'il possédait, apporta l'argent, et le déposa aux pieds des apôtres. » (Actes 4 : 32-37).

 

La vie de ces premiers chrétiens est caractérisée par la joie, ce mot revient fréquemment dans le livre des Actes. Leur vie sainte, dévouée, était une prédication dont le Seigneur se servait pour sauver de nouvelles âmes.

Luc révèle dans le livre des Actes, une communauté embellie par la vie apostolique qui constitue un modèle à suivre dans : la communion fraternelle, l’unanimité, la méditation de la Parole, dans la louange et l’adoration qui débordaient de leur cœur. Ces premiers chrétiens mettent leurs biens en commun.

Tout au long de l’histoire les chrétiens ne cesseront pas de prendre en modèle ce passé exemplaire afin d’être fidèle à l’origine de l’Église.

 

        Le Seigneur était présence

 

Mais dès le début le mal fit son apparition dans l’Église avec Ananias et Saphira (lire Actes 5 : 1-11). La puissance de Dieu se manifesta aussitôt avec la mort des coupables, et la crainte du Seigneur s’’empara de l’Assemblée.

 

        Et tous étaient guéris

 

« Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, et aucun des autres n'osait se joindre à eux ; mais le peuple les louait hautement. 

Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus ; en sorte qu'on apportait les malades dans les rues et qu'on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu'un d'eux.

La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs ; et tous étaient guéris. » (Actes 5 : 12-16).

 

Les apôtres imitaient leurs actions sur celles de leur Maître. Ils priaient au nom de Jésus de Nazareth et tous ceux qui étaient malade, tourmentés par des esprit impurs étaient délivrés. La puissance du Saint-Esprit était à l’oeuvre.

 

 

4 - Organisation de l’Assemblée – Institution des diacres

 

« En ce temps-là, le nombre des disciples augmentant, les Hellénistes murmurèrent contre les Hébreux, parce que leurs veuves étaient négligées dans la distribution qui se faisait chaque jour.

Les douze convoquèrent la multitude des disciples, et dirent: Il n'est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables.

C'est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l'on rende un bon témoignage, qui soient pleins d'Esprit Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi.

Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole.

Cette proposition plut à toute l'assemblée. Ils élurent Étienne, homme plein de foi et d'Esprit Saint, Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas, et Nicolas, prosélyte d'Antioche.

Ils les présentèrent aux apôtres, qui, après avoir prié, leur imposèrent les mains. » (Actes 6 : 1-6).

 

Cette proposition plut à toute l’Assemblée. Ils élurent :

Étienne, Philippe, et cinq autres ont prouvé qu’ils marchaient fidèlement pleins du Saint-Esprit et de sagesse sans réticence. Ils étaient obéissants à la Parole de Dieu, fidèles à leur engagement.

Rapidement, les diacres (diakonoï) sont appelés à gérer les biens matériels de l'Église naissante. Certains sont amenés à témoigner de leur foi, à évangéliser aux côtés des apôtres et à contribuer à l’essor de la communauté des fidèles.

 

 

5 - Les persécutions dans l’Église

 

Durant tout le cours de son l’histoire l’Église a été persécutée. Au départ, la persécution à commencé avec :

 

    a) Les apôtres

 

« Cependant le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie, mirent les mains sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique. Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir, et leur dit : Allez, tenez-vous dans le temple, et annoncez au peuple toutes les paroles de cette vie...Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement...Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.» (Actes 5 : 17-20, 28-29).

 

Le chef d’accusation est : « Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, » (v. 28).

Quel merveilleux témoignage de l’activité des apôtres qui préfèrent obéir à Dieu qu’aux hommes (v. 29).

Plus tard Jacques, frère de Jean sera exécuté par l’épée (Actes 12 : 1 -2 , et Pierre sera à nouveau emprisonné. (Actes 12 : 2- 17).

 

 

    b) Le premier martyre, Étienne

 

« Étienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple. Quelques membres de la synagogue dite des Affranchis, de celle des Cyrénéens et de celle des Alexandrins, avec des Juifs de Cilicie et d'Asie, se mirent à discuter avec lui ;  mais ils ne pouvaient résister à sa sagesse et à l'Esprit par lequel il parlait. » (Actes 6 : 8-10).

