2 - Le Saint-Esprit

 
2-1) Recevoir le Saint-Esprit
2-2) La manifestation des dons spirituels 
2-3) Classification des dons
2-4) Le fruit de l’Esprit 
2-5 Le Saint-Esprit nous conduit
2-6) Le Paraclet
 

 

2-1) Recevoir le Saint-Esprit

 

« Si donc méchant comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le demandent. » (Luc 11 : 13 ; Actes 2 : 4).

« Avez-vous reçu le Saint-Esprit quand vous avez cru ? » (Actes 19 : 12).

Le baptême du Saint-Esprit est pour les hommes et les femmes qui ont cru et ont accepté de passer par Gethsémané, par Golgotha. C’est pour tous ceux qui ont le cœur, les pensées, les raisonnements purifiés par la foi et par le sang précieux de Jésus.

L’effusion du Saint-Esprit est la volonté de Dieu : « Jusqu’à ce que l’Esprit soit répandu d’en-haut sur nous. » (Ésaïe 32 : 15) Pour le recevoir, vous devez croire simplement dans la promesse de Dieu. Il faut que Jésus-Christ tienne la première place dans votre cœur, lui abandonnant votre volonté, vos projets, vos désirs. Le Seigneur ne doit jamais tenir la seconde place dans votre vie. Vous devez vous détourner du mal, du péché et de la vie du monde, avoir une vie d’obéissance à la Parole de Dieu.

Quand le cœur est prêt, la bénédiction vient, comme lors du réveil, au temps d’Ézéchias : « Ézéchias et tout le peuple se réjouirent de ce que Dieu avait disposé le peuple car la chose se fit subitement. » (2 Chroniques 29 : 36) Comme une terre altérée, votre cœur doit soupirer après l’eau de ciel.

Si vous n’avez pas encore reçu la plénitude dans le Saint-Esprit, préparez-vous à le recevoir, comme si vous receviez un ami qui vous est cher.

Le général Booth a écrit : « Pour recevoir le baptême de feu, veillez à ce que votre âme soit en harmonie avec la volonté et le dessein du Saint-Esprit que vous recherchez. Veillez à ce que le canal de communication par le quel on reçoit le Saint-Esprit soit ouvert. »

a) Il faut croire avec force

La foi est l’élément indispensable l’accomplissement des choses que Dieu vous promet « Qu’il demande avec foi, ne doutant nullement ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et jeté çà et là... » (Jacques 1 : 6-8).

Vous devez savoir que le baptême du Saint-Esprit est une promesse de Dieu, selon Jésus : « La promesse du Père, ce que le Père a promis est pour tous ceux qu’il appelle.» (Actes 2 : 39). Aussi vous pouvez croire que le baptême du saint-Esprit est pour chacun de vous !

b) Il faut le désirer ardemment

« Jésus s’écrie : Si quelqu’un a soif qu’il vienne à moi et qu’il boive. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui. » (Jean 7 : 37-39) .

En 1 Corinthiens 14 : 1 la version Darby précise : « Désirez avec ardeur...les dons spirituels. » Nous devons prendre conscience de l’importance du baptême du Saint-Esprit pour une vie chrétienne riche et bien remplie « Soyez remplis du Saint-Esprit » (Éphésiens 5 : 18)

c) Il faut le demander

Jésus enseigne à prier pour recevoir le Saint-Esprit : « Combien plus forte raison le Père céleste donnera le Saint-Esprit à ceux qui le demandent. » (Luc 11 : 13).

Les apôtres prièrent pour les disciples de Samarie qui avaient été baptisés d’eau, afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit (Actes 8 : 15). Demandez et vous recevrez... Priez pour être baptisés du Saint-Esprit.

          Priez, seul ou avec d’autres, mais de toute manière PRIEZ !

d) Il faut sonder votre propre coeur

Le canal peut être bouché à cause du péché – de compromis avec le monde – quelque chose que vous ne voulez pas abandonner... Il faut que la communication entre Dieu et le croyant soit libre par la méditation de la Parole du Seigneur, pour cela vous devez être en mesure d tenir en bon état votre corps, qui est le temple du Saint-Esprit. Tout Chrétien peut discipliner son corps au service de Dieu. Votre ami le Saint-Esprit, désire entrer dans votre vie pour y demeurer et vous remplir de s toute-puissance. 

- René Barrois

 

2-2) La manifestation des dons spirituels (4-5-6)

« Pour ce qui est des dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance... Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. » (1 Corinthiens 12 : 1, 7).

Dieu veut que son peuple soit éclairé avec le secours puissant du Saint-Esprit. Celui-ci se manifeste à travers une multitude de dons spirituels donnés aux croyants.

Les dons spirituels sont réservés aux membres du corps de Christ, ceux qui ont faim et soif de les recevoir et de les mettre en pratique. Le jour où nous avons reçu et accepté Jésus comme notre Seigneur et Sauveur personnel, nous sommes nés de nouveau et devenus membres du corps de Christ. Ainsi, tout enfant de Dieu peut recevoir les dons de l’Esprit.

Les dons spirituels sont donnés aux croyants en vue de l’édification et de la sanctification de l’Eglise. Celle-ci ne doit pas se contenter de métaphores, mais de vivre de la puissance et de la force souveraines du Saint-Esprit.

Les dons spirituels sont donnés selon la volonté de l’Esprit (1 Corinthiens 12 : 8- 10). Les dons peuvent se manifester de plusieurs façons selon l’ardent désir du croyant (1 Corinthiens 12 : 31 ; 14 : 1).

Nous ne devons pas penser qu’une personne qui exerce un don spectaculaire est plus spirituel qu’un autre qui en exerce un plus modeste ; un tel raisonnement est anti- biblique.