 

La jalousie animant de nouveau ces hommes, ils produisirent de faux témoins, ils l’emmenèrent au sanhédrin « Et ceux qui siégeaient au sanhédrin, ayant fixé le regards sur Étienne, son visage leur parut comme celui d’un ange » (v. 15). En effet, le Saint-Esprit avait revêtu Étienne de puissance et d’une grande sagesse pour annoncer l’Évangile.

Lire Actes 7. Étienne retrace, l’histoire du peule d’Israël, il en arrive à la conclusion :«  Hommes au cou raide, incirconcis de coeur et d'oreilles! vous vous opposez toujours au Saint Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l'êtes aussi..... Ils ont tué ceux qui annonçaient d'avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers, vous qui avez reçu la loi d'après des commandements d'anges, et qui ne l'avez point gardée !..... Mais Étienne, rempli du Saint Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu.....Et ils lapidaient Étienne, qui priait et disait: Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! » ( V. 51-60).

 

    c) L’Église persécutée et dispersée

 

Le martyr d’Étienne a été le début de la persécution de toute l’Assemblée de Jérusalem en l’an 44. Saul semble avoir été le leader de la première grande persécution de l’église. Une persécution particulièrement sévère ; des hommes et des femmes furent jetés en prison, ou battus, et un grand nombre mis à mort (Actes 8 : 1).

Avant sa mort Jésus avait déclaré : « Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi. » (Jean 12 : 32). La persécution a servi la réalisation de cette prophétie.

Cette persécution de Jérusalem a permis au salut d’être annoncé aux Samaritains et aux Nations.

 

6 – L’Évangile est proclamé en Samarie et aux Nations

 

Lecture : Actes 8 : 1-17

 

Parmi ceux qui quittèrent Jérusalem se trouvait Philippe, le diacre, qui annonça la Bonne Nouvelle aux non croyants la ville de Samarie. L’effusion du Saint-Esprit accompagne Philippe pour prêcher l’Évangile du royaume et Dieu a confirmé la Parole par des signes miraculeux (v. 5-7).

Un grand nombre de Samaritains ont reçu la Bonne Nouvelle (v.14), ont cru (v. 12) en Jésus-Christ et ont été baptisés d’eau (v.12-13).

 

     Les Samaritains reçoivent le Saint-Esprit

 

Pierre et Jean se rendent en Samarie «  Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint Esprit.Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint Esprit. » (Actes 8 : 14-17). Par le moyen de l’imposition des mains, les Samaritains reçurent le Saint-Esprit dans le même sens qu’il avait été reçu le jour de la Pentecôte.

 

« Après avoir rendu témoignage à la parole du Seigneur, et après l'avoir prêchée, Pierre et Jean retournèrent à Jérusalem, en annonçant la bonne nouvelle dans plusieurs villages des Samaritains. » (Actes 8 : 25). Puis Philippe est envoyé vers l’eunuque éthiopien (v. 26-40).

 

     Pierre ouvre aux Nations le royaume des cieux

 

Lecture : Actes 10

 

Le jour de la Pentecôte Pierre avait ouvert aux Juifs le royaume des cieux. Les Juifs n’avaient pas de communication avec les nations. Il fallait un ordre spécial de Dieu pour les Gentils (personnes étrangères à la religion juive). Cet ordre Dieu l’adressa à Pierre. « Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l'Esprit lui dit: Voici, trois hommes te demandent ; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c'est moi qui les ai envoyés..... Alors Pierre, ouvrant la bouche, dit: En vérité, je reconnais que Dieu ne fait point acception de personnes » (Actes 10 : 19-20, 34).

Le Centenier Corneille à Césarée est le premier païen converti par le ministère de Pierre. Corneille avait invité ses parents et ses amis intimes et « comme Pierre parlait, le Saint-Esprit descendit sur ceux qui écoutaient la parole... » (v. 44). il furent ensuite baptisés d’eau.

Pierre a toujours eu à cœur les païens qui ont acceptés Christ. Dans sa 1ère épitre, il écrit : « Pierre, apôtre de Jésus Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l'Asie et la Bithynie, et qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus Christ » (1Pierre 1 : 1-2).

Vraisemblablement, il a séjourné à Babylone auprès des chrétiens de cette ville. Nous lisons en 1 Pierre 5 : 13 « L'Église des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils. »

Pierre a ouvert la porte aux Nations, mais le ministère a été confié à un autre, à Paul.

 

     L’apôtre des nations

 

« Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s'il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem.... » (Actes 9 : 1-19).

 

Sur le chemin qui conduit à Damas, Saul est arrêté par le Seigneur qui lui dit : « Saul, Saul pourquoi me persécutes-tu ? » (v. 4). Là il se convertit en recevant Jésus-Christ dans sa vie comme Seigneur et Sauveur. Paul obéit aux instructions de Christ, il s’engage à être « un serviteur » et un témoin » de l’Évangile et un missionnaire parmi les Nations ; il se consacre à la prière. Paul est passé par la nouvelle naissance, il sera baptisé, recouvre la vue et rempli du Saint-Esprit. ( v. 6-19).

 

Il commence son ministère en enseignant à Antioche ( à cette époque c’est une ville de Syrie, aujourd’hui, Antakya en Turquie) où il demeura d’abord une année avec Barnabas. Il fonde l’église d’antioche.

« Barnabas se rendit ensuite à Tarse, pour chercher Saul ; et, l'ayant trouvé, il l'amena à Antioche. Pendant toute une année, ils se réunirent aux assemblées de l'Église, et ils enseignèrent beaucoup de personnes. Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens.... » (Actes 11 : 25-30).

 

Lors de trois voyages missionnaires différents – chacun d’une durée de plusieurs années Paul prêcha la bonne nouvelle de Jésus dans beaucoup de villes côtières et des axes commerciaux urbains. Voici une brève chronique de ces voyages missionnaires :

 

     Les voyages missionnaire de Paul

 

Premier voyage missionnaire (Actes 13 - 14) : Répondant à l’appel de Dieu de proclamer Christ, Paul et Barnabas quittèrent l’église d’Antioche en Syrie. Tout d’abord, leur méthode d’évangélisation était de prêcher dans les synagogues de chaque ville. Mais voyant que beaucoup de Juifs rejetaient Christ, les deux missionnaires reconnurent l’appel de Dieu de se tourner vers les Gentils (païens) et leur apporter la bonne nouvelle de Jésus.

À cause de son témoignage résolu et courageux, Saül le persécuteur devint Paul le persécuté. Ceux qui rejetèrent son message de salut en Jésus-Christ, essayèrent de l’arrêter et de lui faire du mal. Dans une ville, il fut lapidé et laissé pour mort. Mais Dieu lui vint en aide. À travers les épreuves, les emprisonnements et les volées de coups, il a continué à prêcher Christ.

 

Le ministère de Paul auprès des Gentils (païens) souleva des controverses quant à savoir « qui » pouvait être sauvé et « comment » être sauvé. Entre son premier et son second voyage missionnaire, Paul participa à une conférence à Jérusalem et y présenta la voie du salut. On arriva au consensus final que les Gentils (païens) pouvaient recevoir Jésus sans pour autant se soumettre aux traditions juives.

 

Second voyage missionnaire (Actes 15 : 36 à 18 . 22) : Après un séjour à Antioche pour y encourager l’église locale et l’affermir, Paul était prêt pour un second voyage missionnaire. Il demanda à Barnabas de l’accompagner pour rendre visite aux églises lors de leur premier voyage missionnaire. Cependant, un désaccord fit qu’ils se séparèrent. Dieu tourna ce désaccord en quelque chose de positif : il y avait dorénavant deux équipes missionnaires ! Barnabas se rendit à Chypre avec Jean Marc, et Paul pris Silas avec lui et ils partirent pour l’Asie Mineure.

 

Dieu, dans sa providence, dirigea Paul et Silas vers la Grèce, apportant ainsi l’Évangile en Europe. À Philippes, l’équipe missionnaire fut battue et emprisonnée. Se réjouissant de pouvoir souffrir pour le nom de Jésus-Christ, ils chantaient dans leur prison. Soudain, Dieu provoqua un tremblement de terre pour ouvrir les portes de leur cellule et les libérer de leurs chaînes. Dans sa frayeur, le geôlier stupéfié et sa famille, crurent en Jésus-Christ, mais les autorités les prièrent de quitter la ville.

 

Continuant son voyage vers Athènes, Paul prêcha à une audience désireuse d’entendre ce qu’il avait à dire. Il leur annonça le seul Dieu véritable qu’ils étaient à même connaître et d’adorer, en abandonnant les idoles faites de mains d’hommes. Là encore, certains méprisèrent le message, et d’autres crurent.