Les croyants ne doivent pas accepter toutes les manifestations spirituelles. Les dons peuvent être contrefaits par Satan ou de faux ouvriers déguisés en serviteur de Christ. (Matthieu 7 : 21-23 ; 2 Corinthiens 11 : 13-15 ; 2 Thessaloniciens 2 : 8-10). Ils doivent « éprouver les esprits » pour savoir s’ils sont de Dieu. - René Barrois

(4) « Les dons de l’Esprit » Harold Horton   (5) « Les dons spirituels » R.L. Rband   (6) « Bible Esprit et Vie » note page 1902

 

2-3) Classification des dons

Il est absolument nécessaire pour les croyants de posséder les dons spirituels. En quittant ce monde Jésus a pourvu a ce que les disciples et les croyants d’aujourd’hui fussent remplis de la puissance d’en-haut afin « qu’ils aillent dans le monde pour prêcher l’Evangile à toute la création... » (Marc 16 : 15-18).

Cette classification des dons ne suit pas l’ordre tel qu’elle figure dans 1 Corinthiens 12.

Dons d’inspiration (dons vocaux)
La prophétie. Expression surnaturelle dans une langue connue (v. 10).

Le don des langues. Expression surnaturelle dans une langue inconnue (v. 10).

L’interprétation des langues. Interprétation surnaturelle des langues inconnues (v. 10).

Dons de révélations
La parole de sagesse. Révélation surnaturelle de la volonté divine (v. 8).
La parole de connaissance. Révélation surnaturelle de faits connus de Dieu (v. 8). Le discernement des esprits. Vision surnaturelle dans le domaine des esprits (v. 
10).

Dons de puissances

La foi. Confiance surnaturelle (passive) en Dieu pour les choses miraculeuses (v. 9).

Le don des miracles. Intervention surnaturelle (active) dans le cours ordinaire de la nature (v. 10).

Le don des guérissons. Puissance surnaturelle pour guérir les malades (v. 9).

Le don de prophétie. « à un autre le don de prophétie. » (v. 10)
Il ne faut pas confondre le don de prophétie avec le ministère de prophètes. Le don

de prophétie est un don du Saint-Esprit à l’individu pour édifier, exhorter ou consoler. Tandis que le ministère de la prophétie est un don de Jésus-Christ à l’Eglise par des révélations. La prophétie est très importante :

Grâce à elle, les croyants sont édifiés et permet la construction de l’Eglise en l’exhortant (1 Corinthiens 14 : 3-4)

Elle console l’Eglise (1 Corinthiens 14 : 3, 31)

Elle permet la conviction de péché, de justice et de jugement des pécheurs et de révéler les secrets de leur cœur (1 Corinthiens 14 : 24-25)

Le croyant qui prophétise « parle aux hommes » surnaturellement » (1 Corinthiens 14 : 24, 29-31) Celui qui prophétise ne peut pas prophétiser si ce n’est pas le Saint-Esprit qui le conduit (1 Pierre 4 : 11). La prophétie authentique ne peut pas se manifester sans la puissance de Dieu.

Le don des langues « à un autre la diversité des langues » (v. 10)
Les buts scripturaires du parler en langues sont :
Le parler en langues est la preuve du baptême dans le Saint-Esprit (Actes 2 : 4) Permet aux croyants de s’entretenir par l’Esprit avec Dieu (1 Corinthiens 14 : 2) Permet aux croyant de glorifier Dieu (Actes 10 : 46)
Permet aux croyants de s’édifier eux-mêmes (1 Corinthiens 14 : 15)
Permet à notre esprit de prier, en dehors de notre entendement (1 Corinthiens 14 : 
15)

Permet avec l’aide du don d’interprétation l’édification de l’Eglise (1 Corinthiens 14 : 5, 12-13, 26) Le don des langues est un signe pour les non-croyants.

Le don d’interprétation de langues « à un autre l’interprétation des langues. » (v.10) Le but du don d’interprétation est l’édification de l’Eglise au cours d’un réunion

publique, ainsi chacun est élevé vers des hauteurs nouvelles. Le peuple se met à louer, prie, et rendre grâce. L’Eglise entière est fortifiée par le Saint-Esprit. Ceux qui parlent en langues sont invités à prier pour recevoir l’interprétation (1 Corinthiens 14 : 13). Le fait de donner un message en langues et de donner en suite soi-même l’interprétation n’est pas anti scripturaire (1 Corinthiens 14 : 5).

          Attention ! L’interprétation n’est pas une traduction des langues.

La parole de sagesse « la parole de sagesse est donnée à l’un par l’Esprit. » (v.8) Le but de ce don est de bâtir le corps de Christ. La parole de sagesse est la révélation surnaturelle, par l’Esprit, des plans divins et le déploiement de ses intentions. Elle avertit et guide quant aux dangers futurs (Genèse 6 : 13-22)

Elle convainc un serviteur, un chrétien de sa mission divine.
Elle révèle la conduit à tenir dans le culte et la louange.

Pour que l’Eglise fasse la volonté de Dieu dans tous ses commandements. Elle donne l’assurance d’une bénédiction (Genèse 28 : 10-15).
Elle peut prévenir un croyant d’un danger qui approche et à le délivrer.
Elle confirme ou fait connaître l’appel au service de Dieu.

La parole de connaissance « à un autre la parole de connaissance » (v 8)

La parole de connaissance n’est pas une amplification de la connaissance humaine. Elle pousse le croyant à annoncer des choses que ses capacités ne lui permettraient en aucune manière de connaître.

Elle survient comme une révélation, sans effort de notre part.

Elle dépend de notre communion avec Dieu comme Pierre recevant sa révélation concernant Jésus « Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Matthieu 16 : 16).

Son but :

Avertir des plans de l’ennemi – D’éclairer les croyants découragés – Dévoiler l’hypocrisie... au sein de l’Eglise – Convaincre un pécheur qu’il a besoin d’un Sauveur, comme ce fut le cas pour la Samaritaine (Jean 4 : 18-20) – Apporter un secours puissant dans la prière – Par ce don, l’Eglise reçoit la puissance révélatrice de la Parole de Dieu pour son édification.

Le discernement des esprits « à un autre le discernement des esprits » (v 10)

Le but du discernement des esprits permet la protection du corps de Christ. Il met l’Eglise à l’abri des esprits mauvais et méchants qui cherchent à faire obstacle à l’annonce de l’Evangile ou créer des divisions en son sein.

Les croyants doivent apprendre à écouter la voix de l’Esprit. En effet, nous savons qu’en ces temps de la fin Satan est particulièrement virulent, il cherche à égarer beaucoup de chrétiens, et à répandre toutes sortes de problèmes dans les églises. Beaucoup ne supporte pas la saine doctrine de l’Evangile. Nombreux sont ceux qui n’acceptent pas la Parole de Dieu, en ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils suivent une foule de prédicateurs selon leurs propres désirs (2 Timothée 4 : 4). Pour ces raisons, nous avons besoin, plus que jamais du don de discernement des esprits.

La foi « à un autre la foi » (v 9)
Grâce au don de la foi, l’Eglise tout entière est édifiée, aidée.
Le but de la foi est :
De recevoir les promesses incroyables de Dieu tel Abraham (Genèse 21 : 5) –

D’apporter la victoire dans les combats quotidien (Exode 17 : 11) – Une protection personnelle dans le danger (Daniel 6 : 17-23).

Le don de foi donne une grande confiance envers Dieu. Il est très important, dans ce temps où l’incrédulité est croissante. Ce don doit demeurer sous sous le contrôle de l’amour divin.

Le don des miracles « à un autre l’opération des miracles » (v 10)

Les miracles, comme tous les autres dons de l’Esprit sont pour l’édification du corps de Christ.

Il a pour but :

La délivrance du peuple de Dieu des mains de l’ennemi (Exode 15 : 16).
De pourvoir aux besoins des enfants de Dieu comme dans Exode ch. 17. D’exécuter les jugements divins comme l’anéantissement d’Ananias et Saphira 
(Actes 5 : 1-11)

De confirmer le message prêché (Actes 13 : 11-12) d’apporter la délivrance dans les situations périlleuses, ce fut le cas pour la tempête apaisée (Matthieu 8 : 23-27).

La résurrection des morts, celle de Lazare (Jean 11 : 1-43)
De démontrer la puissance et la gloire de Dieu (Matthieu 11 : 1-43 ; Jean 5 : 36, 10 : 
25).

Selon Hébreux 13 : 8 « Jésus est le même hier, aujourd’hui, et éternellement », Il peut intervenir dans sa miséricorde au moyen du don des miracles.

Le don des guérisons « à un autre des dons de guérisons » (v 9)
Remarquons que ce n’est pas le don des guérisons, mais les dons de 
guérisons.

C’est le seul des neuf dons qui constitue en lui-même un groupe. Comme tous les autres il est surnaturelle. Il est exprimé grâce à l’action du Saint-Esprit, par l’intermédiaire d’un croyant.

Le but est de :

Répondre à la délivrance des malades, au besoin de détruire les œuvres du diable qui se manifeste au milieu des croyants.

Donner également la foi et le courage aux enfants de Dieu, afin de glorifier le Seigneur.

Permettre de conduire les incroyants à écouter l’Evangile de Jésus.
Comment opèrent les dons de guérisons ?
La guérison par l’onction d’huile « Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il

appelle les anciens de l’Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur » (Jacques 5 : 14).

La guérison par l’imposition des mains « Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. » (Marc 16 : 18). On peut imposer les mains aux croyants comme aux incroyants à condition qu’ils le demandent ou soient d’accord que l’on prie pour eux. (Jean 5 : 6 ; 6 : 37).

Avoir la foi c’est absolument nécessaire pour l’opération des dons de guérisons. Cette foi peut :
Être substituée à celle du malade s’il est trop faible pour croire lui-même « Jésus, 
voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant tes péchés sont pardonnés. » (Marc 2 : 5) Venir uniquement du malade « Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. » 
(Matthieu 9 : 22).

Être celle du serviteur de Dieu seul, quand le malade est inconscient ou dans le coma « Et lorsque la foule eut été mise dehors, il (Jésus) entra et prit sa main, la jeune fille se leva. » (Matthieu 9 : 25).

Être combinée du serviteur et de celui qui est malade (Matthieu 9 : 28-29).

Attention ! Les dons de l’Esprit peuvent être contrefaits par Satan ou par des faux docteurs déguisés en serviteurs de Dieu lire : (Matthieu 7 : 21-23 ; 24 : 11 ; 2 Corinthiens 11 : 13-15 ; 2 Thessaloniciens 2 : 8-10).

Les croyants ne doivent pas accepter toutes les manifestations spirituelles ; au contraire ils doivent « Eprouver les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont présents dans le monde. » (1 Jean 4 : 1 cf à 1 Thessaloniciens 5 : 21- 22).

Aujourd’hui, nous vivons dans la tolérance à l’égard des doctrines anti-bibliques. Il est important pour les chrétiens d’éprouver tous enseignants, prédicateurs, auteurs, prophètes, etc. Ils ne faut jamais affirmer qu’un ministère ou une expérience spirituelle vient de Dieu simplement parce que telle ou telle personne le prétend.