 

Paul enseigna ceux qui avaient cru en Jésus-Christ et les établit dans des églises. Pendant ce second voyage missionnaire, Paul fit beaucoup de disciples parmi des gens de toutes extractions sociales, et notamment un jeune homme du nom de Timothée, une femme d’affaires nommée Lydia, et un couple marié, Priscilla et Aquilas.

 

Troisième voyage missionnaire (Actes 18 : 23 à 20 : 38) : Pendant son troisième voyage missionnaire, Paul prêcha avec ardeur en Asie Mineure. Dieu confirmait son message par des miracles. Actes 20.7-17 nous dit que Paul prêcha à Troas un sermon exceptionnellement long. Un jeune homme, assis sur le rebord d’une fenêtre, s’endormit et tomba de la fenêtre du troisième étage. Il était tenu pour mort, mais Paul le fit revenir à la vie.


Autrefois adonnés à l’occultisme, les nouveaux chrétiens d’Éphèse brûlèrent leurs livres de magie. Les fabricants d’idoles, de leur côté, étaient mécontents de perdre leur commerce à cause de ce vrai Dieu et de son Fils. Un orfèvre appelé Démétrius provoqua une émeute qui se répandit dans toute la ville, louant leur déesse Diane. Les épreuves suivaient Paul où qu’il aille. En fin de compte, la persécution et l’opposition fortifièrent les vrais chrétiens et permirent de répandre l’Évangile.

 

 

7 - L’évangélisation de l’Europe

 

     L’Église de Philippes

 

« En passant par les villes, ils recommandaient aux frères d'observer les décisions des apôtres et des anciens de Jérusalem. Les Églises se fortifiaient dans la foi, et augmentaient en nombre de jour en jour.  Ayant été empêchés par le Saint Esprit d'annoncer la parole dans l'Asie, ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie. Arrivés près de la Mysie, ils se disposaient à entrer en Bithynie; mais l'Esprit de Jésus ne le leur permit pas. Ils franchirent alors la Mysie, et descendirent à Troas. Pendant la nuit, Paul eut une vision : un Macédonien lui apparut, et lui fit cette prière: Passe en Macédoine, secours-nous ! » (Actes 16 : 4-9).

 

Cette vision détermine le commencement de l’évangélisation de l’Europe.

Paul et Silas s’embarquent donc à Troas, font voile vers l’île de Samothrace, débarquent à Néapolis, vont de là à Philippes colonie romaine de Macédoine.

Arrivant à Philippes, suivant son habitude, Paul chercha d’abord les Juifs. Ils étaient peu nombreux semble-t-il, car il n’y avait pas de synagogue dans la ville. On se réunissait hors de la porte, près d’une rivière. Les Juifs se rassemblaient là pour la prière. C’est la que Paul et ses compagnons vinrent le jour su sabbat se joindre à la petite congrégation. Il semble que ce jour là, il n’y avait point d’hommes juifs dans la réunion.

Le récit de Luc ne mentionne que des femmes, en particulier il nomme l’une d’elles Lydie, marchande de pourpre.

Le Seigneur lui ouvrir le cœur. Elle fut attentive à ce que disait Paul. Elle fut baptisée et avec elle toute sa maison. 

Lydie est la première conversion en Europe. Ce fut le commencement de l’Église de Philippes.

 

Quand Paul est en captivité à Rome, sans doute vers l’an 60-64, il adresse a l’Église l’Épitre aux philippiens. Il s’agit d’une lettre d’amour spirituelle, la joie, l’humilité, la sainteté, où Paul remercie les philippiens des dons qu’ils lui ont adressés.

Dans cette ville Paul et Silas subissent la persécution. (lire Actes 16 : 11-40). Le miracle de leur délivrance est l’occasion de la conversion du geôlier et de sa maison (v. 31-34).

 

     L’Église de Thessalonique

 

Paul la fonda lors de son second voyage missionnaire. Son ministère rencontra une forte opposition, mais il réussit à gagner quelques Juifs et de nombreux Grecs qui lui permit d’établir une église fidèle. « Aussitôt les frères firent partir de nuit Paul et Silas pour Bérée. Lorsqu'ils furent arrivés, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs. Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact. Plusieurs d'entre eux crurent, ainsi que beaucoup de femmes grecques de distinction, et beaucoup d'hommes. » (Actes 17 : 10-12).

La 1ère épitre aux Thessaloniciens a été écrite probablement en 49-54 après J.C.