Paul dit aux Galates : « Si quelqu’un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème. » (1 : 9)

Dieu ordonne aux croyants de défendre la foi (Jude 1 : 3), en se mettant à part des docteurs, des pasteurs et autres dirigeants qui nient les vérités bibliques. (6). - René Barrois

(6) « Bible Esprit et Vie » note page 1902

 

2-4) Le fruit de l’Esprit (18)


« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance. » (Galates 5 : 22).

Le fruit de l’Esprit est l’opposé des œuvres de la chair, il apporte aux chrétiens un mode de vie qu’ils doivent manifester dans leur quotidienne. Cette manifestation dans la vie des enfants de Dieu a pour but d’anéantir le péché, et tout particulièrement les œuvres de la chair.

L’amour

L’amour est la dimension par excellence du fruit de l’Esprit ! Jésus n’a lissé aucun doute à ce sujet lorsqu’il dit : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous aimé, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous connaîtrons que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13 : 34-35).

Les trois dimension de l’amour :

L’amour envers Dieu – la dimension verticale. Aimer Dieu est notre plus grand devoir et privilège. Lorsque nous aimons Dieu avec l’amour agape, qui représente l’un des aspects du fruit de l’Esprit, nous aimons également tout ce qui est à lui et tout ce qu’il aime. Nous aimons sa Parole, ses enfants, son œuvre et son Église.

L’amour envers mon prochain – la dimension horizontale. Nous ne saurions aimer notre prochain avec l’amour agape sans Dieu d’abord. C’est l’Esprit Saint produisant le fruit de l’Esprit en nous qui nous rend capable d’accomplir le deuxième grand commandement de la Loi : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lévitique 19 : 18). L’apôtre Jean mit en valeur l’importance de l’amour agape envers nos semblables (1 Jean 4 : 7-8, 12, 20).

L’amour envers-soi-même – la dimension intérieure. Il peut sembler étrange de suggérer que l’amour agape inclut l’amour de soi. Rappelez-vous qu’aimer avec l’amour agape c’est aimer comme Christ a aimé. Vous devez vous voir vous-même comme lui vous voit – c’est-à-dire comme un pécheur sauvé par grâce, comme un être humain fait à son image, créé pour lui rendre grâce. Ce n’est pas un amour égoïste, intéressé, mais un amour qui se donne et qui reconnaît que le plus grand bonheur et accomplissement personnel ne se trouvent qu’au travers de l’obéissance et de la consécration à Jésus- Christ.

La joie

Une joie dont Dieu est la base. Une joie qui vient des choses matérielles, terrestres, mais qui a pour base une relation avec Dieu.

Il s’agit là de bien autre chose qu’un bonheur momentané. La joie comme fruit de l’Esprit est une qualité de gaieté, de plaisir et de contentement qui n’est pas déterminée par les circonstances, mais qui demeure égale dans toutes les situations, bonnes ou mauvaises ; parce que Dieu en est le fondement. Paul écrit merveilleusement cette joie aux Philippiens ch. 4 : 11-12. Le fondement de la joie de Paul était sa relation avec Jésus- Christ.

La paix

Lorsque nous parlons de paix en tant que fruit de l’Esprit, nous ne parlons pas du soulagement momentané apporté par une période de repos au bord d’un lac, ou au bord de la mer, ou même ailleurs. Nous parlons de la paix qui est produite en vous lorsque l’Esprit Saint habite en vous. Vous pouvez expérimenter cette paix dans votre cuisine, dans une chambre d’hôpital, dans un bureau...

La paix véritable provient du Saint-Esprit. Ce fruit apporte l’unité, la tranquilité et, par-dessus tout, un esprit paisible.

La douceur

Ce fruit comprend cinq aspects :

La soumission à faire la volonté de Dieu. C’est dans cette soumission que nous recevons le repos pour nos âmes « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. » (Matthieu 11 : 29).

L’aptitude à apprendre. C’est faire preuve de modération, de calme et de supporter les autres à cause de l’amour. La douceur n’exclut pas la fermeté. Jésus était humble et doux de cœur, mais il était ferme devant le mal « Ayant un fouet de corde, il les chassa tous hors du temple... » (Jean 2 : 15-16). La douceur est vitale pour la vie du croyant et de l’Eglise.

Former des disciples. Si le salut est l’oeuvre de Dieu, faire des disciples est la responsabilité de l’Eglise. Un esprit doux et paisible attirera davantage un incroyant à Jésus-Christ que celui qui étale ses connaissances et sa supériorité religieuse Paul dit « Mais évite les questions folles et insensées, sachant qu’elle engendre des contestations. Et il ne faut pas que l’esclave du Seigneur conteste, mais qu’il soit doux envers tous. » (2 Timothée 2 : 23-25).

Soutenir un croyant. Si un chrétien est surpris en faute, il doit être corrigé avec douceur, amour et compassion, seul celui qui est rempli du Saint-Esprit peut le faire «Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. » (Galates 6 : 1).

Pour ceux qui possèdent le fruit de la douceur, le Seigneur leur promet qu’ils auront part avec lui dans le royaume qu’il établira sur la terre « Heureux les débonnaires (les humbles), car ils hériteront la terre ! » (Matthieu 5 : 5) « que votre douceur soit connue de tous les hommes... » (Philippiens 4 : 5).

La tempérance

La tempérance (ou maitrise de soi) comme fruit de l’Esprit, c’est savoir faire abstinence des désirs et plaisirs néfastes pour l’homme. Les croyants doivent vivre dans le siècle présent d’une manière sensée « La grâce de Dieu...nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété. » (Tite 2 : 11-12).

La tempérance est une puissance, un contrôle de soi, cela n’est possible que si nous confions nos vies au Saint-Esprit. Voyons ce que dit la Bible sur la tempérance :

Le contrôle de la langue. Il est important pour les chrétiens de maitriser sa langue, une parole mal appropriée peut embraser des discutions (Jacques 3 : 2-12). Le contrôle du désir sexuel. Le Seigneur impose aux chrétiens de demeurer purs sur le plan sexuel « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité...Car Dieu ne nous a pas appelé à l’impudicité, mais à la sanctification » (1 Thessaloniciens 4 : 3-8).

Le contrôle des habitudes quotidiennes. Paul dit : « Tout est permis, mais tout n’ai pas utile... » (1 Corinthiens 6 : 2-20). Ne pas être vigilant dans nos habitudes mène à dessèchement spirituel « Ne sois pas parmi ceux qui font excès des viandes : Car l’ivrogne et celui qui se livre à des excès s’appauvrissent. » (Proverbes 23 : 20-21)

Le contrôle dans l’utilisation du temps. Les chrétiens doivent avoir une vie équilibrée. Il faut un temps au travail, à l’étude de la Parole, à la prière, au repos, et à la détente (1 Thessaloniciens 5 : 6-8).

Le contrôle de ses pensée. Ne restons pas attristés par les choses du monde, ne pensons pas au mal, mais pensons à ce qui est bien et apportons la consolation autour de nous « Que tout ce qui est vrai, tout ce qui est pur, tout ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées... » (Philippiens 4 : 8-9).

La bénignité

La bénignité (ou bienveillance) ne peut-être dissociée de la bonté, néanmoins elle va un peu plus loin que la bonté. C’est la manifestation de la douceur, de la compassion, de la pureté ... Dieu utilise la bénignité pour guider, pousser, corriger et secouer, afin d’amener à la repentance et de nous manifester sa bonté.

Ce fruit de l’Esprit doit nous permettre d’être serviable dans l’amour et la consécration. La Bible est riche d’exemples comme :

Rahab qui reçut les messagers et les fit partir par un autre chemin. (Josué 2)

La Sunamite qui ne connaît pas Élisée, mais pourvoit à chacun des passages (2 Rois 4 : 8-10).

Les chrétiens qui partagent leurs biens (Actes 2 : 44-45).

La manifestation de bénignité est une preuve de fécondité spirituelle lorsqu’on sert son prochain dans l’amour, portant les fardeaux des uns et des autres. Paul résume l’importance de la bénignité dans Galates 6 : 9-10 « Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable si nous ne nous relâchons pas » Nous moissonnerons à la fois une récompense et la vie éternelle.

La fidélité

La fidélité c’est la foi croissante donnée par l’Esprit Saint qui transmet aux croyants l’intégrité, la sincérité, et la loyauté. La fidélité est nécessaire pour le chrétien dans leur relation avec Dieu, son prochain et lui-même.

La fidélité envers Dieu : C’est la foi vivante, absolue en notre Père dans le respect, l’obéissance et la soumission à sa parole.

La fidélité envers notre prochain : Ce que produit en nous le Saint-Esprit doit être démontré dans nos relations avec ceux qui nous entourent, foyer, famille, amis, relation de travail. Nous devons être loyaux, respirer la confiance, respecter nos engagements accomplir nos vœux.

Les récompenses à la fidélité : Dieu nous fait cette promesse : « Un homme fidèle est comblé de bénédictions » (proverbe 28 : 20). La bénédiction de Dieu ne doit pas être identifiée à la prospérité matérielle ou à l’absence de souffrance dans notre vie. Tout chrétien qui a le fruit de la fidélité dans sa vie recevra l’approbation de Dieu et la vie éternelle. « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » (Galates 6 : 7-8).

La patience

La patience (ou persévérance) permet aux chrétiens d’apprendre à attendre devant le Seigneur, en gardant toute espérance, en refusant la défaite tout en conservant son calme. l’auteur du livre aux Hébreux nous invite à affronter nos épreuves avec endurance, nous devons admettre qu’il nous faut les accepter car Dieu les utilise pour nous apprendre à nous soumettre à lui « Supportez le châtiment : c’est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ? » (Hébreux 12 : 7-11).

Par la patience le croyant :

Portera du fruit « Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon, la retienne, et portant du fruit avec persévérance. » (Luc 8 : 15). La patience nous donne de ne pas se laisser étouffer par les soucis.

Sauvegardera son âme « Par votre persévérance vous sauverez vos âmes. » (Luc 21 : 19). La patience nous permet d’être dans l’attachement le plus ardent à Christ.

Recevra ce qui lui est promis « Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. » (Hébreux 10 : 36).

Tiendra ferme « prenez mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.» (Jacques 5 : 10-11) Nous devons tenir ferme quel que soient les épreuves que nous avons à supporter, tout en gardant la foi en Dieu.

Si nous permettons au Saint-Esprit d’agir dans nos vies, il formera en nous l’image du Seigneur Jésus.

La bonté

La bonté c’est l’amour sensible qui nous aide à transmettre à notre prochain la compassion de Jésus. Les croyants qui sont remplis de bonté n’ont aucune amertume dans leur vie quotidienne, la douceur et la tendresse se dégagent d’eux. Si nous marchons dans la bonté à l’exemple de christ c’est « Comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur. » (Éphésiens 5 : 1-2) Nous devons prendre continuellement comme modèle le Seigneur. Il est miséricordieux, plein de compassion, lent à la colère et toujours prêt à bénir ses enfants « L’Eternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité. » (Exode 34 : 6). Si le fruit de la bonté est en nous , nous devons être prêts à offrir par amour aux perdus le témoignage de l’Evangile.

La bonté est une qualité de pureté lorsque nous sommes animés de ce fruit de l’Esprit nous voyons les autres comme Dieu les voit.