La 2éme épitre peu de temps après.

Ces épitres ont été écrites vraisemblablement de Corinthe. Le corps de la 1ère lettre contient surtout des recommandations, des souvenirs personnels, des conseils et des exhortations sur l’espérance future de la venue de Christ. La seconde lettre à pour thème principal Le seconde venue de Christ.

 

     Paul à Athènes

 

Lire Actes 17 : 15-34.

Paul est irriter au-dedans de lui en voyant l’idolâtrie et la corruption morale, il est indigné et profondément attristé.

Il fait un discours devant l’Aréopage. « Il annonce... qu’ils aient à se repentir.. » (v. 30-31). « Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir, parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts... Lorsqu'ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquèrent, et les autres dirent: Nous t'entendrons là-dessus une autre fois. Ainsi Paul se retira du milieu d'eux. Quelques-uns néanmoins s'attachèrent à lui et crurent, Denys l'aréopagite, une femme nommée Damaris, et d'autres avec eux. » (Actes 17 : 30-34). Plusieurs personnes se sont convertis au Seigneur et une Assemblée est formée à Athènes.

 

     L’Église de Corinthe

 

Lire Actes 18 : 1-28.

Après Athènes, Paul se rend à Corinthe en 51-52 après J.C. Il y demeure 18 mois. Il annonçait l’Évangile dans la synagogue chaque sabbat. Sous l’onction du Saint-Esprit il persuadait des Juifs et des Grecs qui acceptait le Christ. Le chef de la synagogue Crispus crut avec toute sa maison.

Le résultat de la prédication de l’Évangile par Paul à Corinthe fut considérable.

Il s’y forma une Assemblée nombreuse, malgré l’opposition des Juifs qui menèrent Paul devant le tribunal (v. 12-14). Durant l’été 52, Paul s’embarque pour la Syrie, il arrive à Éphèse, y laisse ses compagnons, il débarque à Césarée, puis il monte à Jérusalem. Après avoir salué l’Église de Jérusalem, il descend à Antioche. (Actes 19 : 1-2).

Troisième voyage missionnaire de Paul de 52 à 57 après J.C.

 

     L’Église d’Éphèse

 

Après avoir traversé plusieurs provinces de l’Asie Mineure, fortifiant tous les disciples par ses enseignements et ses exhortations, Paul resta à Éphèse 2 ans ½.

Éphèse était célèbre depuis longtemps par un Temple dédié à Diane, fausse divinité. L a superstition était très grande dans cette contrée.

C’est à Éphèse que Paul rencontre les disciples à qui il demande :

 

« Avez-vous reçu le Saint Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint Esprit. Il dit: De quel baptême avez-vous donc été baptisés? Et ils répondirent: Du baptême de Jean. Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c'est-à-dire, en Jésus.  Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. Ils étaient en tout environ douze hommes. » (Actes 19:2-7)

 

Une grande bénédiction fut le résultat du travail de Paul à Éphèse.

La Parole du seigneur se répandit, non seulement à Éphèse mais dans toute la province d’Asie parmi les Juifs et parmi les Grecs, et Dieu confirmait la prédication de Paul par des miracles extraordinaires. « au point qu'on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » (Actes 19 : 12). Ainsi l’Assemblée fut établie à Éphèse, et elle marchait avec le Seigneur.

Mais à Éphèse, Satan manifeste son opposition à l’oeuvre du Seigneur et nous avons le récit de Actes 19 : 23-40 qui décrit l’émeute provoqué par l’orfèvre Démétrius ; les Juifs dressent des embûches à Paul qui doit changer ses plans de voyage.

 

Nous sommes en mai 56 après J.C. A ce moment le ministère de Paul comme évangéliste et missionnaire est terminé.

Les Églises sont fondées. Les Assemblées sont organisées avec des anciens et des diacres.

«  Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, » (Éphésiens 4 : 11-12). Christ a donné des ministères-dons à l’Église pour équiper le peuple de Dieu en vue du service et pour l’édification du corps de Christ selon le plan divin.

 

Paul sentant que son service est à son terme, il a à cœur de motiver les anciens, surveillants du troupeau, établis pour cela par l’Esprit-Saint, de prendre soin de l’Assemblée de Dieu, car dit Paul : « Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau, et qu'il s'élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. » (Actes 20-29-30).Peu après le départ de Paul s’introduisirent des faux docteurs, ennemis venant du dehors et des ennemis au milieu des assemblées. Malheureusement ceux qui devaient veiller sur le troupeau n’ont pas été vigilants et s’endormirent...