Soyons inspirés par le fruit de l’Esprit et désirer être semblable à notre Seigneur. Tenons-nous dans la prière pour recevoir la plénitude spirituelle et la partager avec ceux qui nous entourent. - René Barrois

(18) « Une vie féconde » Antonio Gilberto da Silva

 

2-5 Le Saint-Esprit nous conduit

« Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. » (Jean 16 : 13). 

« Marchez selon l’Esprit... Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit.» (Galates 5 : 16, 25).

Le Saint-Esprit est venu pour nous conduire dans toute la vérité. Il est venu nous donner la puissance pour le témoignage « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins... » (Actes 1 : 8). Le Saint-Esprit est un merveilleux Ami qui connaît toute chose. Il nous aime et veut nous guider sur le chemin de notre pèlerinage terrestre. Il nous conduit par :

La méditation de la Parole de Dieu La vie de l’Église
Les dons spirituels
Les visions et les songes

Les circonstances de la vie.

Il conduit par la méditation de la Parole de Dieu : La Bible est le GPS qu’utilise le Saint-Esprit pour nous conduire. C’est pourquoi il est primordial de lire la Bible chaque jour. La lire c’est bien, la méditer est encore mieux. La méditation c’est se soumettre à une longue et mûre réflection. Chaque jour le Saint-Esprit nous aide à mettre en pratique les enseignements de la Parole de Dieu.
1 - Elle accorde le pouvoir de soutenir la création « Il soutient toutes choses par sa Parole puissante. » (Hébreux 1 : 3), lire aussi Psaume 147 : 15-16.
2 - Elle est une source de grâce, de puissance, et de révélation par laquelle les croyants grandissent dans la foi ; elle contribue à la croissance spirituelle (Esaïe 55 : 10-11).
3 - Elle a le pouvoir de communiquer une vie nouvelle. C’est par elle que nous sommes nés de nouveau « Par la Parole vivante et puissante de Dieu » (1 Pierre 1 : 23).
4 - Elle nous parle au travers de certains versets tandis que nous méditons.

Très souvent des chrétiens rendent ce témoignage « J’avais un problème et je ne savait plus que faire. Or, pendant que je lisais la Bible, un verset sembla ressortir du texte. C’était exactement ce qu’il me fallait. Mon problème était résolu. »
Toutes ces révélations proviennent de la puissance du Saint-Esprit qui agit dans la vie des chrétiens. La Parole de Dieu n’est ni inerte, ni figée, en tout temps elle répond aux besoins spécifiques des croyants.

Satan ne désarme pas pour troubler ou séduire les croyants pour les écarter de la sainte doctrine (1 Timothée 4 : 1-2). Ainsi beaucoup de chrétiens se laissent détourner de la vérité parce qu’ils ne sont pas vigilants devant les subtilités de l’ennemi.

Le Saint-Esprit avertit les croyants de se soumettre et de rester fidèles à la Sainte Parole. (2 Timothée 4 : 3-4). Nous devons nous attacher à toute la Parole de Dieu pour la lire dans la dépendance du Saint-Esprit.

Il conduit par la vie de l’Église : La Bible nous dit que nous avons besoin de participer à la vie de l’église pour adorer Dieu avec d’autres croyants. Quel que soit le lieu de réunion, les chrétiens sont affermis par la communion avec d’autres croyants et l’enseignement de la Parole de Dieu conduit par l’Esprit Saint. Nous avons besoin d’être encouragé par les frères et soeurs dans le cadre de la vie d’église.

Quand nous sommes nés de nouveau, nous devenons membres du corps de Christ « Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. » (1 Corinthien 12 : 27). Aller à l’église n’est pas suffisant : nous devons nous engager dans un ministère au service des autres, avec les dons spirituels que Dieu nous a donnés (Éphésiens 4 : 11-13). Si nous n’avons pas ces dons, nous n’atteindront jamais la maturité spirituelle. Il est important de recevoir de l’aide et de l’encouragement d’autres croyants (1 Corinthiens 12 : 21-26).

La vie de l’église c’est permettre au Saint-Esprit de nous conduire dans toute la

vérité pour :
Accéder à la justice « Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu son fils

de Dieu. » (Romains 8 : 14). Les croyants sont appelés, en tant que fils de Dieu, à vivre en observant les commandements du Seigneur. C’est la seule façon pour eux de vivre en tant qu’enfants de Dieu matures.

Rester connecté (Jean 15). Jésus compare notre relation avec lui à celle de la vigne et des ses sarments. « Je suis le cep, vous êtes les sarments » (v. 5). Les croyants qui demeurent attachés (connectés) à Jésus portent beaucoup de fruits. Les enfants de Dieu n’ont la vie que si la vie de Christ coule en eux, cela n’est pas le résultat de nos efforts, ni de la religion, mais le fruit du Saint-Esprit qui agit en nous.

Il conduit par ces dons : « Pour ce qui est des dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance. (v 1). Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. (v 7). » (1 Corinthiens 12).

Dieu veut que son peuple soit éclairé avec le secours puissant du Saint-Esprit. Celui-ci se manifeste à travers une multitude de dons spirituels donnés aux croyants.

Les dons spirituels sont réservés aux membres du corps de Christ, ceux qui ont faim et soif de les recevoir et de les mettre en pratique. Le jour où nous avons reçu et accepté Jésus comme notre Seigneur et Sauveur personnel, nous sommes nés de nouveau et devenus membres du corps de Christ. Ainsi, tout enfant de Dieu peut recevoir les dons de l’Esprit.

Les dons spirituels sont donnés aux croyants en vue de l’édification et de la sanctification de l’Eglise. Celle-ci ne doit pas se contenter de métaphores, mais de vivre de la puissance et de la force souveraines du Saint-Esprit.

Les dons spirituels sont donnés selon la volonté de l’Esprit (1 Corinthiens 12 : 8- 10). Les dons peuvent se manifester de plusieurs façons selon l’ardent désir du croyant (1 Corinthiens 12 : 31 ; 14 : 1).

Nous ne devons pas penser qu’une personne qui exerce un don spectaculaire est plus spirituel qu’un autre qui en exerce un plus modeste ; un tel raisonnement est anti- biblique.

Les croyants ne doivent pas accepter toutes les manifestations spirituelles. Les dons peuvent être contrefaits par Satan ou de faux ouvriers déguisés en serviteur de Christ. (Matthieu 7 : 21-23 ; 2 Corinthiens 11 : 13-15 ; 2 Thessaloniciens 2 : 8-10). Ils doivent « éprouver les esprits » pour savoir s’ils sont de Dieu.

Il conduit par les visions et les songes : Les visons et les songes, sont un moyen de communication du Saint-Esprit pour guider les croyants.

On trouve dans la Bible de nombreux témoignages où Dieu a choisi de faire connaître sa pensée à ses enfants, mais aussi à des non-croyants au moyen d’un songe ou d’une vision.

Dans l’Ancien Testament
La parole de l’Éternel a été adressée à Abraham dans une vision « Ne crains point ;

moi, je suis ton bouclier et ta très grande récompense » (Genèse 15 : 1) Dieu lui promet qu’il aura un fils, sorti de ses entrailles. Il lui dit, en lui montrant la voûte étoilée : « Ainsi sera ta semence » (Genèse 15 : 5).

Dans un songe Dieu a dit à Abimélec : « Voici, tu es mort à cause de la femme que tu as prise, car elle est une femme mariée. » (Genèse 20 : 3).

Jacob a un rêve étrange : il voit une échelle sur laquelle montent et descendent des anges. Or l’Éternel s’y tient et lui dit : « Je suis l’Éternel, le Dieu d’ Abraham, ton père et le Dieu d’Isaac ; la terre sur laquelle tu es couché, je te la donnerai, et ta semence sera comme la poussière de la terre. » (Genèse 28 : 13-14).

Les songes occupent une place importante dans la vie de Joseph, qu’il s’agisse de ses propres songes, de ceux des officiers du Pharaon (Genèse 37 ; 40 : 8).

Gédéon a « entendu » le récit d’un songe (Juges 7).
L’Éternel est apparu à Salomon dans un songe (1 Rois 3).
Dieu s’est servi de songes pour révéler à Nebucadnestar, un monarque païen, sa 
volonté et ses ambitions concernant un avenir immédiat et un autre plus lointain.

Dans le Nouveau Testament
Un ange du Seigneur apparaît à Joseph en songe et lui dit : « Joseph fils de David,

ne craint pas de prendre auprès de toi Marie ta femme... » (Matthieu 1 : 20). Plus tard, un ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui commande de fuir en Égypte (Matthieu 27 : 18-19).

Un ange du Seigneur est apparu à Philippe pour lui confier de se rendre auprès d’un Éthiopien, eunuque, (Actes 8 : 19).

Pour l’apôtre Paul, se sera une vision en plein midi, une voix lui dit : « Je suis Jésus que tu persécute. » (Actes 9 : 4)

Pour Pierre, ce croyant d’origine juive, il tomba en extase. Il vit le ciel ouvert et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins. Cette vision se renouvelle trois fois, ce qui prouve sa très grande importance (Actes 10 : 9-23).

La vision de Paul à propos d’un Macédonien qui lui dit : « Passe en Macédoine et aide-nous ! » (Actes 16 : 6-10).

Dieu, « ne fera rien qu’il ne révèle son secret à ses serviteurs les prophètes. » (Amos 3 : 7). Souvenons-nous que « nous serions plus en état de saisir la pensée de Christ, si nous étions toujours avec lui dans notre coeur » (Version Darby)

Il conduit par les circonstances de la vie : Une chrétienne manqua l’autobus qu’elle voulait prendre. Elle pris le suivant quatre heures plus tard, s’assit à côte d’une femme qui avait besoin de Dieu, et elle put la conduire à Christ. Le Saint-Esprit l’avait conduite par les circonstances.

Regardez autour de vous. Le Saint-Esprit est peut-être en train de vous ouvrir des occasions.

Êtes-vous dans une situation difficile ? Peut-être que Dieu vous y a placé pour que vous puissiez y changer quelque chose. Demandez au Saint-Esprit de vous aider à voir ce que vous pourriez faire.

Le Saint-Esprit vous conduira souvent par des impressions, si vous lui faites confiance pour vous aider dans les choix que vous devez faire. « Le coeur de l’homme médite sa voie, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas. » (proverbe 16 : 9).

Témoignage : Un pasteur qui se rendait à un rendez-vous, et qui était pressé, ressenti une impression, « Arrête-toi et frappe à la porte de cette maison » Il s’efforça d’oublier cette idée, mais elle s’imposait toujours davantage. Finalement, il s’arrêta et se rendit à cette maison. Il y trouva un chrétien dans un état désespéré et qui avait réellement besoin d’aide.

Un chrétien reçut une impulsion urgente de rendre visite à un ami. Il arriva pour trouver son ami qui se préparait à se suicider. Le chrétien put le conduire à Christ et sauver sa vie.

« Le Seigneur m’a dit de vous apporter ceci » dit un homme qui apportait un panier de victuailles à un pasteur. Le Pasteur et sa femme avaient prié et demandé à Dieu de subvenir à leurs besoins. Ils n’avaient plus ni argent, ni nourriture.