 

Ce qui c’est passé pour l’Église d’Éphèse s’est passé au cours des siècles de l’histoire de l’Église. Aujourd'hui, les Assemblées de Dieu continuent d’être la proie des ennemis du dehors, et des ennemis du milieu du peuple du Seigneur.

 

     Quatrième voyage de Paul à Rome, vers l'an 59-60

 

Paul est arrêté à Jérusalem, mis faussement en accusation par les responsables religieux d'Israël pour « désordre public »et « hérésie ». Il est en captivité à Césarée de 57 à 59 après J.C.

 

Paul est Juif mais aussi citoyen romain par son père. Il réclame donc son droit d'être jugé par l'Empereur lui-même. Il sera accompagné sous escorte romaine vers la capitale de l'Empire Romain. Durant le voyage, sous la tempête, il réconforte tous ceux qui voyage avec lui. (Actes 27 : 27-44).

Arrivé à Rome, il en profite pour prêcher le royaume de Dieu aux Juifs qui viennent lui rendre visite, les entretiens durent du mati jusqu’au soir. Un certain nombre furent persuadés et crurent en Jésus-Christ (Actes 28 : 17-31). Ainsi, son ministère continua sous une forme nouvelle. Il fut libéré après deux ans de captivité. Mais il reviendra à Rome une seconde fois, non pas comme citoyen Romain, mais vraisemblablement comme chrétien.

Aussi sa captivité fut autrement étroite et bien plus contraignante que la première fois. Il écrit à Timothée : «  je souffre jusqu'à être lié comme un malfaiteur. » (2 Timothée 2 : 9).

 

Sa mort et son martyr probable par décapitation ne sont pas explicitement décrits dans les livres bibliques. On estime que sa mort a eu lieu vers l'an 66 ou 67.

 

A ce moment l’Église est constituée, non seulement les chrétiens sont groupés en Assemblée mais ils possèdent les instructions qui demeurent les nôtres. Paul leur a adressées dans ses Épitres tous les principes fondamentaux de la foi.

 

 

8 - Les Épîtres

 

     L’Épître aux Romains

 

Textes clés :

 

« Car je n'ai point honte de l'Évangile : c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec » (1 : 15).

« Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ » (5 : 1).

 

Thème principal :

 

Le plan du salut. La justification par la foi et la sanctification par le moyen du Saint-Esprit.

Des exhortations. Concernant les devoirs du chrétien.

 

     Épîtres 1 et 2 aux Corinthiens

 

Textes clés :

 

1 Corinthiens 1 : 12-17 ; 3 : 4-7, 21-22 ; 4 : 6-7, qui montrent les fausses conceptions du ministère.

2 Corinthiens 3 : 1 ; 5 : 12, 7 : 2 ; 10 : 2-3 ; 11 : 5-6 ; 12 : 11 ; 13 : 3, le thème sur ;

Les caractéristiques du ministère de Paul.

Les exhortations et les instructions concernant la générosité.

L’apostolat de paul.

 

Thème principal :

 

Paul traite surtout de la discipline, ce qui était particulièrement nécessaire à l’Église de Corinthe. Discipline dans les cas de délits d’immoralité.

 

Instructions concernant le mariage

Liberté chrétienne et restriction volontaire

Avertissements contre certains abus dans le culte public

Instructions quant à la doctrine de la résurrection des morts

Instructions concernant les collectes.

 

 

     L’Épitre aux Galates

 

Destinataires : Aux Églises de Galatie, un district d’Asie mineur.

 

Textes clés :

 

«  C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » (5 : 1).

 

Thème principal :

 

La foi, la grâce, la liberté, la croix.

 

Paul donne le plan de salut – Tous les hommes étant sous la Loi sont condamnés par elles comme transgresseurs, le salut est impossible par les œuvre de la Loi. Christ, seul, peut sauver car il a par sa mort satisfait aux exigences de la Loi à l’égard de ceux qui croient.

La Loi n’a jamais été destinée à sauver, c’est un tuteur un pédagogue pour nous amener à Christ.

 

Les premiers écrivains chrétiens se servirent beaucoup de l’Épître aux Galates. Sa profondeur est immense.

 

 

A suivre