Si nous sommes remplis du Saint-Esprit et si nous apprenons à suivre ses directives. Il nous conduira, ainsi nous serons utiles et nous apporterons la bénédiction. - René Barrois

2-6) Le Paraclet

 

« Mais le paraclet, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. » (Jean 14 : 26 ,v. Jérusalem).

 

Nom donné au Saint-Esprit, troisième personne de la Trinité, signifiant : aide, protecteur, intercesseur, consolateur, enseignant. 

Découvrons ce que la puissance du Paraclet accomplit dans la vie des croyants.

 

Il nous aide dans nos difficultés : « De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables. » (Romains 8 : 26). Les enfants de Dieu disposent de deux intercesseurs divins. Christ intercède dans le ciel en faveur des croyants (Romains 8 : 34), et le Saint-Esprit intercède à l’intérieur des croyants.

Il nous guide : « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous guidera dans toute la vérité... » (Jean 16 : 13). Le Saint-Esprit œuvre dans le cœur des croyants afin de les rendre conformes à Christ d’y reproduire une vie sainte.

Il nous enseigne : « Que celui qui à des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises : À celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. » (Apocalypse 2 : 7). Les croyants sont assaillis par de grande opposition. L’esprit nous dit que seuls ceux qui refusent de se conformer au monde présent et à l’impiété qui sévit au sein de l’église visible mangeront de l’arbre de vie.

Il nous révèle les choses spirituelles : « Dieu nous les (choses) a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout même les profondeurs de Dieu. » (1Corinthiens 2 : 10). Les enfants de Dieu sont appelés à comprendre les choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment grâce à la révélation de l’Esprit-Saint qui illumine les cœurs.

Il nous donne des instructions précises pour le service : « L’Esprit dit à Philippe : Avance, et approche-toi de ce char. » (Actes 8 : 29).

Il témoigne de Jésus-Christ : « Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendre témoignage de moi. » (Jean 15 : 26).

Il nous encourage et nous fortifie : « L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s’édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s’accroissait par l’assistance du Saint-Esprit. »  (Actes 9 : 31). La crainte du Seigneur engendre la confiance et l’obéissance, cette attitude encourage et permet d’aller de l’avant.

« Afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur. » (Éphésiens 3 : 16). C’est soumettre toute notre vie, pensées, sentiments et résolutions à la puissante direction de l’Esprit. Le but, nous permette : d’établir sa présence dans nos cœurs - d’être ancrés dans un amour pour Dieu, pour Christ et les autres – d’avoir conscience de l’amour de Jésus pour nous et de l’expérimenter dans nos vies – d’être remplis de la présence de Dieu, de le refléter et de manifester la stature du Seigneur Jésus-Christ.

Il nous appelle à servir : « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre à laquelle je les ai appelés. » (Actes 13 : 2). Paul et Barnabas sont appelés par l’Esprit-Saint pour l’immense champ missionnaire à travers le monde.C’est ainsi que l’Évangile a été annoncé avec force et puissance.

Il nous rempli de la vie divine : « Quand ils eurent prié, le leu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit » (Actes 4 : 31). Cette action d’être rempli du Saint-Esprit décrit l’oeuvre de consécration du Saint-Esprit qui introduit le croyant dans la puissance divine.

Il prie pour nous et avec nous : « De même l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables... » (Romains 8 : 26-27). Le but du Saint-Esprit est de venir en aide aux croyants dans la prière. Les requêtes et désirs des croyants trouvent leur source dans le Saint-Esprit, qui en appelle à Dieu le Père, intercédant pour nos besoins « selon Dieu » (v. 27).

Il nous permet d’exercer les dons spirituels : « Ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais par c’est poussés par le Saint-Esprit que les hommes ont parlé de la part de Dieu. »

« Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. » (1 Corinthiens 12 : 11). Les croyants doivent approfondir l’inspiration et l’autorité des Saintes Écritures, sans quoi l’enseignement de la Bible serait affaibli et remplacé par des argumentations religieuses (2 Pierre 1 : 21).

« Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. » (1 Corinthiens 12 : 11).

Il nous aide à comprendre la vérité : « ...et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. » (2 Thessaloniciens 2 : 10 ; Romains 9 : 1). « La vérité est ce qui est conforme  aux prescriptions et à la volonté de Dieu, qui  est la  source  de  la  vérité. C’est  la  Parole  de  Dieu. Jésus lui dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jean 14 : 6 ).

La Parole de Dieu est le reflet de l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu étant la vérité la parole de Dieu est la vérité. La vérité affranchit des séductions éphémères du monde. La  vérité  sauve de la mort.

Ce que Dieu dit est vrai. Ce qui est contraire à sa Parole est faux. » (Cercle biblique).

Il fait sa demeure en nous : « Ne savez-vous pas que êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3 : 16). Nous sommes le temple de Dieu ! L'Esprit de Dieu habite en nous. Qui pourrait le croire si la Parole de Dieu ne l'affirmait ? En effet, dans le Nouveau Testament au moins une trentaine de passages indiquent clairement que tout enfant de Dieu est la demeure du Saint-Esprit.

« Tout chrétien peut discipliner Son corps au service de Dieu. Dieu nous a rendus capables de tenir en parfait état ce temple du Saint-Esprit, de gouverner notre imagination et notre sensibilité. Nous sommes responsables de nos affections et nous ne devons jamais laisser entrer dans ce temple des attachements coupables. Nous sommes souvent plus sévères pour les autres que pour nous-mêmes. Nous excusons volontiers nos propres défauts, mais condamnons chez les autres des péchés vers lesquels nous ne sommes pas attirés. » (Oswald Chambers) – René Barrois